Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Villas de la montagne de Camaret-sur-Mer

De gauche à droite. 2 villas Antoine, villa Toudouze, villa Sauvaige.

Vestiges du Manoir de Saint Pol Roux.

Le célèbre peintre Eugène Boudin fut l'un des artistes à faire connaître Camaret-sur-Mer à ses amis parisiens. Camaret-sur-Mer eut donc la réputation d'apporter le calme nécessaire à l'inspiration. Progressivement bien des grands noms de l'élite intellectuelle et artistique de Paris vinrent passer des étés dans les hôtels du petit port de pêche à la fin du 19ème siècle. L'ère de la colonie artistique de Camaret. Quelques uns décidèrent de se faire construire une villa sur le haut des falaises sur des terres que les habitants considéraient comme inhospitalières.

En plein vent, sans abri aucun, à la merci des pluies violentes, cinq villas sont sorties de terre consécutivement parce que des artistes parisiens avaient décidé que les lieux étaient somptueux. Le grandiose se niche dans les lumières tourmentées sur une mer qui sait l'être tout autant. Les Camarétois appelaient ces bâtisses aux grandes fenêtres face à l'océan « les villas des montagnes ». La maison bretonne étant par essence minuscule avec le moins de fenêtre possible et ceci dans un cadre abrité, les nouvelles constructions de villégiature ont certainement dû détonner. Elles furent les premières maisons secondaires, un concept inexistant en presqu'île jusqu'ici.

Les notables, commerçants, investisseurs ont préféré des maisons cossues en pierres de taille en centre ville, proches du port car souvent la prospérité venait des affaires maritimes.

André Antoine Théâtre et Cinéma à Camaret

La première version de la villa Ar Mor Braz avaient des toits terrasses entourés de balustrades. La villa fut peinturlurée pour raison de camouflage par l'armée d'occupation allemande qui occupait la batterie côtière de Kerbonn à 80 m au Sud de la villa. Position fortement bombardée. Le premier occupant fut le médecin militaire Allemand de la batterie qui y installa son hôpital de campagne dans un certain confort. C'est le début de la guerre, peu d'avions de la RAF survolent et bombardent la zone, les pilotes ont l'air plus égaré qu'en mission. La batterie de Kerbonn est équipée à la française et la guerre est supposément finie dans quelques semaines. Le médecin choisit ensuite une maison du hameau de Kerbonn moins exposée avant de disposer d'un bunker sanitaire tant la guerre est devenue plus intense. Cette maison reçoit à la fin de la guerre une bombe américaine qui abîme très nettement la structure. La reconstruction avec toits à pans se fait vers 1951.

Cette villa est proche de celle d'André Antoine. Il se séparera des deux villas quand il quittera Camaret.

L'homme de théâtre* André Antoine (1858-1943) séjourne à Camaret à plusieurs reprises... Logé à la Tour Vauban, puis à l'hôtel de la Marine où il y fait quelques rencontres artistiques ou invite ses amis tel que le couple Ancey, il finit par acheter deux villas sur les hauteurs de Camaret.

André Antoine fait construire une première villa en 1904 – Armor-braz et en achète une seconde en 1912. Cette version est contestée par certaines sources**.

Il a pour voisins le poète Saint Pol Roux, l'auteur Toudouze entre autres... Les amitiés perdurent et Camaret devient un bouillon de culture, une colonie artistique... Paris n'est plus loin... La première guerre mondiale non plus. Antoine et Saint Pol Roux y perdent un fils soldat chacun...

André Antoine écrits trois scénarios fortement inspirés des "Travailleurs de la mer" de Victor Hugo et tourne des scènes du film muet à Camaret entre 1917 et 1918... Face à la déferlante des films américains de l'époque, André Antoine est un cinéaste méconnu dans son propre pays. Pourtant, il est celui qui tourne des extérieurs dans de merveilleux paysages choisis et qui fait participer la population locale. Les Camarétois figurants, bien qu'intrigués, furent heureux d'être filmés...

Un film d'un budget de 50 000fr vite dépensé. André Antoine filme un bateau échoué pour simuler un naufrage... L'histoire d'Hugo rentre mal dans le champ d'une caméra mais le film existe.

Il quitte Camaret en 1935 après la vente de ses biens. Il laisse le souvenir d'un homme discret et généreux puisqu'il aide financièrement la population de Camaret lors des famines de 1902 et 1903.

Depuis 1970, André Antoine est inhumé dans le cimetière de Camaret-sur-Mer avec Pauline Verdavoine épouse Antoine.

*Il prend "possession" du théâtre des Menus Plaisirs en 1897 (compagnie permanente du Théâtre-Libre d'André Antoine de 1888 à 1894 avant l'achat) et lui donne le nom du théâtre Antoine qui s'ouvre sur la modernité des spectacles. Il deviendra le directeur du théâtre de l'Odéon en 1906.

**Il existe une autre version dans les acquisitions d'André Antoine. Vivant à la tour Vauban, son fils tombant dans les douves, l'homme de théâtre décide de changer de lieu de vie et séjourne brièvement à l'hôtel de la Marine avant d'acheter une chaumière (la villa trois corps à deux pans). Il fait construire Armor-Braz dans les années qui suivent et la chaumière devient la maison des amis, des artistes pour la préparation de ses rentrées théâtrales. Armor Braz est vendue à un couple d'acteurs, amis d'Antoine en 1922.

Villa Dirag ar Mor de Gustave Toudouze

Les deux villas Antoine à gauche, la villa Toudouze à droite.

Après des années de vie estivale à l'hôtel de la Marine veuve Dorso à Camaret-sur-Mer, Gustave Toudouze, romancier vivant à Paris l'hiver saute le pas vers 1900 et se fait construire la villa Dirag ar Mor ("Face à la Mer") sur les hauteurs de Camaret. La famille est voisine du peintre Marcel Sauvaige qui y est installé depuis 1891 avec la colonie artistique de Camaret.

L'auteur connut le succès avec des ouvrages inspirés de la vie à Camaret  : « Péri en mer » et « Le Reboutou » malheureusement il mourut en 1904. Son fils, lui-même écrivain, gardera la maison jusqu'en 1971 date de sa mort.

L'aspect de la maison a changé, elle s'est largement agrandie depuis son premier plan.

Villa atelier Marcel Sauvaige Camaret

Marcel Sauvaige, de la colonie artistique de Camaret, est un artiste peintre « estival » qui décide, le premier, de faire bâtir une villa en haut de la « montagne » de Camaret-sur-Mer à Lagatjar. La construction de 1891, à l'origine, avait une vocation essentielle, celle d'être l'atelier de l'artiste dans lequel son ami Cottet peignit aussi. L'hiver venu, la maison était fermée durant de longs mois.

A noter que la villa fut cambriolée deux fois. Une première fois en janvier 1901, l'autre en octobre 1926, sans que les voleurs n'aient emporté quoique ce soit. La presse locale incrimina des bandes de jeunes désœuvrés alcoolisés qui cherchaient de l'argent liquide. Des dégâts matériels furent à constater.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée – Les coupes Rulianec et Breitling : Tennis-Clud de MorgatTal ar Groas ...

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022