Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Rue Toussaint le Garrec de la poésie à la pêche à la langouste en Camaret

Jusqu'à la fin du 19ème siècle, les pêcheurs camarétois posaient des casiers à la pointe du Toulinguet afin de relever le lendemain des langoustes vertes. Pêche facile, de proximité, mais qui se vendait mal tant la langouste n'était pas appréciée du fait de son manque de conservation. L'épuisement de la ressource se fait ressentir à partir de 1890 environ. Une zone probablement fréquentée par Toussaint Le Garrec pêcheur.

Toussaint Le Garrec, un nom de rue de Camaret-sur-Mer qui fait référence à un patron pêcheur de la fin du 19ème siècle lors de la première mutation de la pêche à la langouste ou à un poète bretonnant (1862-1939) entre deux siècles à une période où les élèves des écoles sont interdits de toute expression bretonne.

Ce dernier, juge de paix, a connu une certaine célébrité régionale par ses pièces de théâtre et ses poèmes reconnus de l'élite armoricaine, rédigés en breton central. En effet, la langue bretonne n'est pas uniforme et chaque évêché a ses nuances, voire ses incompréhensions.

Une œuvre parmi d'autres : « 1901. Ar Vezventi, Tragédie contre l'alcoolisme  » présentée au Concours de l'Union Régionaliste Bretonne créé par Mme Web et dont Toussaint le Garrec fut le lauréat à plusieurs reprises.

Les deux personnages homonymes ont le prénom d'origine latine « Totus Sanctus » – « Tous les Saints » – « Toussaint ». Prénom fréquent au 19ème et 20ème siècle...

Quant au patronyme breton, essentiellement finistérien, de « Le Garrec  » il convient à celui qui a « de Grandes Jambes » littéralement.

Le destin du pêcheur est aussi celui d'une certaine notoriété côtière du Bout du Monde – Penn ar Bed – Finistère et plus précisément en Camaret-sur-Mer.

La pêche régulière de la langouste verte des côtes s'effectue avec des barques sardinières réaménagées à chaque occasion et constitue une pêche d'appoint à celle de la sardine bien plus légitime selon les états d'esprit de l'époque.

La langouste se vend alors à la douzaine entre 18 fr (francs) et 25 fr selon la taille. Le pêcheur s'adresse aux mareyeurs de son port qui vont déposer les crustacés dans les viviers flottants avant de revendre un produit pour lequel il faut trouver un débouché rapide.

La langouste est peu connue en gastronomie du fait qu'elle n'est pas encore commercialisée ou peu commercialisée loin des zones de pêche. Elle ne se conserve pas comme la sardine, elle est donc sous-estimée. Néanmoins, à Camaret-sur-Mer ce sont les « étrangers », les artistes et la communauté intellectuelle souvent venue chercher l'inspiration en Bretagne durant l'été bien que venus de Paris prioritairement, qui apprécient le crustacé et qui le font savoir. La bourgeoisie brestoise se laisse séduire peu à peu.

Les pêcheurs camarétois vont sur la Mer d'Iroise au-dessus des plateaux rocheux côtiers et ramènent des langoustes dans une quantité modeste mais pourtant suffisante pour amoindrir la ressource. En 1896, la langouste de la presqu'île de Crozon brille par son absence sous-marine.

Toussaint le Garrec, patron reconnu, cherche des alternatives afin de poursuivre la pêche de la langouste car les cours de la sardine vendue au mille sont variables entre 4fr en période d'abondance et 6fr en période de manque pour des pêches parfois frugales.

Après la période des côtes presqu'îliennes, quelques pêcheurs osent aller sur le plateau de Sein qui va vite s'appauvrir aussi.

1898 : Toussaint le Garrec fréquente les débits de boissons de l'île de Sein et apprend incidemment qu'un pêcheur sénan, le patron Milliner, fait facilement de la langouste rouge bien plus au Sud. Le Garrec suit discrètement avec son sloop « Marcel Eleonore » de moins de 10 mètres, avec vivier (une modernité pour une petite embarcation), sorti du chantier naval à Camaret en mars et perd de vue le senan en mer une première fois mais à la fois suivante, dans la brume, Le Garrec parvient sur la zone mirifique : le plateau de Rochebonne (97 km² - Ouest de l'île de Ré - 100 km de la côte) qui va devenir l'eldorado de la langouste rouge durant trois ans.

La nécessité de couchage à bord pour faire un aller-retour en sloop langoustier avec des casiers de surcroît va imposer de faire évoluer la construction navale vers des bateaux plus grands, à viviers de fortes capacités. Si Toussaint le Garrec va pouvoir se faire construire d'autres embarcations grâce aux bénéfices de la langouste (17 000 fr en six mois de mars à septembre 1898), si les mareyeurs multiplient les flottes, les pêcheurs sardiniers les plus démunis souffrent financièrement, obligés qu'ils sont de poursuivre dans la sardine pour beaucoup d'entre-eux. Dès lors le visage de pêche professionnelle va changer partout en presqu'île de Crozon.

Après Rochebonne vite épuisée, les pêcheurs camarétois vont s'approcher des côtes anglaises... Toussaint Le Garrec, selon la tradition locale, a donc ouvert les états d'esprit vers des horizons plus vastes que ceux de la presqu'île de Crozon. Pierre Le Douguet, Jean Lastennet, Pierre Meillard et bien d'autres viendront sur zone une fois que le secret de Toussaint Le Garrec sera éventé par la presse locale qui répercute les exploits de la pêche par des suivis de criées telle que celle du Croisic où Le Garrec vend ses trésors crustacés avant de rentrer à Camaret.

En 1935, le port de Camaret est le premier port langoustier de France.

Ainsi donc, deux personnalités possibles pour un seul nom de rue de Camaret... Les deux hommes appartiennent au patrimoine immatériel de la région Bretagne...

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Table de sacrifice ou pierre plate ?

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Presbytère

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Caseyeur Kelou Mad

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Rue Toussaint Le Garrec

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Inscription maritime

Communauté de femmes religieuses ou sorcières

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Ecole maternelle Louise Michel

Réparation mécanique

Chantier naval Péron

Louis-Auguste Téphany

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Les oiseaux font les poubelles : plasticose – Malédiction ou bienveillance de la chouette ? – Ports de pêche de la presqu'île de Crozon – Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024