Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc

L'exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 a marqué son temps pour trois raisons.

La première fut que le ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, Anatole de Monzie, lors de l'ouverture du pavillon Ty Breiz qui regroupait tous les architectes novateurs Bretons, avait déclaré que pour l'uniformité linguistique de la France, il fallait que la langue bretonne disparaisse. Le provincial de Gauche, au monocle, avait heurté les Bretons.

La deuxième raison fut que l'exposition promouvait l'Art Déco sous toutes ses formes, une révolution artistique considérable mise à la portée du public.

La troisième raison de se souvenir de cette exposition fut que ces architectes Bretons, chacun à sa manière, avaient modernisé l'idée que l'on se faisait du style breton. L'architecture néo-bretonne tant utilisée par l'architecte Chabal (entre autres) à Morgat, devint un nouveau trait de créativité avec des tendances spécifiques.

Le pavillon de la Bretagne (Ty Breiz) de cette exposition initialement prévue en 1915 fut dessiné par Lucien Vaugeois, architecte en second de l'Elysée.

Le lotissement des 4 maisons néo-bretonnes est issu de ce climat de nouveautés néo-bretonnes, maisons surnommées les Ty Breiz de Lanvéoc dont le style est inspiré lui-même d'un style anglais réformateur de l'époque. Jamais une région n'avait revendiqué une telle évolution architecturale adaptée aux maisons dites domestiques – aujourd'hui appelées individuelles.

Ces maisons furent construites pour loger des personnels militaires de la base de lanvéoc-Poulmic avant la seconde guerre mondiale dans un quartier qui leur était en quelque sorte réservé face à la Rade de Brest. Ces maisons appartiennent « au réveil breton » comme l'on se plaisait à le dire dans les années 1930. La Bretagne soumise aux caprices de la république française reprenait son indépendance en quelque sorte, alliant tradition et modernité au bénéfice d'une nouvelle identité distincte.

48° 17' 9.56" N
4° 27' 49.54" O

Le lotissement se situe sur l'ancienne route Plastique rebaptisée rue Modbury depuis 2013, date auquel le jumelage Lanvéoc – Modbury (Devon – Angleterre) prenait effet.

Un stade multi-sports fut aussi construit en 2013 sur une parcelle du lotissement qui appartenait jusqu'alors à l'armée. Une construction qui avait nécessité une vérification de la nature des sous-sols à la recherche d'anciennes munitions non explosées de la seconde guerre mondiale. Un magnétomètre numérique à géolocalisation avait été manipulé par des membres Groupe de plongeurs démineurs de la Marine nationale, basés à la pyrotechnie Saint-Nicolas de Brest. Appareil muni de sondes qui relève les échos ferromagnétiques du sol et en retranscrit les données sur une carte numérique. Un appareil de conception allemande... Au vu de l'histoire locale, le détail n'est pas sans importance.



Lanvéoc à découvrir :

Aller à l'essentiel

Le port, ses cales, sa plage...

Amer de Penn-ar-Vir

Eglise Sainte Anne

Fort de Lanvéoc

Fontaines

Par curiosité

Briqueterie du Stang

Manoir de Kerhontenant

Manoir de Hellen

Moulins

Menhirs

Rue Casse-cou/du Fort et pierre lapidaire Beulin / Folgar

Les maisons Ty Breiz

Calvaires

La Poste

Ecole Yves Offret

Môle du fort de Lanvéoc

Histoire

Manoir de Poulmic

Création de la commune de Lanvéoc et premier maire

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée – Les coupes Rulianec et Breitling : Tennis-Clud de MorgatTal ar Groas ...

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022