Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Pointe de Lostmarc'h - Kastell - Oppidum - Eperon barré

Les talus parallèles donnant le nom d'éperon barré à la Pointe de Lostmarc'h. Au sommet, un vestige de dolmen et une ruine d'un bâti de garde-côte du 19ème siècle.

Des photographies anciennes montrent des levées plus hautes.

Vestige de dolmens et une ruine d'un poste de douane du 19ème siècle.

Représentation sur site.

Vue satellite.

La Pointe de Lostmarc'h – La Pointe de la Queue de Cheval – est un éperon de roche volcanique avancé dans la mer d'Iroise et appartenant à la commune de Crozon. Cette avancée borde la plage de Lostmarc'h. Il s'agit d'une minuscule presqu'île rocheuse mise en relief par une falaise échancrée haute sur le GR34 hautement fréquenté. La vue panoramique est splendide avec au Nord la Pointe de Pen-Hir et ses Tas de Pois et le Cap de la Chèvre au Sud. En terme de patrimoine, la Pointe de Lostmarc'h est classée monument historique depuis le 27 mars 1980 par la présence de dolmens, mais surtout par la levée de deux talus parallèles qui barrent l'entrée de cette petite presqu'île et qui ne sauraient être naturels. La classification généraliste est dite protohistorique – étude de l'histoire des peuples sans écriture mais mentionnés dans des écrits ultérieurs à l'existence des populations décrites.

Les travaux d'aménagement de ce site naturel sont attribués à des vestiges d'un oppidum soit un village fortifié destiné à contrecarrer des attaques de type razzia sur une population locale.

A l'année, cette population vivait paisiblement sur la lande et les dunes grâce à une agriculture sommaire et une pêche complémentaire. Dès que le danger survenait, cette population se réfugiait dans ce milieu fermé, face à la mer d'où aucune attaque n'était envisageable.

Des représentations illustrées dessinent des cabanes stylisées entourées de palissades en bois. On peut douter de la conformité de cette vision sachant que la presqu'île de Crozon (occidentale) était dépourvue de forêt. Les arbres existants alors étaient tortueux et bas, du chêne, des saules... Les pins seront semés tardivement au 19ème siècle.

Cette disposition défensive est fréquente, les oppidums (nom romain) se mueront plus tard en mottes féodales.

La datation des défenses parallèles pose problème car aucun indice incontestable ne permet de certifier la période de travaux et d'usage de ce lieu dont l'utilisation « guerrière » n'est pas non plus une certitude absolue. C'est au 19ème siècle que des archéologues et promeneurs lettrés ont signalé ces deux plis/fossés surprenants. Le premier d'entre-eux : René-François Le Men en 1876. Dès lors, les hypothèses ont fleuri. Afin de comprendre la légèreté des appréciations, il faut se souvenir que l'on prit des boules de lave pour des météorites avec le plus grand sérieux.

Quelques périodes de chantier possibles :
Certains historiens font référence à une disposition préhistorique sachant qu'un dolmen (vestige) de l'âge de bronze final (-1400/-800 ans avant JC) siège sur place. Un dolmen est une sépulture pour un personnage important en ce qui concerne la presqu'île de Crozon. Un lieu mortuaire en quelque sorte.

Les fouilles sommaires exécutées au 19ème siècle ont révélé des bris de poteries céramiques datant de l'âge de fer (à partir de -800 ans avant JC), selon Pierre-Roland Giot, comme « partout » dans les environs. Des trouvailles banales.

La présence des Celtes est avérée par quelques mises au jour d'urnes funéraires portant souvent des motifs agricoles dont la tête de bélier très fréquemment représentée dans différents décors celtiques. Une tête de bélier que l'on retrouve pendant plusieurs siècles et que les romains maintiennent dans les rites funèbres. Certains historiens contestent une présence Celte en Bretagne et préfèrent dire que des Celtes (origine d'Europe de l'Est) de l'actuelle Angleterre s'étant assimilés à la population des îles britanniques ont ensuite en tant que groupes métissés, colonisé la Bretagne pour donner enfin une population gauloise à la merci des romains envahisseurs en 52 avant JC.

