Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Etang de l'Aber - Polder - Crozon

A l'horizon le Cap de la Chèvre. A gauche la pointe rocheuse de Raguenez, à droite la pointe du cordon dunaire. Entre les deux, des digues en projet entre la mer et le ruisseau de l'Aber en premier plan.  A chaque marée haute, la mer inonde le polder pour la plus grande satisfaction de la nature. La zone était favorable au mouillage des pêcheurs et au ramassage des goémons pour l'agriculture.

L'étang de l'Aber côté terre.

La zone marine, en fond, derrière la route, la zone saumâtre en premier plan. Sur l'île de l'Aber, à l'horizon, (visite possible à marée basse) un fort défensif du 19ème siècle - corps de garde type 1846.

No man's land déprimant ? Non, faune et flore abondantes protégées mais fragiles. La zone a tendance à s'ensabler.

Un sanctuaire maritime de vie. Les dunes de l'horizon font barrage à la mer qui s'invite à chaque marée en remontant le cours d'eau douce pour occuper le polder partiellement. Des espèces végétales par dizaines...  Les arbres ni survivent pas à cause du sel.

Lors des grandes marées, la mer envahit le polder au delà du cordon dunaire qui à terme disparaîtra. Les pentes agricoles ont toujours été privées mais au-delà, les convoitises ont provoqué des remous et des spéculations... Jusqu'à envisager une marina et des immeubles.

La route digue 1850, le four à chaux 1839 adossé à la motte féodale de Rozan 11ème et 12ème siècle. Entre 1850 et 1965, il fallait circuler devant le four puis derrière la motte pour rejoindre la route.

Observez, il y a un Chevalier qui pêche et un Courlis qui vous ignore.

L'étang fut un temps une terre cultivée sur laquelle des arbres et des buissons croissaient jusqu'à ce que la mer soit libérée des digues et revienne comme aux origines. Les arbres morts par le sel servent de perchoir aux oiseaux au-dessus de l'eau saumâtre !

La motte féodale de Rozan. Four à chaux sur le flanc droit.

La route digue. Polder en fond, étang en premier plan.

L'ancienne vicinale 8 bordant le four.

L'étang à marée haute.

Quelques dates :
Par le passé, l'étang de l'Aber et sa proximité sont du domaine maritime à part quelques parcelles liées au hameau de Trébéron et à la commune de Crozon, en principe ! Il y aura quelques tentatives d'appropriations privées dont le comte de Crozon (René de la Porte, comte de Crozon, 1681) et l'abbaye de Landévennec qui transférera son acquisition à l'Hôpital Royal des Quinze-Vingts à Paris en 1835 par le biais d'Henry Alexis Larraton, baron de la Gonde, pour une superficie de 84 hectares. Possession rendue caduque par l'administration classant le bien dans le domaine maritime.
1834, Mme veuve de Merven fait établir des plans par l'architecte Mr Petit, pour la réalisation d'une digue sur le littoral partant d'un cordon de dune et arrivant sur l'autre rive du ruisseau de l'Aber. L'intention est de transformer l'estuaire en terres agricoles plus lucratives. Refus de l'administration et des usagers de l'estuaire comme les pêcheurs qui y laissent leurs barques à l'abri, comme les agriculteurs qui viennent chercher des amendements. Nouvelle tentative de digue par l'intervention de l'architecte Adolphe Huyot dont la seule différence de plan est une légère variante d'orientation de la digue que celle de son prédécesseur. Ce n'est qu'en 1836, que les avis divergents entre les pro-digues et les anti-digues cesseront car la loi est claire, toute terre recouverte par la mer provisoirement ne peut être aliénée par des intérêts privés. La mer modifiant en permanence le dessin des parcelles, il est difficile d'en attribuer les droits à des possédants.
1841, nouvelle démarche en faveur d'une digue par le propriétaire Louis Victor Bourassin qui positionne un projet de digue de 250m de long qui va aussi essuyer un refus. Ce propriétaire du four à chaux de Rozan, pense à ses affaires et a un projet de moulin à eau sur la sortie des eaux douces.
1843, projet de route digue plus en retrait du service des Ponts et Chaussées qui scinde l'estuaire en deux entre étang et zone maritime, une sorte de compromis qui va convenir tant bien que mal aux intéressés. L'administration, cette fois, y voit le signe d'une modernité de circulation. L'armée qui a un droit de regard sur la défense des côtes n'y voit pas d'objection. La loi impose l'achat des terres par des finances privées par enchères.
1849, l'entrepreneur de travaux publics de Brest, Almer Polinière, achète la concession de 27 hectares au prix de 2175 frs au cours d'une adjudication dont la mise à prix est de 1350 frs. Il revend en parts à 5 investisseurs extérieurs à la presqu'île de Crozon dont Mr Bourassin, Mr Kerros et Mr Duchâteau. Ce dernier est entrepreneur à Quimper et pourrait avoir contribué au chantier.
1850, construction de la route digue. Le projet du moulin à eau est écarté. La sortie d'eau douce de l'étang se fait par trois buses à clapet anti retour. Mise en vente immédiate (13500 frs) du chantier achevé. L'un des investisseurs, Barthélémy Kerros, remporte l'enchère à 14 500 frs.
1856, revente de la route digue, des terres et fermages voisins au notaire de Crozon Louis Jules Alavoine pour 8500 frs.
1860, autorisation d'élévation d'un poste de douanes sur des terres (dune) du cordon littoral. Le voisinage est privé avec parfois bien des peines à prouver le statut de propriété privée.
1926, la zone dunaire est devenue un port d'échouage dont l'accès est amélioré par déroctage de la partie orientale de l'estuaire de l'Aber.
1932, le service des douanes renonce à la possession à l'état d'abandon. Celle-ci retourne dans le domaine privé après des enchères (mise à prix 1700 frs) clôturées à 3175 frs.
1942, l'armée d'occupation allemande envisage de fermer complètement l'estuaire au niveau du cordon dunaire pour transformer la zone d'échange eau douce, eau de mer, en zone inondée par l'alimentation du ruisseau exclusivement. Le but recherché est de disposer d'une zone humide défensive permanente contre d'éventuels parachutages. La réalisation n'a jamais existé bien qu'il y ait eu des travaux.
1952, l'ingénieur Robert Richet fait connaître un projet de digue complet asséchant la partie sablonneuse devant la route-digue.
1954, projet accepté par les différentes administrations dont certaines imposent une digue insubmersible, des brises lames (40 m chacun), une cale de remisage des barques. Plus de 40 hectares deviennent propriété privée pour un prix de 300 000frs. L'ingénieur y verrait bien une belle villa sur terrain arboré, au diable la vie locale.
1961, l'estuaire de l'Aber est classé site naturel !!! La pointe de Raguenez et l'île de l'Aber sont aussi concernées.
1963, projet d'élevage de moules évoqué. La mytiliculture ne soulève pas l'enthousiasme.
Dans les années qui suivent des projets de marina sont explorés mais une opposition écologiste monte en puissance et rien ne se passe.
1966, pose d'une clôture en poteau en béton dont il reste des vestiges.
1980, le conservatoire du littoral achète "l'estuaire".
1981, la digue Richet est déconstruite.
1987, le conservatoire du littoral augmente ses surfaces pour un total de 87 hectares.

