Photos de l'océan sous la tempête

L'océan sous la tempête. (1)

Par temps calme, les vagues se constituent proche du rivage. Quand la tempête se déchaîne ce sont tous les éléments qui semblent semer le chaos. Les vagues proviennent de l’horizon, elles ne sont pas forcément creuses mais assurément blanches d’écume… L’océan redeviendra paisible dans les heures à venir mais pour l’instant, il s’agite avec arrogance, son bleu devient profond et sombre comme une âme en peine.

Comme une charge de cavalerie,
dans un alignement menaçant,
l'océan déferle à lavitesse des chevaux au galop.

Les vagues sont moins compulsives
et semblent trainer jusqu'à l'épuisement.
L'océan revient à de meilleurs sentiments...

Il est 16 h, un mois de décembre sous un vent de 120 km/h. Le soleil est couleur mer pâle.

Quand vous pensez tempête en mer, vous pensez vagues gigantesques, déferlantes infernales... Ce n'est pas toujours le cas ! Une tempête peut revêtir un tout autre visage. Une mer moutonneuse ou neigeuse sans grandes vagues mais d'une blancheur inhabituelle. Le plus spectaculaire est la lumière étrange et blanchâtre comme celle d'une éclipse partielle. L'air est saturé de fines gouttes d'eau de mer. L'océan s'envole  ! Vous avez du mal à tenir debout... A l'instant de cette photo, non loin de là, un marin russe d'un cargo tombait à la mer...

Il est 16h30. Le vent s'intensifie, la cadence des rafales augmente. Une giffle toutes les 15 secondes environ.

Il est 17h la nuit tombe. Vent "permanent" à plus de 120 km/h. Une vague de 5 m arrive sur le rivage.

La nuit vient vite, l'atmosphère est d'un gris verdâtre de plus en plus sombre. Les promeneurs sont recouverts d'embruns qui détrempent les vêtements les plus imperméables. Impossible de se tenir debout, il faut marcher, propulsé par un vent dans le dos. N'espérez plus aller là où vous voulez aller, vous prenez la direction du vent. Vous profitez d'une seconde d’accalmie pour rectifier votre trajectoire.

Toutes les tempêtes ne se ressemblent pas, certaines paraissent anodines, elles n'en sont que plus dangereuses.

Cette vague gigantesque en arrière plan est accompagnée par un vent de 90 km/h. A cette vitesse, les bretons ne parlent pas de tempête mais de coup de vent.

Mer apparemment peu agitée, cette photo ne vous dit pas que le vent est à 130 km/h . Les embruns ressemblent à un brouillard. Postolonec, une plage pour amoureux des tempêtes. A l'instant de cette photo, à Camaret, Pointe de Toulinguet, à quelques km de là, une rafale de la tempête Ulla a été enregistrée à 159,3 km/h. Le vent vous coupe la respiration si votre visage est face à la mer. Le simple fait de rester debout est épuisant.

Cette vague anodine va se briser dans 15 secondes sur le rivage et donner la gerbe d'eau ci-dessous.

Les deux badauds sur la gauche de la photo vous donnent une idée de la hauteur de la vague. Celle-ci va retomber sur elle-même et repartir vers la mer en créant un resac qui va décupler la violence de la vague suivante.

Une vague deux fois plus haute que la précédente... La maison paraît bien petite derrière.

Marcher ou rouler sur de l'eau de mer en mouvement peut vous ramener à l'océan sans votre consentement, à vous de voir...

Les vagues bleues de la plage de la Palue.

Les vagues de la plage du Goulien.



• Les vagues noires

• La mer toute dorée

• La mer émeraude ou céladon

• Mer d'huile

• Océan sous la tempête



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021