Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Louis-Auguste Téphany 1866-1944, maire de Camaret sur Mer

Certains maires laissent après eux, l'envie d'un souvenir respectueux qui se traduit souvent par l'attribution du nom de l'édile à un lieu public. Ce fut le cas, en 1955, pour l'extension du port de Camaret-sur-Mer matérialisée par un quai prit sur la mer.

Le 17 mai 1935, à 15 heures, Mr Louis-Auguste Téphany (1866-1944), inspecteur principal honoraire de la compagnie générale transatlantique, suite aux élections municipales favorables, est élu, bien qu'absent pour cause de maladie, par le conseil municipal par 22 voix sur 22. Premier adjoint Alexandre Morvan, constructeur... Le nouveau maire avait été conseiller municipal auparavant.

La multiplication des langoustiers assure un dynamisme économique qui masque mal les disparités sociales. La pêche semble être le seul devenir camarétois... Cependant le maire envisage un abattoir qui sera inauguré en 1938.

Côté récréatif, l'élu est souvent en relation avec Mr Saint-Pol-Roux, poète symboliste, et président des régates de Camaret. Les mois de juillet, août sont l'occasion de fêtes communales connues de tous avec leurs corsos fleuris, leurs retraites aux flambeaux sur le sillon et leurs élections de la reine de Camaret et de ses deux dauphines. Un élan culturel est mené par les artistes qui séjournent à Camaret.

6 juillet 1937, accueil de 15 réfugiés espagnols – 5 femmes – 2 jeunes-filles – 8 enfants de Santander aux hôtels Moderne et de France pendant que la salle Océan (bal) de Mr Madec est aménagée. La traductrice est Mme Jacquolot, pharmacienne de Camaret. Ce sont les arrêtés préfectoraux qui décrètent les prestations à offrir aux réfugiés de la guerre d'Espagne partout en France.

Si Louis-Auguste Téphany est remercié par le nom d'un quai/rue, c'est en souvenir de sa ténacité à moderniser le port de Camaret dont les quais existants sont devenus trop courts pour le déchargement des pêches de plus en plus fournies.

Le maire va se battre avec acharnement pour faire accepter l'idée d'un vaste port de pêche aux représentants de l'Etat qu'il va croiser durant plusieurs mois.

28 décembre 1938, le ministre des travaux publics, Ludovic-Oscar Frossard, approuve l'extension du port de Camaret-su-Mer.

5 avril 1939, une délégation composée du maire Téphany, du député Crouan et des sénateurs Le Gorgeu et Quéinnec, rencontre le ministre des finances, Paul Reynaud (futur président du conseil), pour bénéficier d'une subvention d'Etat de 2,5millions de francs sur les 7,5 prévus. Le ministre avalise le projet ayant reçu des conseils avisés de la part du ministre de la marine, César Campinchi, qui souhaite un port de repli pour la Marine française en cas de blocage ou destruction du port de Brest, ou obstruction du goulet de la rade. L'appui militaire aura pesé sachant que la seconde guerre mondiale se profile. Lors de la première guerre mondiale, des sous-marins allemands s'étaient approchés de Brest et avaient été mis en déroute par la CAM59 de Camaret. Des sous-marins français mouillent parfois dans l'anse de Camaret. Avoir des quais à disposition est donc une sage décision stratégique au cas où.

3 septembre 1939 déclaration de guerre à l'Allemagne.

20 octobre 1940, cérémonie funèbre célébrée à la mémoire du Maître St Pol Roux décédé. Le maire déclame un éloge funèbre.

Mars 1941 : Mr Téphany devient président d'honneur du comité d'aide aux prisonniers de guerre avec la présence du recteur Grégoire Jaouen. Financement  : cotisations, dons, loteries, braderies...

Mai 1941 : le maire Louis-Auguste Téphany est maintenu ainsi que son premier adjoint par le sous-préfet de Châteaulin. Le gouvernement de Vichy supprime les élections municipales et ordonne la reconduction des élus non gaullistes après vérification des services des renseignements généraux. Les oppositions n'apprécient guère cette décision qui les destine à une attente de 6 ans. Vichy veut des municipalités à sa main.

Présence d'une femme dans le conseil municipal : la receveuse des Postes, Mme Francine Fuselier, est en charge des œuvres. En France, en 1941, de nombreuses municipalités, font appel à des femmes en tant que conseillères municipales mais toujours pour les affaires sociales et rien d'autre pendant longtemps.

Juillet 1941 : le sous-préfet de Châteaulin promet que le port de Camaret sera le plus important du Finistère mais le maire va devoir patienter. L'argent de la France et du gouvernement de Vichy est d'abord destiné à l'armée d'occupation allemande qui est prise en charge par l'impôt français. Les promesses de Vichy s'évaporent une à une partout sur le territoire.

La gestion de la commune de juin 1940 à septembre 1944 aura été rugueuse en fonction de l'autorité allemande d'occupation qui applique des réglementations hitlériennes plus ou moins travesties par les besoins locaux avec pour moyen de pression l'emprisonnement dans un premier temps, et la mort à partir de 1943. Des soldats allemands tentent d'abuser de la situation. Le maire est un médiateur exposé à la colère germanique qui s'accroît quand des soldats du front russe viennent se reposer à Camaret, les Allemands de Camaret apprennent que la guerre n'est pas à leur avantage bien qu'il leur soit interdit de parler aux permissionnaires.

Camaret, commune fermée à cause des batteries de Kerbonn et du Gouin et donc la circulation est régie par des permis attribués par la kommandantur. La vie des pêcheurs est ballottée entre autorisations et interdictions que le maire doit expliquer. La municipalité écope d'amendes de l'administration allemande pour le manque d'eau potable, le manque d'électricité, le mauvais rationnement de l'essence, etc. Les caisses sont vides. Le maire doit fournir de la main d'œuvre à l'organisation Todt qui construit le mur de l'Atlantique... Menace sur menace...

22 janvier 1944 décès du maire en cours de mandat. Un jeune-homme de 19 ans assure l'intérim de quelques semaines à la grande colère allemande qui prend l'affaire pour du mépris. Le préfet nomme un maire pour un an avant les prochaines élections de 1945.

Le projet de l'extension du port survivra à son principal instigateur et sera mis en chantier en 1949.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Table de sacrifice ou pierre plate ?

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Presbytère

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Caseyeur Kelou Mad

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Inscription maritime

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Louis-Auguste Téphany

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Porte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié – La population baisse de 3.9% en presqu'île (page actualisée) – Souvenir de la chapelle de la Trinité d'Argol – La mort à nouveau :  accidents – Les trois mamelles de Ste Gwen en Argol – La preuve par le bœufPanneaux routiers à l'enversMairie de Landévennec – Le château du roi Gradlon – Le Bois du Loc'h subit les changements de régime.

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024