Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Fenêtre à traverse

Fenêtre à traverse / Demi-croisée en kersanton avec accolade sur le linteau, jambages chanfreinés en plat, traverse double chanfreinée en plat, appui simple.

En dehors des pentys – maisons traditionnelles des habitants pauvres – les constructions seigneuriales sont les demeures visibles en territoire de la presqu'île de Crozon dans les siècles passés et ceci bien avant la révolution de 1789. Les premières constructions notables sont celles élevées sur une butte de terre que l'on nomme motte féodale, le tout est entouré de palissades pour faire face aux assaillants. Ce dispositif maille la presqu'île à partir du 10 ou 11ème siècle. Bien que toujours lieu de troubles, à partir du 13ème, la presqu'île est gouvernée par quelques seigneurs prospérant sur le dénuement des paysans et s'il leur faut se protéger des invasions, des voisins belliqueux et des bandes de hors la loi, il leur faut aussi paraître toujours plus puissant pour obtenir des faveurs de plus puissants qu'eux. De la construction purement stratégique, l'usage des bâtis nobiliaires évolue vers la construction de plaisance à partir du 13ème siècle. Parmi les signes de richesse significatifs, l'ornementation des fenêtres en est l'un des facteurs communs à toutes les maisons nobles.

La fenêtre à traverse est une variation simplifiée, « divisée en deux  » de la fenêtre à croisée / à meneau. Elle est aussi appelée fenêtre demi-croisée et connaît son plus fort usage au 15ème siècle. Elle se compose d'une petite baie haute comportant un volet intérieur en bois. Puis en dessous, d'une baie un peu plus grande comportant elle aussi son volet intérieur à un seul vantail. Cette fenêtre toujours scindée en deux par la traverse, toujours plus haute que large était en usage surtout pour éclairer un escalier intérieur hélicoïdal qui desservait chaque étage du château. L'usage du vitrail à losanges colorés ou pas n'était pas systématique et plus convenu pour les fenêtres donnant sur une pièce habitable.

Il est évoqué, sans affirmation, que ces fenêtres étroites étaient une évolution des meurtrières de sorte qu'un usage militaire pouvait encore se concevoir sans qu'un ennemi put s'y introduire.

A partir du 16ème siècle, les combats sont plus géopolitiques que barbares et les nobles agrandissent les fenêtres, les croisées prennent le dessus et la stylisation évolue vers la légèreté et la sophistication des moulures. En presqu'île, la mode évolue aussi mais avec moins d'emphase. Les riches de la presqu'île sont les pauvres de la royauté en dehors de quelques familles comtales dont les principaux représentants n'ont pas domicile en presqu'île et s'affichent plus facilement au parlement de Rennes.

L'extinction des familles aristocratiques engendre des reventes de terre. Les nouveaux nobles propriétaires, à moins que ce ne soit l'église elle-même par le biais de l'abbaye de Landévennec, sont intéressés par les potentiels revenus des surfaces agricoles acquises et sont susceptibles de délaisser le manoir qui se ruinera tôt ou tard. Les paysans récupèrent discrètement les pierres pour leur propre usage de construction mais ne se risquent pas forcément à reprendre les pierres d'appareillage au risque d'être soupçonnés d'être plus argentés qu'ils ne le sont et de payer des impôts féodaux injustifiés. Par contre, certains fermiers employés par la noblesse peuvent s'autoriser le réemploi d'une fenêtre à traverse car ils jouissent de la protection du seigneur pour lequel ils travaillent. Une fenêtre de noblesse, à moins que le propriétaire du penty ne soit tailleur de pierres ou moindrement un commerçant, est un élément architectural réemployé en presqu'île de Crozon. Le cas le plus « prestigieux » fut le manoir du Poulmic, démantelé et dont les belles pierres furent réemployées dans une toute nouvelle ferme éponyme qui elle-même fut détruite par la construction de la base aéronavale de Lanvéoc. Ces réemplois épars permettent aujourd'hui de visualiser quelques éléments parcellaires du patrimoine architectural d'antan.

Curiosités du pays

Tradition

La coiffe du pays Rouzig - La coiffe Penn-Maout

Pierres

Abreuvoirs anciens - Auge en pierre - Four à pain traditionnel breton - Ardoises gravées - Murs en pierres sèches - Lettres inversées

Construction & équipement

Bac de lavage en béton - Pompe à bras - Puits - Pompage électrique - Borne incendie - Voies Decauville - Arrondir les angles - Fenêtre à traverse - Garde-corps de fenêtre en ferronnerie - Soubassement en faux-appareils - Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930 - Devantures - Mosaïques et devantures - Aubette - Panneau indicateur - Palplanche - Gués - Carrières - Tessons de bouteille sur les murs - Radar pédagogique - Panonceau notaire - Chemin creux - Toilettes publiques - Bilinguisme routier - Ecluses routières

Religieux

Niche votive - Echalier d'enclos paroissial - Tombe en ardoise - Tombe en fer forgé et fonte d'art - Croix celtique - Croix huguenote - Sablière sculptée - Tronc - Calice

Machines agricoles

Broyeuse hache-lande - Coupe racine - Arracheuse de pomme de terre - Charrue de fonderie - Machine à traire - Tracteurs anciens - Défilé de tracteurs

Transports

Chemins des goémoniers - Maison bateau de Crozon : une caloge - Gares bigoudenes - Haltes et PN - Ponts ferroviaires - Voies Decauville - Réserves à eau de gare - Garde-fou - Conteneurs SNCF - Hélicoptère Samu - Rando vélo

Marine

Cachoutage des voiles - Grand pavois - Embossage - Canon bollard - Mouillage forain - Balise de Basse Vieille - Espar - Balise Rocher du Mengant Mengam - Balise maritime de danger

Nature

Brume et embruns - différence - Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ? - Coup de vent - Ecume de mer - Tempête d'écume - Ruisseau du Kerloc'h - Ruisseau de l'Aber - Ganivelle - Bois de chauffage d'antan

Trouvailles

Vélo Anquetil - Moteur CLM - Vieilles tiges - Publicités murales - Street-art - Container - Pot de chambre - Caméra piège photographique - Détecteur de métaux - Sirop Bailly

Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille VallaudSaint Norgard oublié – Pierre Profonde bombardée – Hagiotoponymes de la presqu'île de Crozon – Risque de pollution bactériologiquePorte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024