Manoir de Saint Pol Roux - Manoir du Boultous - Coecilian

Le poète St Pol Roux vient régulièrement à Camaret-sur-Mer à l'hôtel se ressourcer. Puis il vit avec sa famille en location à Roscanvel (1898) dans la chaumière de Divine. Sans doute amoureux de la région, il décide de se faire construire une villa (1904) aux allures de château sur un terrain acheté à un pêcheur. Les plans sont de l'architecte Philippe qui a oeuvré pour quelques villas à Morgat avant que Gaston Chabal n'entre en scène. Le manoir s'appelle dans un premier temps le Manoir du Boultous (le poisson : la lotte). A la mort de son fils aîné lors de la première guerre mondiale, le poète très affecté change le nom de sa demeure selon l'un des prénoms du défunt : Coécilian. Le manoir de Coécilian n'a pas fini de connaître des drames des guerres successives.

A l'entrée en guerre un soldat Allemand ivre fait irruption dans le manoir agresse et tue la bonne Rose Bruteller puis poursuit sa folie à l'égard de Divine, la fille du poète... L'évènement n'empêcha pas une installation confortable du poste de commandement.

Le Manoir du Boultous ou Coecilian de Saint Pol Roux est occupé par l'armée allemande dès la fin 1940. L'état major de Marine-Flak-Abteilung 804 l'occupe pour le commandement. Le PC de combat de la 804 est à Lanvéoc et est commandé Kapitänleutnant puis Korvettenkapitän MA der Reserve Hartwig Grabenhorst jusqu'en avril 1944. Le Korvettenkapitän MA der Reserve Alfred Wind prendra la suite jusqu'à la débâcle de septembre 1944. Grabenhorst est un soldat de la première guerre mondiale (17 ans en 1914) et en portait la croix.

La Ma.Fl.A.804 est une unité de la Kriegsmarine (marine allemande) qui se consacre à la défense antiaérienne des côtes. Cet état major commande 7 batteries sur la Presqu'île de Crozon. Batteries 1 et 6/804 Pointe des Espagnols. 2/804 Quélern. 3/804 Rigonou puis transférée à l'île Longue.  4 et 5/804 Roscanvel. La batterie 7 était une batterie d'instruction.

L'armée allemande a installé deux canons de 95mm français aux portes du manoir. Le manoir est bombardée à la fin de la guerre et ce sont les ruines qui se souviennent désormais du passage du poète à Camaret-sur-Mer.

Après guerre, Divine Roux cède le bien à la commune de Camaret-sur-Mer dans l'espoir qu'un musée soit ouvert... Lieu de mémoire culturel où André Breton, Max Jacob, Jean Moulin y passèrent où Pierre-Paul Roux préserva les Bois de la Maison du Jouir de Gauguin. Paul Gauguin (1848-1903) décora de bas-reliefs en panneaux de séquoia polychromes l'entrée de sa maison aux îles Marquises en 1902 quelques temps avant de mourir.

Durant sa vie camarétoise le poète fut de tous les évènements locaux, il rédigea, par exemple, l'oraison funèbre de la veuve Dorso, versifia sur la commémoration anglaise de la bataille de Trez Rouz... Il fit connaître le théâtre aux Camarétois et déboursa bien de l'argent lors des famines pour aider les pêcheurs à survivre. Sans oublier sa participation à la réhausse des menhirs de Lagatjar et aux travaux de rénovation de la chapelle Rocamadour...

Saint-Pol-Roux rencontre Amélie Bélorgey en 1891 à Paris. Il annonce par pneumatique son mariage avec « la mère de mes gosses ». Il fait savoir aux poètes en amitié la date et le lieu de la cérémonie : 5 février 1903 à 11 heures à la mairie du XIème arrondissement. Quelques invités : Régnier, Pilon, Degran, Paul Fort, Merrill, Kahn, Moréas. Les témoins : Mendès, Mirbeau, Antoine. En 1903, c'est la construction du manoir du Boultous alors que le couple a quitté Paris en 1898 pour faire des économies. Au cours de la guerre (1914), il perd un fils, Coecilian, et vit pratiquement sans revenus. Son épouse est malade et décède en 1923. En 1920, il tente de quitter Camaret en mettant en vente sa chère demeure irrévocable mais aucun acheteur se laisse tenter. La vente avait été organisée en catimini. La mise aux enchères de ses meubles et objets à Drouot constitue une dernière possibilité. Certains intellectuels pensant être utiles firent la promotion de la vente : « Si nous le faisons, c’est dans l’espoir de venir ainsi en aide à un grand poète qui est aussi un grand honnête homme (…). Il est triste qu’un artiste aussi élevé soit obligé de se dépouiller ainsi des choses les plus indispensables à l’existence, pour ne pas mourir de misère ». Jean Dorsenne, journaliste, poète, romancier reconnu, transmettait les mots d'une errance artistique. L'hôtel Drouot, fin décembre, ne fit pas le plein malgré trois articles dont deux rédigés par Saint-Pol-Roux lui-même qui furent diffusés par Jean Royère poète, essayiste, préfacier, ancien directeur de la revue littéraire la Phallange. Le symbolisme de Saint-Pol-Roux n'était plus lu que par quelques élites et si à Camaret-sur-Mer, le poète écrivait des lignes à chaque cérémonie officielle locale, sa renommée n'était déjà plus. En l'absence de rentrée d'argent, le poète resta à Camaret jusqu'à ce que la seconde guerre mondiale apporte le malheur.

La Société des amis de Saint-Pol Roux se démène pour que soient préservées les ruines en l'état, ce qui sans travaux est impensable tant le site est exposé aux intempéries et la structure mal-en-point malgré les travaux déjà effectués par le passé.

Une pétition en janvier 2019 de la société créée en 2009 est diffusée pour une prise de conscience patrimoniale. François Sénéchal, maire de Camaret, répond : «La commune n’a pas les moyens financiers ni l’intention d’intervenir dans ce dossier. La SASPR est libre de proposer un financement participatif qui permettrait d’effectuer ces travaux de consolidation». Un désintérêt communal qui surprend certains au vu des subventions et budgétisations obtenues pour des travaux d'une toute autre ampleur - le corps de garde - le quai Kléber...

Chaque jour, on vient voir la mer, regarder les couchers de soleil, apprécier l'atmosphère unique du lieu... On vient du quartier promener son chien et de toute l'Europe... En janvier 2019, à l'heure du refus, un groupe de jeunes Coréennes du Sud s'extasiaient devant le Rocher du Lion, la pointe du Toulinguet et parlaient dans un français impressionnant de l'œuvre de Saint-Pol Roux... Le manoir de Saint-Pol Roux n'est pas qu'un tas de pierres branlantes mais une rime au respect du patrimoine immatériel mondial. Le dévouement d'antan du poète oublié n'est donc pas récompensé par le moindre effet de mémoire matérielle...

Pointe de Pen-Hir

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Brise-lames du port Vauban

La vague artistique 19-20ème

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021