Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Communauté féminine du Veryac'h – Sorcières ou religieuses ?

Le peuplier blanc symbole de l'âge chez les druides et de la régénérescence chez les sorcières. L'arbre marque la présence humaine auprès d'une eau vive.

La griffe du diable.

Le ciel des âmes sombres préfigurant la mort par la volonté de Satan.

L'anse du Veryac'h. Le cœur du pays des sorcières ?

La partie Ouest de la plage du Veryac'h, occupée par les baigneurs germaniques durant la seconde guerre mondiale. L'ancien hôtel des Tas de Pois au-dessus à gauche fit office de kommandantur un temps. Quant à l'auberge de "Mémé Germaine", les années lui vont si bien. Lacommunauté aurait vécu derrière le boqueteau de résineux, quelque part... Nul ne sait où à dire vrai.

On dit que les visages des damnés apparaissent dans les falaises du Veryac'h et que celui ou celle qui sait les voir est déjà pris-e par le diable.

L'histoire locale est percluse de rumeurs sans avoir le rayonnement de la légende établie. Il serait donc impardonnable de ne pas refléter le sombre récit des femmes diaboliques du Veryac'h en Camaret-sur-Mer. Des sorcières ? Nulle certitude. Il se dit qu'une communauté féminine en un siècle indéterminé aurait vécu dans la vallée du ruisseau du hameau de Pen-Hir. Certains disent qu'il s'agissait d'une communauté religieuse. D'autres prétendent le contraire, ces femmes étaient habitées par Satan.

S'il a existé une communauté religieuse féminine à la Pointe du Gouin en Camaret, celle du Veryac'h semble plus incertaine. Cependant, elle n'est pas impensable...

Les communautés religieuses pour femmes ont existé dans les monastères jusqu'au 12ème siècle. Chaque monastère concerné était divisé en deux parties pour éviter la mixité. A partir du 12ème siècle, les instances religieuses séparent les religieuses et les moines en des monastères distincts. Cependant, un abbé dirige la communauté féminine.

Toutes les activités religieuses de la presqu'île de Crozon sont consignées dans le cartulaire de l'abbaye de Landévennec jusqu'au 11ème siècle. Ensuite des registres notent l'activité de l'église dans les paroisses. Il ne semble pas y avoir la moindre mention de cette supposée communauté mais ce n'est pas pour autant une preuve d'inexistence. Les moines ne consignant que les communautés irréprochables à fortes dévotions avérées, la communauté féminine considérée put être répréhensible et donc diabolique de sorte qu'elle n'aurait pas été recensée. Les motifs de relégations sont variés.

Les femmes sont le malheur des hommes comme chacun le sait. Depuis qu'Eve fit bannir Adam du paradis, l'éducation religieuse se fait à partir de l'idée que la femme ne sait contenir sa nature de tentatrice et qu'à ce titre elle est l'instrument du démon. Toutes les femmes sont concernées par « l'anathème » sauf une : la Vierge Marie exempt de tout pêché. La femme enceinte est sans grâce qu'on se le dise... Toutes ces fariboles ont imprimé l'histoire des communautés féminines.

Quelques communautés de femmes laïques ont vécu dans l'éloignement des hommes en priant Dieu, cependant dans une certaine liberté de culte. Elles refusaient le mariage forcé et la soumission patriarcale : un sacrilège, une émanation du Diable assurément... Certaines se défiguraient pour ne plus être désirables. Ces rares communautés furent harcelées et dénigrées...

D'autres communautés de femmes, cette fois religieuses émanant des ordres masculins, ont vécu une relative dissidence à l'égard de la hiérarchie cléricale bénéficiant d'une protection seigneuriale. Des filles de bonne famille étaient mises au couvent quand on ne leur avait pas trouvé de bons partis ou qu'elles avaient fauté dans les alcôves du manoir familial. Parfois le statut de maîtresse n'étant guère consacré, la seconde épouse errait dans un couvent à entremise. Le lieu était jugé sulfureux et décadent par les autorités religieuses qui biffaient la réalité du couvent perverti au bénéfice d'un silence éloquent. Des couvents perdaient toute existence administrative de par le fait de leurs permissivités parfois simplement supposées.

Enfin, il ne faut pas oublier que s'il y avait les couvents portes-ouvertes, il y avaient aussi les couvents mêlant les rites catholiques magnifiquement édulcorés dans des bouillons de sorcières. Les élans démoniaques furent dénoncés dans le Malleus Maleficarum – le Marteau des sorcières – du 15ème siècle. La diffusion de la chrétienté ne s'est pas faite en une seule croyance. Des pratiques païennes, des croyances en des divinités naturelles, se sont intimement liées au déroulé des évangiles. Certaines communautés ont cherché des voies parallèles à l'absolutisme religieux de l'Eglise de Rome. Des communautés bien évidemment non reconnues, écartées, ou plus encore, désignées comme des vecteurs de sorcelleries innommables dont la simple évocation était un blasphème.

Une communauté de sorcières au bord d'un ruisseau, au cœur d'une zone humide, il faut bien admettre que cela en impose aux imaginaires les moins réfractaires aux démons. Ainsi la rumeur païenne survit insidieusement, indéfiniment, plus vivante qu'une réalité oubliée.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Table de sacrifice ou pierre plate ?

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Presbytère

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Caseyeur Kelou Mad

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Inscription maritime

Communauté de femmes religieuses ou sorcières

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Louis-Auguste Téphany

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille Vallaud

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024