Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Expropriations des terrains de l'Île Longue
Manifestations anti-nucléaires en Crozon

Jusqu'au 26 juin 1965, les presqu'îliens de l'Île Longue étaient des gens heureux de vivre dans un petit paradis quasiment clos. Ils étaient les descendants des carriers (travailleurs dans les carrières de pavés) et des agriculteurs des hameaux de Bot Huelc’h, Kermeur, Kernaléguen, Le Mur. Jusqu'ici, ils avaient vécu en bonne intelligence avec l'armée qui disposait d'un fort au Nord (1695) et de fortifications (1879) au Sud. Bien sûr, il y avait eu le camp d'internés entre 1914 et 1920... Les constructions du poste de réglage des torpilles de 1929 avaient quelque peu abîmé le paysage à l'Est cependant le sentiment de plénitude existait vraiment dans les mentalités. Bien sûr, il y avait eu la seconde guerre mondiale et sa batterie anti-aérienne allemande Cr324 mais c'était l'ennemi...

Le premier nuage vint du Général de Gaulle, président de la république, qui visita l’école navale à Lanvéoc Poulmic et passa à Camaret le 15 février 1965 ; il revint vers Brest en déclarant "La géographie a peut-être fait de Brest un haut lieu de notre destin". Pas grand monde n'avait décodé le message subliminal.

L'explication apparut dans la presse le 26 juin 1965 : l'Île Longue allait devenir une base sous-marine qui accueillerait le premier sous-marin nucléaire français "Le Redoutable" alors en construction à Cherbourg. Le gouvernement accompagna l'annonce d'un déclaratif belliqueux : "Décision ferme et irrévocable".

Lors de la campagne présidentielle, le candidat François Mitterrand, s'opposa à ce projet dispendieux : "Ce sont là des dépenses somptuaires. Elles ne peuvent assurer la sécurité de la France, bien au contraire. Elles la désignent plutôt comme une cible le jour où, si un conflit éclatait, par exemple entre l’Allemagne et la Russie, c’est contre la France, alliée de l’Allemagne qui, elle, ne possède pas la bombe que se tourneraient par précaution les forces atomiques soviétiques".

Le préfet maritime de Brest, l'amiral Maurice Amman, eut la lourde tâche d'expliciter les conséquences. La construction d'une base nécessitait l'expropriation des habitants (70 familles - 98 personnes, 10 fermes, 3 commerces + maisons secondaires et 300 estivants), avec un plan de relogement ; nécessitait une zone tampon au Sud entre la zone militaire et la zone civile qui impliquait dans ce polygone d'isolement le hameau de Rostellec ; réclamait une zone militaire technique qui raserait le hameau de Guenvenez (31 habitants) en retrait de l'Île Longue avec un vaste polygone d'isolement autour (fixé par décret le 21 mars 1969). La "colline blanche" serait un site clos aux risques nucléaires potentiels. Il fallait aussi ajouter une caserne pour les gendarmes maritimes dans le fort de Crozon pour assurer la sécurité du site de défense nationale. Au delà de l'occupation des sols prévue par la Marine Nationale, on y ajouterait une zone de servitude non ædificandi (non constructible) pour palier aux risques d'explosion. Au total : 260 propriétaires expulsables.

A partir du 6 juillet 1965, la Marine fit réaliser une étude topographique de Guenvenez.

La population locale fut profondément affectée car une date butoir d'expropriation était imposée : 1er janvier 1967. Au delà, les bulldozers remodèlerait l'Île Longue de fond en comble. Pas un civil ne devait subsister dans cet immense chantier.

Le 15 août 1965, 400 personnes manifestèrent.

Un comité de défense improvisé refusa l'expulsion. Les manifestants clamèrent « l'Île Longue aux touristes » ainsi que « Aujourd’hui l'Île Longue, demain la presqu'île toute entière. » Une rumeur de seconde base sous-marine au Cap de la Chèvre courait. La militarisation de la presqu'île de Crozon inquiéta mais peut-être pas tant que cela sachant que la presqu'île vit, pour part, de la présence militaire depuis toujours. Il fallut changer de message de contestation pour évoquer le risque nucléaire.

Le 20 août, 600 (1800 selon certaines sources) personnes environ manifestèrent, des tracts furent distribués partout dans le voisinage, des autocollants antinucléaires furent apposés sur les pare-brises. Demande de la démission du maire de Crozon qui s'avérait être contre le projet puisque participant au comité de défense, tout en étant non défavorable à des contreparties équipementières dans la baie de Douarnenez pour le développement de la voile.

