Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Inscription maritime d'antan

La dénomination Inscription Maritime date de 1795 bien que l'administration des marins soit bien antérieure et se nommait alors Système des classes (1669 Colbert). Elle avait pour but d'enregistrer tous les marins de chaque port et de suivre leurs parcours, leurs situations de famille, tout particulièrement à savoir s'ils avaient suivi leur classe d'incorporation dans la marine du roi durant cinq ans avec en contrepartie une solde. Un commissaire des classes tenaient les rôles de chaque marin affichés en paroisse. Mixité civile militaire jusqu'en 1965, date à laquelle, la conscription est détachée de l'inscription maritime qui devient purement civile et se fond en 1967 dans la direction générale des Affaires maritimes, de la Pêche et de l’Aquaculture – Affaires maritimes – « AffMar  » – dépendante du Ministère de la Mer. Le bureau d'inscription maritime appartenait auparavant au ministère de la Marine marchande ou au ministère de la Marine selon les considérations géopolitiques (situations de guerre).

La marine de commerce et la pêche étant nettement plus actives en temps de paix, l'inscription maritime, après immatriculation des embarcations, enregistraient aussi les brevets des marins, patron de 1er rang, de second rang, spécialités, etc, et les moyens techniques embarqués afin de faire respecter les règlements de pêche tel que l'usage des dragues.

Le port de Camaret avait une activité dense de pêche avec des marins par centaines (1600 en 1939) et un nombre considérable de bateaux de tous types avec de surcroît un voisinage avec le port militaire stratégique de Brest. A chaque conflit, jusqu'à la seconde guerre mondiale, l'inscription maritime gérait les réquisitions autant humaines que matérielles. Un administrateur de première classe de l'inscription maritime avait son bureau et son logement dans un bâtiment administratif en surplomb du port afin de visualiser les situations.

Conjointement, un bureau des douanes, dans le même bâti, agissait sur le contrôle de la nature des marchandises et garantissait la perception de l'octroi – imposition sur les marchandises. Le port de Camaret étant un port de relâche, des bateaux de différentes nationalités étaient au mouillage quelques heures ou quelques jours, un laps de temps suffisant pour suspecter des activités illicites.

Lors de la seconde guerre mondiale, une hafenkommandantur – commandement de port – capitainerie – « encombre » les lieux au grand dam de l'administrateur Georges Robin dit « Trompe la Mort » qui se démena comme un beau diable pour contrarier les autorités allemandes copieusement.

Le bureau d'inscription maritime étant devenu peu conforme à la modernité ambiante, une capitainerie fut construite sur les quais tandis que l'ancienne IM devint privée pour une nouvelle vie.

Capitainerie.
Quai Gustave Toudouze.

48° 16' 45.6" N
4° 35' 52.6" O

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Table de sacrifice ou pierre plate ?

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Presbytère

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Caseyeur Kelou Mad

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Inscription maritime

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Louis-Auguste Téphany

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille VallaudSaint Norgard oublié – Pierre Profonde bombardée – Hagiotoponymes de la presqu'île de Crozon – Risque de pollution bactériologiquePorte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024