De la période gallo-romaine, les « témoins » reconnus sont quelques statuettes en bronze souvent relatives à des divinités et des bris de tuiles exhumés dans les environs de Lostmarc'h... La découverte de quantité de coquilles d'huîtres et autres coquillages tend à prouver que les « anciens » étaient friands des produits de la mer.

Ensuite le Kastell de Lostmarc'h – Château de Lostmarc'h – et ses environs n'offrent rien de significatifs sans doute parce que la population locale avait décliné à cause des agressions du sable sur l'agriculture.

Le moyen-âge apporta ses turpitudes par les barbares vikings mais aussi les « barbares » régionaux. Durant des siècles la presqu'île de Crozon fut pillée par des chefs de guerre venus de la Bretagne intérieure, dont des nobles aux intentions belliqueuses. Les carnages et pillages furent fréquents et l'habitant de Lostmarc'h mourait rarement de sa belle mort sur sa paillasse. La terreur moyenâgeuse eut pu être un motif de fossés défensifs. Qui sait ?

Plus tard encore, les intrusions anglaises au cours de raids criminels des 17 et 18ème siècles ou à vocation d'espionnage nécessitèrent quelques précautions défensives... Le navire de guerre anglais « Jason » se drossa en 1806, sur les récifs de la pointe.

Au delà de l'idée d'un lieu de bataille, aucune autre éventualité n'a jamais été évoquée aussi farfelue soit-elle. Des activités humaines d'antan sont restées mystérieuses alors, à ce jour, mieux vaut être prudent quant à l'affirmation de la fonction de l'éperon barré de Lostmarc'h... D'autant qu'un alignement mégalithique surplombe la Queue du Cheval... Témoin de la vie humaine, il sait ce qui s'est réellement passé !

Crozon à découvrir

Patrimoine religieux

Eglise Saint Pierre et retable

Pierres tombales d'église

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Chapelle St Gildas

Calvaires de Crozon

Presbytère

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Demeures, vieilles pierres...

Menhirs & dolmens

Four à Chaux de Rozan

Fontaines

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Goandour

Manoir de Lescoat

Manoir de Treyer

Manoir de Kerivoas

Manoir de Quélern

Tal-ar-Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Moulins à vent

Maison paroissiale

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Maison de l'architecte Netter

Pont de Kervéneuré

Pont de la Poule

lieux

Le port du Fret

L'étang de l'Aber

Rostellec

St Fiacre

Pointe du Guern / Tréboul

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Menez Gorre

Les carrières de Poulpatré

Colonie de vacances

Ramassage industriel des galets

Plage de Lostmarc'h

Pointe et éperon barré de Lostmarc'h

Ile Vierge

Ile Perdue

Tourbière de Tromel

Personnalités

Anne Le Bastard de Mesmeur

Sculpteur Jacques Boënnec

Labouret maître verrier

Auguste Dizerbo

Divers

Jumelage Sligo-Crozon

Centre culturel

Centre Hospitalier

Le centre des impôts de Crozon

Crédit Agricole

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Super-Marché Concorde

Résidence de la Marine

La Marianne Crozonnaise

"Petite ville de demain"

Chapelle de ND de Porz Salud

Chapelle de St Sébastien

Chapelle St Michel

Cimetière de Crozon

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié – La population baisse de 3.9% en presqu'île ( page actualisée) – Souvenir de la chapelle de la Trinité d'Argol – La mort à nouveau :  accidents – Les trois mamelles de Ste Gwen en Argol – La preuve par le bœufPanneaux routiers à l'enversMairie de Landévennec – Le château du roi Gradlon – Le Bois du Loc'h subit les changements de régime – Une opposition municipale sous le coup de l'émotion – Guillaume Balay un Crozonnais célèbre – BIM Vigilante Y752 – Les routes et chemins des 18ème et 19ème siècles.

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024