Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les quais de Camaret-sur-Mer

Durant des siècles le port de relâche de Camaret imposait que l'on échouât les embarcations sur un large lit de vase qui allait jusqu'aux limites des maisons de conserveries et pressages traditionnels qui correspond aujourd'hui au second rang de construction. L'activité portuaire s'étant accrue, les quais devinrent une obligation pour accueillir des bateaux plus grands, plus chargés. Faute de moyens financiers, la commune dut fractionner les aménagements sur des décennies. En retrait des quais, un nouveau rang d'immeubles fut élevé pour des commerces plus variés et les premiers hôtels au succès considérable.

Le quai Louis-Auguste Téphany

La criée sur le quai Louis-Auguste Téphany.

Les 150 langoustiers du port de Camaret-sur-Mer des années 1930 ont toutes les peines à débarquer leurs pêches sur les quais qui longent la commune. Une zone portuaire est projetée à grand renfort de béton et d'enrochement dans le prolongement du quai Kléber pour un budget prévisionnel de 10 millions de francs.

Une fois le port dragué, les 37000m² de terre-plein sont développés de 1949 à 1955. L'inauguration du 7 août 1955 dévoile le nom choisi : le quai Téphany (Louis-Auguste), du nom du maire de Camaret de 1935-1943. Un quai de 320 m de long, 10 mètres de haut et deux digues bordent la zone où les contenus des dragages d'un volume de 62000m3 comblent le cœur de la plate-forme sur laquelle sont construits des viviers (Edouard Millet et Marée Camarétoise) très rapidement, une fabrique de glace est ajoutée en 1960 ainsi qu'une criée. Des installations qui se justifient tant la pêche de la langouste semble être intarissable. La fin des Mauritaniens plonge Camaret dans l'incertitude. Les pouvoirs publics tentent de rapprocher les Camarétois de la pêche aux poissons côtiers en rénovant la criée en 1988.

La pêche est moribonde. Une criée est ouverte à Brest en 1992. La criée de Camaret n'ouvre que deux jours par semaine, les volumes de vente des produits de la mer sont aléatoires, voire anecdotiques, la criée ferme en 1994 alors qu'elle n'est déjà plus aux normes. Progressivement la plaisance prend pied sur le quai Téphany. En 2006, l'ancien vivier Edouard Millet devenu Brest Ouest Marée est balayé par une tempête...

Quai Kléber en Camaret-sur-Mer

Ancien perré qui va être recouvert par le nouveau.

Une ligne de palplanches délimite le quai du domaine maritime.

Le nouveau quai Kléber à l'épreuve d'une grande marée calme.

Dans sa topographie d'origine, le rivage en lieu et place du quai Kléber, était un loch (nom d'origine celtique signifiant étang du littoral vaseux et peu profond), une zone humide marécageuse constitué d'un étang de 5 hectares nommé Pen-ar-Pont dont les excès d'eau gagnait la mer par un large estuaire vaseux. En passant par la côte, les Camarétois devaient attendre la marée basse et sautiller sur les cailloux élevés pour garder les sabots au sec. Cette configuration était connue en plusieurs points en presqu'île de Crozon : Morgat, Kervian en Roscanvel... Chacun son loch. Tant qu'il n'y avait qu'une faible activité économique et une vie en autosuffisance, les habitants s'en accommodaient.

Sur cet estuaire fut construit un moulin à eau et à vent, cela assurait au meunier une énergie motrice quasi constante pour moudre les céréales. A cette occasion, l'estuaire avait été restreint à un canal à clapet en pierres, afin de donner de la puissance au passage des eaux. Les pêcheurs quant à eux échouaient leurs barques sardinières au plus haut pour fournir les magasins de transformation de la commune. L'étang était asséché pour créer des zones de cultures maraîchères mais aussi des lotissements car la population augmentait grâce à la pêche, seul le ruisseau était préservé.

L'activité portuaire en forte croissance imposa la création de quais mais par manque de moyens financiers, la municipalité fit au plus simple en créant le quai Gustave Toudouze sans se préoccuper du loch. Ce dernier vit apparaître progressivement un chemin digue. Le rivage fut empierré abondamment tout en laissant passer les eaux d'écoulement . A force de patience, ce qui n'était qu'un chemin surélevé devint une route digue qui enfin n'était plus submergée à marée haute (1868). Les charrettes et autres attelages pouvaient circuler tant bien que mal mais derrière cette digue, côté terrestre, une zone marécageuse récupérant des eaux souillées des sardineries causa un problème sanitaire d'autant que les usines de conserveries de sardines arrivèrent, et les eaux de lavages devaient être évacuées à la mer au plus vite. Le port lui-même nécessitait un approfondissement de ses eaux car les barques sardinières s'allongeaient. Les pierres du fond du port remblayèrent l'arrière digue transformée en place. Les eaux usées étaient guidées par canalisations métalliques souterraines. Ce ne sera qu'en 1931 que commenceront, par tranches, la réalisation d'un quai qui épousera la courbe du port pour lier le quartier des Quatre Vents au quai Gustave Toudouze. Fin des travaux 1943, en pleine seconde guerre mondiale.

Depuis 1996, les signes apparents de faiblesse du perré du quai (habillement des pans du quai par des pierres) n'ont fait que croître. Ajouté à cela les débordements de la mer, lors des forts coefficients de la marée et des tempêtes conjuguées, nécessitaient une reconfiguration du quai nommé Kléber sans doute appelé ainsi en mémoire du croiseur cuirassé coulé par une mine allemande alors qu'il rentrait sur Brest. Parmi les 42 victimes, un marin Alain Mercier (1888-1917), quartier maître chauffeur, habitant à Camaret-sur-Mer y avait perdu la vie.

Quai Gustave Toudouze en Camaret-sur-Mer

De 1842 à 1845, sont enfin construits des quais à Camaret-sur-Mer dont l'activité portuaire croît sans les facilités de déchargement utiles à des bateaux toujours plus grands. Jusqu'ici les pêcheurs devaient échouer leurs embarcations et parcourir à pied l'estran pour enfin atteindre les maisons du port en retrait. Les maisons du front de mer n'existaient pas alors car il eut été dangereux de construire à cause des submersions possibles.

La jonction avec le quartier du Styvel ne se fera qu'en 1895.

Le quai permet d'installer le poumon économique de Camaret entre hôtels et maisons d'armateurs en front de mer.

En 1900, la municipalité remercie le poète Gustave Toudouze d'être venu en aide aux pêcheurs de sardine connaissant la famine pendant la crise sardinière. De l'argent personnel du romancier et celui de collectes ont permis d'aider les Camarétois en détresse qui ont connu, comme tous les pêcheurs de la région, les distributions aléatoires de pain. Le quai porte donc le nom du protecteur, un "parisien" qui est venu vivre à Camaret et qui a contribué à initier la commune à une vie artistique avec des amis artistes venus eux-aussi de Paris. Cette période reste rayonnante à jamais.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée – Les coupes Rulianec et Breitling : Tennis-Clud de MorgatTal ar Groas ...

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022