Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les chantiers navals de Camaret-sur-mer

La cale Provost / Boënnec écourtée.

La Nébuleuse est un ancien dundee thonier CM 2924 de 1948 construit à Camaret sur le chantier Le Hir / Péron. En activité jusqu'en 1987, il est restauré entre 1994 et 1999. Gréement cotre à tapecul. Deuxième mât – tapecul. Une des vieilles coques témoin de l'âge d'or de la construction navale de Camaret.

Les premiers chantiers navals de Camaret-sur-Mer datent du début du 19ème siècle. Une cale, vers 1894, est construite pour Yves Boënnec et fils au Styvel.

Des noms de la construction navale à Camaret-sur-Mer :
• Le Goff Arthur installé à mi-sillon présent vers 1845
• Le Roux Philibert présent en 1856 entre le Notic et le Styvel avec une petite estacade.
• Hugot Bernard
• Morvan Alexandre 1908
• Corneille Dorso / Marchand
• Dagorn
• Provost Michel et son fameux ponton (demande de construction sur le domaine maritime en 1905) au Styvel avant d'être racheté par la famille Boënnec en 1913... Boënnec Michel associé à Lastennet Jean (1943) prennent la suite...
• Le Mérour Louis
• Le Fur Albert / Férec Auguste – chantier naval proche de la Tour Vauban
• Le Hir / Péron Louis jusqu'en 1949 puis Hippolyte le Hir jusqu'en 1958 voisin de l'atelier Gourmelon
• Gourmelon Alexandre à l'extrême pointe du Sillon
• Le Bris Eugène 1921-1948 ex apprenti de François Keraudren – spécialité des langoustiers à cul de poule – à l'entrée du Styvel dans l'ancienne conserverie Caradec avec une cale (1923) détruite en 1948
• Keraudren Corentin 1952-1962 / Belbeoc'h Paul 1962-1966 – devant la chapelle de Rocamadour – grands langoustiers à viviers

François et Joseph Keraudren (un premier chantier puis rachat du chantier le Goff / Le Hir vers 1910 + création d'une scierie en retrait du Corréjou) ont maintenu à flot un chantier naval sur le sillon de Camaret-sur-Mer entre 1892 et 1962. Un chantier naval qui a connu toutes les évolutions de la pêche locale et par voie de conséquence tous les gabarits des bateaux de pêche. La simple gabare ou canot pour la pêche de proximité jusqu'à l'unité de pêche du type Mauritanien, gros langoustier thonier conçu pour la pêche lointaine et ceci avant que la pêche ne décline et ne puisse faire vivre les nombreux chantiers navals de la Presqu'île. Il ne faut pas oublier l'époque des dundees, des sloops dans les années 30... Un savoir-faire exceptionnel. Bien que le chantier fut détruit le 24 décembre 1898 en pleine nuit par un incendie, le volume de travail était tel à l'époque que le sinistre fut vite oublié.

A propos des chantiers naval Lastennet, le premier chantier de la famille (grand-père Boënnec) se situe à l'église "en pleine ville", puis déplacé, le chantier s'installe au Styvel (un père et son fils) de 1940-1963 et enfin deux frères (André et Pierre). Dernier déménagement Quai Théphany dès 1982. La plus grande unité construite : un chalutier de 19,70 m en 1974 – la Lydie. L'un des derniers, le Lulu langoustier  de 1989 Cm800033. Il y avait eu aussi les chalutiers pour l'armement de la Saccam...

Le chantier Péron Albert 1953-1990 fut le chantier le plus récent et achèvera la période faste de la construction marine à Camaret avec les chantiers Boënnec-Lastennet... Le chantier Péron reprend l'atelier Gourmelon à partir de 1968 et rachète les activités de forge Barbu, de mécanique Bossennec Guy et d'un magasin d'accastillage quai Téphany et devient l'Atelier des Charpentiers de Marine Camarétois - ACMC – après la reprise par quatre des ouvriers.

En un seul coup d’œil, les Camarétois reconnaissaient le constructeur du bateau. Il y avait plusieurs chantiers sur le sillon et au Styvel. Et quand on demandait comment ils faisaient pour reconnaître des bateaux tellement similaires les uns aux autres, ils répondaient que les différences de style étaient évidentes sans être capables de préciser davantage... Un bateau ça se ressentait, voilà tout.

Au-delà de la construction, la réparation navale fut aussi une spécialité reconnue en presqu'île de Crozon. Celle-ci était parfois plus accessible à des charpentiers de marine indépendants qui n'avaient pas les moyens financiers d'investir dans un chantier naval : une entreprise qui nécessitait une mise de fond pour l'achat des outils et du bois et plus encore qui imposait un savoir-faire pour le dessin des plans de bateaux. Tout le monde n'avait pas ce talent créatif et technique.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau ?

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Recherches

Ce qui semble être un réservoir sur la commune de Camaret : vos connaissances à son propos seraient les bienvenues. D'avance Merci.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2022