Face au succès du mouvement un comité associatif fut créé :
COMITÉ DE DÉFENSE DE L'ILE LONGUE, ROSTELLEC ET GUENVENEZ
Objet : protection et défense des intérêts, tant collectifs qu'individuels, des membres.
Déclaration du 02 09 1965. Publication 12 09 1965. RNA : W292001863.
Adresse : chez M. Marcel Montillet, Kernaleguen, Île Longue en Crozon.

Panique politique dans les environs. Les années soixante étaient les années du tourisme de masse en déferlante avec camping sauvage sur la côte. Les politiciens s'avérèrent inquiets : venir en vacances dans une presqu'île nucléarisée n'était pas une invitation au voyage. D'autres inquiétudes apparaissaient : l'explosion nucléaire de la base irradierait la ville de Brest.

Le maire de Crozon, Louis Jacquin, tenta l'apaisement en déclarant que les accidents de têtes de missiles nucléaires ne se produisaient pas mais déplorait le fait accompli. Il réclama la création d'un village proche du Fret pour reloger les déplacés.

Le sénateur du Finistère André Monteil de l'Union centriste, ex-secrétaire d'état de la Marine, craignit de voir le département transformé en désert apocalyptique. La députée Suzanne Ploux posa des questions à l'assemblée nationale et n'obtint rien.
La récupération politique au niveau national n'eut pas de conséquence sur l'élection présidentielle. Charles de Gaulle fut élu allègrement en presqu'île bien que les presqu'îliens refusaient le projet de la base sous-marine.

Le 21 novembre 1965, une grande manifestation se déroula à Crozon. Cette Marche pour la Paix réunissait la Ligue des Droits de l’Homme et de la Libre pensée, le Mouvement de la Paix, l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, les Comités d’Action Laïque du Finistère, la Fédération de l’Éducation Nationale, le Syndicat National des Instituteurs,  l'Union des Femmes Françaises, l’Union des Jeunesses Communistes Françaises,  l’Union des Etudiants Communistes, le Parti Socialiste et le Parti Socialiste Unifié, le Parti Communiste.

Le meeting du 30 janvier 1966 de Brest associa plusieurs représentants politiques régionaux et représentants du tourisme, puis politiquement du maire de Crozon au conseiller régional en passant par les représentants du comité de soutien de l'Île Longue.

Coup de grâce, le 22 février 1966, l’acquisition des terrains fit l'objet d'une déclaration d'utilité publique et urgente. Le comité de défense n'ayant plus le moral devant la détermination de la Marine, il commença alors le volet des négociations des indemnisations. Les solutions de relogement restèrent vagues et surtout largement éludées par la Marine.

La mairie de Crozon comprit qu'elle devait prendre en charge le dossier de ce relogement car plusieurs ex-propriétaires ou locataires n'avaient pas de solution, en décidant d'acquérir 3,5 hectares dans le quartier du Zorn, expropriation oblige si nécessaire et cela le 23 octobre 1966. Expropriation il y eut, pour reloger 9 familles et des habitants de Guenvenez ainsi que deux maisons sans affectations soit 37 lots au total.

Confirmation de l'ordonnance d'expropriation le 5 janvier 1967 et immédiatement repoussée au 1er avril 1967 car l'ordonnance fut promulguée après la date originelle du 1er janvier prévu.

La Marine provisionna 200 000frs pour dédommagement et lotissement des terrains du Zorn. Seulement 30 572.59 frs furent affectés aux propriétaires expropriés. Prix fixés définitivement par jugement du 29 septembre 1967. Certains propriétaires plièrent et acceptèrent le dédommagement en l'état. D'autres refusèrent et allèrent en justice pour être magistralement déboutés et contraints de rembourser les deux tiers de l'indemnisation perçue. Après bien des tractations municipales, le 9 mars 1972, le trésor public accepta de passer l'éponge.

L'armée débroussailla les terrains tout en laissant quelques familles sur place en suspend jusqu'au 22 mai 1967. Nouvelle date butoir :10 familles furent autorisées à vivre dans le hameau du Mur en attente de destruction et ceci jusqu'en septembre, puis jusqu'au 31 décembre 1967. Le lotissement du Zorn ne serait disponible qu'au printemps 1968, si tout devait bien se passer.

Les expropriations urgentes de Guenvenez : mises en application le 18 avril 1968 et reconduites le 8 août 1969. Les indemnisations définitives fixées par jugement le 19 décembre 1969 (après la 1ère instance du 20 décembre 1968).