La zone humide de l'Aber se divise en deux parties distinctes. La séparation est matérialisée par une route qui la traverse.

Côté mer, un milieu sablonneux de dunes et de prés-salés sur lequel court une rivière à marée basse. A marée haute, la rivière sinueuse se dilue dans l'eau salée. Cet ensemble est un lieu propice à la nidification des oiseaux marins au printemps. L'accès y est interdit à cette saison... du moins "officiellement".

Côté terre, un étang d'eau saumâtre avec ses incontournables vasières et roselières dans lesquelles une faune abondante vit discrètement. Des bruissements et des cris aux heures calmes du jour vous informent de la présence de cette multitude. L'étang est aussi une aire de repos pour les oiseaux migrateurs, et là, si la chance vous sourit et que vous avez la délicatesse de quitter votre voiture, vous pouvez surprendre des espèces d'oiseaux aquatiques considérés comme peu fréquents, voire rares... Les oiseaux communs se trouvent en bordure de la route, habitués au tapage... Les plus secrets préfèrent le fond de la zone humide de l'Aber et vous demandent de vous munir de jumelles pour les observer sans les déranger, question de respect !

Vous y verrez la motte féodale de Rozan, aujourd'hui un simple monticule de terre qui semble soutenir un four à chaux désaffecté. Le sommet de cette motte est un point général d'observation.

Les différents aménagements du polder ont fait disparaître une flore qui ne s'est jamais réinstallée depuis la réaffectation de la zone à l'état presque naturel. Les lieux aujourd'hui voient passer chaque jour des visiteurs qui ont toutes les peines à descendre de voiture et qui voient trois brins d'herbe et une centaine de mouettes... Ce qui fait doucement rire, les aigrettes, les hérons, les spatules blanches, les canards divers et variés, les chevaliers, les courlis, les... Les euphorbes, les chardons, les puccinellies, les chiendents... L'étang est une frayère grouillante, les alevins y découvrent la vie chez les humains.

Le mot breton aber signifie estuaire tout simplement...

Vestiges de clôture.

Corps-morts de la zone de mouillage des barques de pêche.

Pointe du cordon dunaire, lieu de projets de digue.

Digue Richet.

L'étang de l'Aber a toujours été une frayère indispensable.

Crozon à découvrir

Patrimoine religieux

Eglise Saint Pierre et retable

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Calvaires de Crozon

Presbytère

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Demeures, vieilles pierres...

Menhirs & dolmens

Four à Chaux de Rozan

Fontaines

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Goandour

Manoir de Lescoat

Manoir de Treyer

Manoir de Kerivoas

Manoir de Quélern

Tal-ar-Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Moulins à vent

Maison paroissiale

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Maison de l'architecte Netter

Chapelle de ND de Porz Salud

Pont de Kervéneuré

Pont de la Poule

lieux

Le port du Fret

L'étang de l'Aber

Rostellec

St Fiacre

Pointe du Guern / Tréboul

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Menez Gorre

Les carrières de Poulpatré

Colonie de vacances

Ramassage industriel des galets

Plage de Lostmarc'h

Ile Vierge

Personnalités

Anne Le Bastard de Mesmeur

Sculpteur Jacques Boënnec

Labouret maître verrier

Auguste Dizerbo

Divers

Jumelage Sligo-Crozon

Centre culturel

Centre Hospitalier

Le centre des impôts de Crozon

Crédit Agricole

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Super-Marché Concorde

Résidence de la Marine

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Bal de la Maison-BlancheAide sociale d'antan – Histoire du réseau électrique – L'ESSI: Morgat à la peineGarde-fou – Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022