L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic

Entre le mois de juillet 1944 et le 17 septembre date de la libération de Lanvéoc, de nouveaux avions allemands sont affectés à la base de Lanvéoc-Poulmic. Certains récits de l'époque parlent d'avions à réaction, en réalité l'avion à réaction de l'aviation allemande (Me 262) ne sera en service qu'en novembre et en novembre, la presqu'île de Crozon ne compte que des soldats Allemands prisonniers qui déminent les plages. La présence de l'avion fusée Me 163B est quant à elle avérée. Un exemplaire fut conservé en mauvais état dans "le cimetière" de la base, il aurait abattu trois forteresses volantes B17 américaines vers St Brieuc.

Il existe aussi des photographies de l'époque montrant un ciel de Lanvéoc traversé par des traînées de condensation (contrails) qui sont le fait d'avions sans hélices.

L'avion Messerschmitt 163 Komet de petite taille (longueur 5,7m) fut décliné en plusieurs versions cependant la version Me 163B fut la seule réellement opérationnelle mais à 20 exemplaires au mieux, en service, en même temps, sur les 364 construits toutes versions confondues. Le petit avion était posé sur une rampe, allumait son moteur "fusée" dont l'échappement était à 1800°C - moteur-fusée bi-carburant Walter HWK 509A-2 - très vite il atteignait les 300km/h puis larguait ses roues avant et grimpait en altitude à 80° jusqu'à se trouver au-dessus des avions alliés à combattre. Il piquait ensuite sur sa cible à 750km/h - vitesse maximale 950 km/h (Mach 0,78) - faisait usage des deux canons Mk-108 de 30 mm de ses ailes - 2 chargeurs de 60 obus - puis subitement son moteur s'éteignait ayant brûlé tout son comburant - mélange hydrazine/méthanol - version la plus évoluée. Le pilote devait rentrer à sa base rapidement car l'avion planait uniquement et devait se poser en urgence. Les atterissages sans roues avant s'effectuaient sur un patin métallique ventral sur une piste d'herbe parfaitement plane. Le moindre défaut de planéité faisait rebondir le planeur violemment et le crash survenait. Pour les "survivants" de ce périple infernal, le planeur était remorquer par un véhicule - Scheuchschlepper.

Les tourelles défensives des bombardiers américains avaient des rotations trop lentes pour envisager une interception et ceci à une vitesse de croisière de 300km/h. Les chasseurs d'accompagnement volaient à 500 ou 600km/h (vitesse de croisière hors accompagnement). Les Komets étaient inatteignables tant que leur moteur les propulsait, ensuite en situation de planeur, ils devenaient des cibles faciles car ils ne pouvaient varier de trajectoire, descendant dans le vent avant de se poser à de grandes vitesses encore. Les contre-attaques alliées à l'encontre de "l'oeuf motorisé" - surnom du Me 163 donné par les pilotes Américains - furent destructrices d'autant que les lieux de décollages étaient connus.

Le programme du Me163 s'arrêta en avril 1945 par manque de comburant en ce qui concerne les Allemands mais plusieurs nations s'intéressèrent aux procédés techniques néanmoins au vu de la dangerosité et à l'avènement du moteur à réaction plus fiable, l'engin fut abandonné.

Côté pilote Allemand, l'attaque d'un bombardier tenait en quelques petites secondes avec deux canons à cadence trop lente et un système de visée trop rudimentaire à de telles vitesses d'action. L'efficacité était plus du domaine du hasard favorable et les victoires au combat furent modestes. Par exemple l'escadrille I./400 JG principale composante active, comptabilisa 9 victoires pour 14 pertes.

Il fallut une formation spécifique pour des pilotes chevronnés afin de piloter de tels avions dangereux par eux-mêmes. L'unité constituée 400 JG - Jagdgeschwader 400 - escadrille de chasse 400 - fut essentiellement répartie en Allemagne. Pourtant durant quelques semaines, quelques exemplaires de Me 163B furent intégrés avec leurs pilotes sur des bases françaises. Ensuite un regroupement fut à nouveau effectué mais la fin de la guerre approchant, l'unité fut dissoute au printemps 1945.



Mur de l'Atlantique

Garde de côte Allemand 1940

Saint Efflez

Capitulation

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Poste de tir des mines de Cornouaille

Batterie antiaérienne pointe des Espagnols Cr332

SeeTakt C 42 - Position radar Cr42

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Batterie du Menez Caon

Station radar du Menez Luz

Détails de mission du bombardement du 3 septembre 1944

Bombardement du 25-26 août 1944

Missions RAF 1940

Missions RAF 1941

Missions RAF 1942

Missions RAF 1943

Missions RAF USAAF 1944

Administration des bombardements

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Aber

Bunker 501 et 502

Bunker 515

Bunker 601

Bunker 621

Bunker 627

Bunker 633

Bunker 634

Bunker 636a

Bunker 638

Bunker 669

Bunker 668

Petit Gouin

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker tobrouk Vf8 58 c & d

Mg-stand multi-créneaux

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Kabelbrunnen - puits à câbles

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon

Goulien

Wn Cr7 Kersiguénou Sud

Wn Cr? Pointe de Trébéron

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Wn Cr5 Kerloch

Wn Cr323 Batterie antiaérienne Saint Jean

Wn Cr330 Batterie antiaérienne Pont-Scorff

Wn Cr354 Batterie antiaréienne de Trébéron

Wn Cr507 Station radio Kervenguy

Kriegsfischkutter

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Bunkers de Telgruc

Défense allemande de Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Encuvement fl307

Torpedobatterie Pointe Robert

Torpedobatterie de Cornouaille

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Porte belge - porte Cointet

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36

Mines allemandes

Radar et écoute acoustique

Embase béton de canon Flak 2cm

5e Panzerdivision

Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021