Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les menhirs et alignements de Camaret-sur-Mer

Les menhirs de Camaret-sur-Mer ne se résument pas qu'aux fameux alignements de Lagatjar. Ces derniers n'ont pas l'importance de leurs origines. Certains préhistoriens supposent que toutes les hauteurs de la pointe du Gouin et celle du Toulinguet jusqu'à la pointe de Pen-hir constituaient un immense site mégalithique. Il faut donc imaginer des centaines de menhirs face à l'océan, proches des étoiles.

Les alignements de Lagatjar

Les ruines du Manoir de Saint-Pol-Roux en fond.

Les menhirs dans la brume de mer qui vient juste de s'étaler sur le site. Ciel bleu en altitude.

Les alignements de Lagatjar sur la commune de Camaret-sur-mer proche de la Pointe de Pen Hir sont les restes d'alignements mégalithiques (3000 – 2500 avant JC) plus importants. Ils sont supposés être des alignements astrologiques sans pour autant ne disposer d'aucune certitude. Il y aurait eu 600 menhirs décomptés en 1776. En 1883, devenus monuments historiques, le comptage descend à moins d'une centaine. Certains menhirs sont couchés, d'autres ont été réutilisés pour des constructions et comme pierres concassées pour stabiliser les routes alentours. En 1926 (la date varie selon les sources de 1926 à 1928), 74 menhirs tombés seront relevés grâce au mécénat de l'écrivain Saint-Pol-Roux, propriétaire d'un manoir à proximité mais aussi avec la participation de l'Institut Finistérien d'Etudes Préhistoriques, et l'influence du préfet du Finistère et du député. Les alignements sont un F majuscule à l'envers face à la mer.

Le nom de Lagatjar serait issu de l'expression bretonne "Lagat-yar" = "Œil de poulet". Des préhistoriens s'avancent sur l'hypothèse de la pratique du sacrifice de poulets dans les cérémonies cultuelles organisées sur une pierre de sacrifice.

Rien que des propositions d'historiens : Le culte d'alors pourrait avoir été lié aux divinations concernant le destin des individus. Le ciel, les astres organiseraient une vie pré-écrite des hommes. Des cérémonies dans des lieux dégagés permettaient à une population d'être au contact d'un ciel qui donnait l'orientation à suivre pour survivre.

Une agrafe de bronze pour éviter l'effritement complet.

Le commandant Bénard Le Pontois (à droite de la photo), président de l'Institut Finistérien d'Etudes Préhistoriques, dirige avec Mr Gaston Chabal architecte des monuments Historiques , Mr Belhommet et Mr Le Cordenner les travaux de relèvements.

A gauche, le commandant Le Pontois, au centre le poète St Pol Roux.

Des pierres sur un lieu de prélèvement.

La provenance des blocs de pierre est désormais établie comme étant une extraction de proximité dans les falaises locales. D'ailleurs certains blocs abandonnés sont considérés comme des menhirs en préparation qui n'ont pas été déplacés sur quelques centaines de mètres pour une raison inconnue.

Table de sacrifice ou pierre des sacrifices

Si cette pierre s'avérait être une table de sacrifice avec sa "cuvette" de sang (tâche sombre d'eau de pluie stagnante), celle-ci conforterait la supposition que les alignements de Lagatjar se poursuivaient bien plus longuement que la représentation actuelle. Les pierres de sacrifice sont souvent proches de menhirs car ceux-ci auraient un lien avec les constellations du ciel.

Durant la période finale du néolithique pendant laquelle les hommes sont sédentaires, ces derniers développent des lieux de vie et des lieux de vénération. Parmi l'expression de ces croyances inconnues aujourd'hui, il semble que les cérémonies sacrificielles aient eu une place majeure dans l'existence des peuples.

Des historiens considèrent la pierre creuse en bord de falaise devant le rocher du Lion comme une pierre de sacrifice, couramment appelée aussi table des sacrifices. Sacrifices animaliers, sacrifices humains, on ne sait rien de précis de ces fêtes envers des dieux oubliés. Une date de célébration est avancée, vers le 9 août, un peu plus tard désormais (11 au 15 août), lors des nuits claires quand les Perséides tombent du ciel. Une pluie d'étoiles filantes issue de la constellation de Persée fils de Danaé et de Zeus, "sombre" dans la mer. De quoi s'inquiéter si le ciel doit lui aussi tomber sur la tête des incrédules. Les Quadrantides de janvier et les Géminicides de décembre sont plus difficiles à voir à cause de la couverture nuageuse.

Une fois les incantations livrées à l'écoute des cieux, on jette les corps et les restes dans une fosse de proximité au titre d'offrandes aux dieux.

Quelques rites sont ensuite récupérés par la religion chrétienne, ainsi les Perséides deviennent les larmes de Saint Laurent, les sacrifices en moins et la peur des enfers en plus.