Le premier commandant de la base prit ses fonctions en janvier 1970. Le sous-marin "Redoutable" en attente à Brest occupe un radoub de l'Île Longue le 25 septembre 1970. Des milliers de personnels vont y travailler. L'arrêté n° 7/72 du 20 mars 1972 reconnut la base sous-marine de l'Île Longue.

l'Île Longue est méconnaissable, industrieuse. Les immenses terrassements de l'Île Longue défigurent l'aspect campagnard, les déblais étalés à la mer pour augmenter de 30 hectares la surface initiale artificialise la côte. Les bassins / radoubs des sous-marins sont des balafres. 300 000 m3 de béton coulés, 6 000 tonnes d’acier employés, la base existe en plein milieu de la rade de Brest. 100 000 tonnes de béton précontraint protégerait le site d'une explosion accidentelle pyrotechnique d'un missile. Les risques technologiques font l'objet de dossiers de surveillance.

Une manifestation antinucléaire inoubliable de la presqu'île de Crozon concernant l'Île Longue se produisit le 27 juin 1981, juste après l'élection de François Mitterand, président de la république socialiste. L'extension des terrains militaires à vocation nucléaire avait concentré 1500 manifestants de Morgat à Crozon. En tête de cortège, le maire et conseiller général socialiste de Crozon Claude Yvenat, le député socialiste Jean Beaufort, des antinucléaires de Plogoff et une trentaine de moutons du Larzac, lieu contestataire antimilitariste méritoire ou notoire selon les opinions politiques des lecteurs.

Le 22 avril 2023, quelques dizaines de militants de la MJCF – Mouvement de la Jeunesse Communiste Française, de la Ligue des droits de l’Homme et du Mouvement de la paix ont manifesté sur la cale du Fret avec en toile de fond l'Île Longue pour condamner les armements nucléaires et réaffecter les personnels dans la filière nucléaire civil. Le contexte de la guerre en Ukraine attise les peurs.

Le 21 mai 2023, le collectif Ouest et Bretagne du Mouvement de la paix avec la présence du Collectif finistérien pour l’interdiction des armes nucléaires (Cian 29) ont organisé une marche / débat devant l'île Longue. Manifestation en pleine guerre Ukraine/OTAN face à la Russie où la menace nucléaire est aussi terrifiante et désespérante que dissuasive.

Le choix de l'Île Longue en Rade de Brest ne fut pas la première option envisagée. D'autres lieux telle que la Corse eut son heure d'intérêt mais le passage à Gibraltar inquiéta. Une autre éventualité fit surface : Rochefort mais l'absence d'arsenal réduisit l'enthousiasme. Enfin le Cap de la Chèvre apparut plausible, l'anse de St Nicolas avec son ancienne caserne, seulement la force de la houle aurait nécessité une digue géante pour assurer la tranquillité des sous-marins à l'approche des radoubs. Un tunnel sous la presqu'île de Crozon entra dans le jeu pour que les sous-marins du Cap de la Chèvre pussent rejoindre la rade sans passer par le Goulet...

Pierre Pommelet, 28 ans, diplômé de l’École polytechnique et de l’École des Ponts et Chaussées, chef du chantier et concepteur de la base sous-marine, remarqua à l'époque l'empressement des autorités dans la réalisation du chantier et par conséquence, l'empressement dans les expropriations sans grands égards. Le général piaffait ! A peine achevé l'ouvrage, ce responsable était désigné pour dessiner et réaliser les grands axes routiers bretons.



Après 1945

Chemin des ancres Camaret

Aviso

Frégate Primauguet

Frégate Alsace

Bâtiments-école type Léopard

Chasseur de mines type tripartite CMT

Patrouilleur austral Abatros

Patrouilleur Kermorvan DF P2 douanes

BATRAL Dumont d'Urville

BCR Marne

BIM Vigilante et Engageante

Half-track-m3 Roscanvel

GMC DUKW 353

Pertuisane

Intrépide

Kiosque

Sémaphore du Toulinguet Camaret

Amer de Cornouaille Roscanvel

Amers de la Rade Lanvéoc

Répartiteur téléphonique

zone aérienne LF-P 112

Voltigeur Mudry Cap 10

Bout des avions remorqueurs

Terminal pétrolier de l'Otan à Lanvéoc Lanvéoc

Présence armée britannique et US

BAN et Ecole navale après 1944/45 Lanvéoc

Hélicoptère Alouette III

Hélicoptère Caïman marine NH90

Hélicoptère H160

Vedette de gendarmerie maritime P798

BEM Monge

L'Île Longue : expropriations

Batterie antiaérienne canon 57 mm

Batteries de missiles Crotale

Munition FX

°°°

MILITARIA : de Vauban à 1944

Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024