Tour Vauban de Camaret - Fortification de la Presqu'île de Crozon

La Tour Vauban au lever du jour.

La Tour Vauban sur le sillon de Camaret-sur-Mer

Four à boulets.

L'anse de Camaret est un lieu idéal pour un débarquement ennemi qui aurait tôt fait de revenir vers Brest et faire tomber ce port primordial de la Royale (Marine française).

Sébastien le Preste de Vauban (1633 – 1707) ingénieur et certainement architecte militaire de génie sous Louis XIV, qui est en charge de la construction des défenses côtières de la France, une sorte de mur de l'atlantique avant l'heure nommé alors la "ceinture de fer", fait implanter une tour crénelée, truffée de meurtrières, cernée par une plate-forme pour 9 canons orientés sur 200°, le tout entouré d'une douve murée. La batterie côtière complète devait se composer de 48 canons de marine. Il semblerait que Vauban ait tergiversé pour aboutir.

L'exécution des travaux est effectuée par l'ingénieur Traverse, collaborateur de Vauban, à partir de 1690 pour le terrassement et les préparatifs et 1693 pour l'élévation.

Efficacité de cette défense monumentale vite mise à l'épreuve le 18 juin 1694 - bataille de Trez-Rouz, alors que le chantier est inachevé. Le dernier étage de la tour n'est pas construit, pourtant la flotte anglo-hollandaise tente un débarquement dans le port et sur les plages voisines. L'ennemi est repoussé grâce à la puissance de feu de la tour.

Traverse apporte un plan modificatif avant la fin des travaux, plan annoté par Vauban en 1696. 2 embrasures de canon sont ajoutés ce qui permet de passer à 11 canons.

Isaac Robelin dessine un plan en date du 9 décembre 1722. L'architecte est en charge des défenses de Brest après Vauban. Le plan amène des modifications dans la construction. Suppression de lucarnes du toit et surtout dallage de la cour de la batterie basse qui à l'origine était prévue en madriers de bois.

L'armement est composé de 9 canons de 24 livres et de 2 mortiers sur la plate-forme basse en embrasures et de quatre canons de 18 livres en haut de la tour pour du bombardement.

Les embrasures sont obturées en 1780 et les tirs se font par dessus le parapet. Le calibre le plus élevé fut du 48 livres pour un à deux canons selon les dates.

La tour sera modifiée en 1794 avec l'adjonction d'un four à boulets. Les boulets rougis au feu tombent sur les ponts des navires en bois et créent l'incendie à bord.

Ensuite, périodiquement et sous la contrainte des évènements politiques, la tour Vauban est remaniée et rééquipée de nouveaux canons toujours plus puissants. Une puissance telle qu'au 19ème siècle, il n'est plus possible d'armer la tour qui s'effondrerait comme un château de cartes si elle devait recevoir un obus ennemi. Une batterie de côte est installée au sol entre la tour et la chapelle Rocamadour en 1861.

Curieusement, il est possible de louer les lieux et d'y habiter quelque temps, ce que fera André Antoine.

La tour Vauban est classée aux monuments historiques en 1907.

Lors de la première guerre mondiale, pour alimenter la CAM 59 (base d'hydravions du sillon), une citerne d'eau en béton y est construite -  la tour est de plus en plus négligée, abîmée.

En 1930, un projet de restauration est prévu mais la seconde guerre mondiale interrompt l'élan. La tour Vauban échappe à la guerre car l'armée d'occupation ne s'en sert pas de manière stratégique à cause de sa fragilité. Cependant, l'armée alliée, sans doute l'aviation américaine, mitraille la tour avec des projectiles incendiaires, le 3 septembre 1944 (le grand bombardement de la presqu'île), ce qui a pour conséquence de déclencher l'embrasement de la toiture. Certains textes relatent aussi la volonté des Camarétois d'y mettre le feu en 1944 pour que cesse les attaques américaines.

Cette fois est la bonne, en 1955, un nouveau projet de restauration est lancé avec exécution en 1956 et 1957. Les choix de restauration sont une compilation et interprétation des différents aménagements des siècles passés... La couleur rouge provient d'un enduit à base de chaux et de briques pilées appliquées. Un choix de couleur pour rappeler ce que Vauban appellait la "Tour dorée". Certains historiens hurlent au massacre magistral. Ne serait-ce que la toiture, comment fallait-il agir puisqu'elle faisait partie intégrante de la tour crénelée par intermittence selon les époques ?

En 1992, une passerelle fixe est construite afin de favoriser les visites du public..
Suite à cela, un musée de la Marine s'y installe jusqu'en mai 1993.

La Tour Vauban est classée patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2008.
En 2015, des travaux d'accueil du public sont réalisés à hauteur d'1.5 million d'euros dont un pont-levis constitué d'une partie fixe et d'une partie mobile fonctionnant par un système de contrepoids et de chaînes. La grille des financements : 30 % de la région, 27,20 % de la fondation Total, 24 % du département, 9,80 % de la commune, 9 % du ministère de la Culture.

Découvrir

Pointe de Pen-Hir

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Brise-lames du port Vauban

La vague artistique 19-20ème

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021