Le site des rituels est envahi par la construction d'un encuvement de projecteur militaire de marine datant de 1932.

48° 15' 56.2" N
4° 37' 7.5" O

Les menhirs de Coecilian

Le menhir le plus grand 1.5m.

Le menhir d'une taille de 0.80m.

Un menhir couché.

Les menhirs de Coecilian du prénom du fils disparu à la guerre du poète Saint Pol Roux dont les ruines du Manoir sont à la proximité Sud, sont regroupés dans les prunelliers de la lande. A l'Est, les alignements mégalithiques de Lagatjar. Les trois petits menhirs ont-ils un lien avec cet alignement dorénavant très incomplet ?

48° 16' 30.6" N
4° 36' 41.2" O

Pierre et maison du Conseil en Camaret

La « Pierre du conseil » appelée aussi la « Vigie » fut longtemps considérée comme un dolmen chahuté par les humains qui en aurait perdu sa forme et sa fonction originelle, c'est-à-dire celles d'une sépulture néolithique. Plus récemment, l'idée du dolmen fut abandonnée. Il s'agirait d'un simple empilement naturel de gré armoricain qui trouve son pendant dans la tête du Bolchevick non loin de là. Les vieux pêcheurs sardiniers se réunissaient régulièrement en ces lieux pour scruter la mer d'Iroise afin d'en donner le conseil aux jeunes générations. Il s'agissait donc d'une station météorologique avant l'heure. C'était aussi l'occasion de bonnes rasades dans le corps de garde du signal de Penhoat (sémaphore de Camaret) à trente pas. Une fois les décisions prises, on descendait tant bien que mal pour rendre compte au port.

Une autre version légèrement différente indique que des capitaines de cabotage qui mouillaient dans le port de relâche de Camaret-sur-Mer, venaient voir la fin des tempêtes sur les hauteurs de cette pierre avant de repartir naviguer avec l'équipage. Cette histoire est attestée au début du 18ème siècle. Cela sous-entend que les conseils s'échangeaient avant que l'armée française n'occupe les sols avec ses signaux sémaphoriques du 19ème siècle.

La Pierre du conseil est un lieu-dit recensé par l'administration dont les seuls habitants (1866) sont la famille Largenton, soit le mari, Joseph, qui est aide-boulanger à Camaret et son épouse, Marie-Jeanne (née Le Guen), qui est cultivatrice sur place – Ils ont trois enfants. En 1872, on compte deux familles : René et Raoul... Pêcheurs et journaliers. Le site est exposé à tous les vents, toutes les pluies, il est donc probable que les familles devaient être particulièrement pauvres pour y résider.

Les deux dolmens de Rigonou en Camaret sur Mer

Localisation des deux dolmens de Rigonou.

Deux dolmens ont été recensés par le passé au Nord du hameau de Rigonou. Selon certaines sources ces vestiges de dolmens insérés dans le talus d'un chemin constituaient des éléments d'une allée couverte mégalithique. D'autres sources se contentent de parler de deux petits dolmens. Aujourd'hui, c'est seulement en hiver que des pierres sont visibles quand la végétation annuelle est absente. Ces dolmens sont proches de la mer, au bord de l'anse de Camaret-sur-Mer.

Camaret à découvrir

Aller à l'essentiel

Pointe de Pen-Hir

Manoir de Saint Pol Roux

Phare du Toulinguet

Tour Vauban

Alignements de Lagatjar et plus...

Patrimoine religieux

Eglise Saint Rémi

Chapelle ND de Rocamadour

Chapelle de Saint Julien

Calvaires

Pointe du Grand Gouin - du Couvent

Chanoine Bossennec

Le port, les quais...

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Arche de Camaret

Grue à mâter d'armement

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quais

Brise-lames du port Vauban

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Béziers conserverie

Cabanes noires de coaltar

Chantier naval

L'usine rouge

Pressage des piles de sardines

Grand Magasin

Port de plaisance

Fresque murale Sevellec Henriot

Des pierres...

Villas de la Montagne – des artistes

Abri du marin

Hôtels "historiques"

In hoc signo vinces

Maison d'armateur

Maison des mareyeurs

Rues de Reims, Dixmude, de la Marne

Place St Thomas

Moulin à vent

Rue/impasse du Moulin Cassé

Pont du Kerloc'h

Réservoir à eau de la gare

Abattoir

Fontaines

Salle de Venise

Station service Purfina

Histoire

La vague artistique 19-20ème

Limites communales

Rue Georges Ancey

Chez Mémé Germaine

Auberge de jeunesse

Divers

Borne 1000km GR34

Ecole du Lannic

Ecole du Kerloc'h

Réparation mécanique

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée – Les coupes Rulianec et Breitling : Tennis-Clud de MorgatTal ar Groas ...

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022