Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Une pierre de sacrifice ?

Le rocher du Lion à l'horizon et la table de sacrifice en premier plan.

Le phare du Toulinguet en fond au sein du fort du Toulinguet, la plage de Pen Hat/Had en second plan avec ses grottes.

La pointe de Pen Hir en arrière plan avec la croix de Lorraine...

Au hasard d'une pierre plate sur le bord des falaises de la pointe du Toulinguet, soupçonnée, sans la moindre certitude, d'avoir été une pierre de sacrifice druidique, l'occasion est donnée de rappeler que les druides n'avaient rien de sympathique et que leur activité d'herboriste à vocation médicinale n'était qu'une infime partie de leurs pratiques cruelles qui avaient heurté l'émotivité romaine lors de la conquête de la Gaule en 52 avant JC.

Les druides, afin de guérir un malade utile à leur cause, faisait égorger un innocent de la population locale sur une table, une pierre sacrificielle, ceci en offrande aux dieux. Si les dieux étaient satisfaits, le malade guérissait ; dans le cas contraire, un nouveau sacrifice devenait utile.

Par de telles pratiques, le pouvoir des druides était difficilement contestable et le sacrifié était peut-être un hypothétique contestataire... On égorgeait donc fréquemment et on éviscérait aussi avec cruauté un sacrifié plein de vie, sans drogue, de tout âge, selon le sens donné à la cérémonie publique qui ne manquait pas de marquer les esprits. L'immolation à vif se pratiquait aussi, plus dans un but de purification et de sanction pénale cette fois...

Jusqu'à quel millénaire avant Jésus Christ faut-il remonter pour trouver l'origine de ces pratiques ? Nul ne le saura jamais. Les druides ne pratiquaient pas l'écriture et les secrets de leur magie étaient enseignés discrètement à des "élus", durant 20 ans, avant de passer à la pratique.

Seuls des historiens romains du début de notre ère, consignèrent des pratiques druidiques sans pour autant s'éterniser sur le sujet. César lui-même en fit mention dans « La guerre des Gaules ».

Pline écrit : Tiberii Cœsaris principatus subtulit Druidas ; le principat de Tibère fit disparaître les druides. Suétone écrit plus tard : Druidarum religionem Claudius penitus abolevit ; Claude abolit entièrement la religion des druides.

Les romains organisaient des sacrifices humains jusqu'au règne de l'empereur Auguste (-27 av JC + 14 ap JC) puis ce dernier l'interdisit. Dans un souci d'harmonisation de l'empire romain, l'interdiction fut générale. En Gaule, elle s'accompagna d'une nuance de taille, le droit pour les druides de présenter des simulacres de sacrifice humain. On badigeonnait le faux sacrifié de sang animal. Il devait sans doute brailler pour plus de crédibilité. Cette pratique amoindrie entama sérieusement la puissance des druides qui s'évapora au 7ème siècle après JC au bénéfice des guérisseurs/sorciers moins organisés mais pas moins craints et pourchassés par l'Eglise romaine.

Le culte druidique ne fut donc pas supprimé jusqu'à l'égorgement des druides comme quelques textes le mentionnent (18 et 19ème siècle pour beaucoup) mais aménagé afin que la politique romaine pénètre les mentalités sans risque de heurts voire de révolution car les druides dirigeaient, les mœurs, la justice, l'économie. Ils étaient capables d'orchestrer des agitations populaires incontrôlables.

La presqu'île de Crozon subissait une influence de taille, l'influence de la Bretagne (les îles britanniques) qui poursuivit les sacrifices humains malgré l'occupation romaine trop fragile pour être influente. La présence romaine en presqu'île est indiscutable mais à savoir si les sacrifices furent suspendus en la présence de l'armée romaine en cantonnement... Rien ne le dit... Est-ce que la répartition progressive de la chrétienté remplaça le rite païen par une promesse de paradis après la souffrance terrestre, ce n'est pas improbable d'autant que la plupart des militaires romains, après 20 ou 30 ans de service dans l'armée, restèrent sur place pour devenir agriculteurs en ayant épousé une gauloise et ses croyances ancestrales tout en étant à l'écoute des rumeurs paradisiaques novatrices.

Cette pierre concave du Toulinguet est proche des mégalithes de Lagatjar. Quelques écrits affirment qu'il y avait là un camp romain, d'autres font la promotion de cette table de sacrifice qui ne serait pas la seule de la presqu'île, celle de Kerbonn en serait un autre exemplaire... Tout cela est empli de forts doutes mais y croire un peu contribue aux légendes ambiantes pour lesquelles la vérité est tout à fait secondaire.

48° 16' 25.8" N
4° 36' 54.3" O

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Table de sacrifice ou pierre plate ?

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Presbytère

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Caseyeur Kelou Mad

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Inscription maritime

Communauté de femmes religieuses ou sorcières

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Louis-Auguste Téphany

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille Vallaud

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024