Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel

Position de la batterie de Courest (Gouerest). Le voilier de plaisance en mouillage forain correspond approximativement à la portée "précise" des canons du 18ème siècle. La haie en fond ressemble en volume à un talus de tir derrière lequel les canons étaient disposés en ligne parallèle par rapport à la côte.

Corps de garde transformé de la batterie du Gouerest.

Avant la refonte des batteries côtières de 1841, la côte de Roscanvel côté Rade de Brest (côte Est) comportait 5 batteries de canons pour être en mesure d'empêcher le mouillage d'une flotte ennemie devant Brest et de prendre à revers la presqu'île de Roscanvel et ainsi faire tomber la Pointe des Espagnols haut lieu défensif. Cette zone à l'abri servait aussi au mouillage de l'escadre française en période de friction avec l'Angleterre. Il vous faut imaginer des dizaines de navires de guerre à voile parfaitement « rangés » sur un plan d'eau devant Brest.
La batterie la plus au Nord était celle du Lez (Est du hameau éponyme) – 4 canons.
La batterie du Courest (Sud-Est de Gouerest) – 8 canons alignés en 2x4, disposait d'un corps de garde et d'une poudrière en dur.
La batterie de Bégéozu (Est de Trégoudan) – 4 canons.
La batterie du Run – 4 canons mais dont le site fut réemployé pour une nouvelle batterie (Les 3 Bosses proche de Pont Scorff) du 19ème dont les vestiges sont encore existants.
La batterie de Roscanvel – 4 canons à proximité Est de l'actuel corps de garde 1846 de Roscanvel.

Ces batteries du 18ème siècle étaient un petit alignement de canons de marine (employés à bord des navires) disparates en plein champ derrière une ligne de terre surélevée. Des canons vite rouillés surveillés négligemment par des villageois enrôlés dans un service de milice côtière. L'armée n'était présente qu'en cas de guerre. Seule la batterie du Gouerest devait avoir une importance supérieure pour disposer d'une poudrière. Ce petit bâti, aujourd'hui disparu, permettait le stockage des poudres à canon au sec et devait peut-être subvenir aux éventuels besoins des batteries de proximité. Le corps de garde de cette batterie existe encore aujourd'hui, transformé en habitation depuis le 19ème siècle après l'abandon de ces batteries inusitées. Ce corps de garde logeait les artilleurs en situation d'alerte et pouvait être occupé par un gardien civil en temps de paix.

Batterie du Gouerest :
48° 19' 33.13" N
4° 32' 42.2" O

Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié – La population baisse de 3.9% en presqu'île ( page actualisée) – Souvenir de la chapelle de la Trinité d'Argol – La mort à nouveau :  accidents – Les trois mamelles de Ste Gwen en Argol – La preuve par le bœufPanneaux routiers à l'enversMairie de Landévennec – Le château du roi Gradlon – Le Bois du Loc'h subit les changements de régime – Une opposition municipale sous le coup de l'émotion – Guillaume Balay un Crozonnais célèbre – BIM Vigilante Y752 – Les routes et chemins des 18ème et 19ème siècles.

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024