Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Programmes et normes des bunkers allemands WW2

La ligne Maginot (1928-1938) est française, il s'agit d'une ligne de défense militaire avec casemates (bunkers – blockhaus), artilleries, sur l'ensemble de la frontière Est de la France, elle avait pour devise "On ne passe pas". L'adresse est envoyée à l'armée allemande menaçante, ceci d'autant plus que le nazisme s'installant au pouvoir, l'envie de revanche germanique (après la défaite 1914-18) croît invariablement. Cependant, l'Allemagne craint aussi une invasion française et met en place une ligne de défense basée sur des bunkers (blockhaus) types dont le programme s'appelle Limes-Bauprogramm 1938. Le programme est débuté par le génie militaire de forteresse (festungspioniere) qui depuis 1930 dessine des plans types et organise les chantiers pour la ligne Siegfried/Westwall [2ème version – Séries 100 (117/118/134 plus tardif) et 500 (501/502) pour les bunkers les plus performants]. L'organisation Todt, génie civil spécialisé dans la construction d'autoroutes, reprend en charge ce programme et accélère les constructions avec des normes qui s’avéreront trop faibles quant à la solidité et l'épaisseur des bétons engagés. La commission d'armes de forteresse – waffenkommission fest (militaire) – travaille à des bunkers expérimentaux et des réalisations régionales uniques. Le Westwall fait face à la ligne Maginot pour part.

La seconde guerre mondiale commence en 1939 par de grands mouvements. Dès que la guerre devient une guerre d'occupation et donc de position défensive, le besoin de bunkers se fait sentir et ceci en Norvège dès 1940. L'envahissement de la Russie par l'opération Barbarossa en 1941, affaiblit les positions allemandes en France. La nécessité de renforcer les défenses tout particulièrement sur la côte Ouest déclenche l'ordre d'Hitler en vue de la construction d'une fortification permanente dans les îles anglo-normandes en octobre 1941. Une ligne de défense est commandée encore, la Neue Westwall, fin 1941 (11/1941 - 09/1942 Anfang bau). Août 1942, début de construction du Mur de l'Atlantique (09/1942 - 04/1943 Winterausbauprogramm). 15000 bunkers sont prévus. Le catalogue des plans des bunkers est entièrement refondu et ne reprend rien du Limes-Bauprogramm de 1938. Les anciens modèles de blockhaus sont interdits de construction, jugés trop fragiles ou obsolètes. De nouvelles séries de plans sortent des bureaux de l'organisation de Todt (nom de son chef Fritz Todt). Constructions plus épaisses, avec ferraillages et poutres métalliques (hoyer). En janvier 1943, le programme de défense Schartenbauprogramm impose que l'artillerie soit sous casemate. 05/1943 - 09/1943 le 2ème Bauprogramm. 10/1943 - 04/1944 le 2ème Winterausbauprogramm. 05/1944 - 09/1944 le Sommerausbauprogramm.10/1944 - 05/1945 le Weitere Ausbau.

Les programmes de construction – Bauprogramm – évoluent en se conformant aux nécessités de la guerre qui consistent essentiellement à renforcer une défense statique, ce que le maréchal Rommel déplorait ouvertement au détriment des équipements mobiles tels que les chars.

Norme de construction des bunkers allemands de la seconde guerre mondiale.
• Fa – Feldmäßige Ausbau (ß = ss). La construction est constituée d'épaisseurs de béton comprises entre 40 et 60 cm toutes faces. Le sol est une dalle de 20 cm avec une hauteur de plafond d'1.90 m. Cette norme est encore en service au tout début de la guerre en certaines circonstances pour des postes de veille non exposés jusqu'à novembre 1941. Résiste aux mitraillages.
• Vf – Verstärkt Feldmäßig. Constructions utilisées en situation de campagne (Feldmäßige Werke) pour l'essentiel bien que la presqu'île de Crozon en connaisse sur la côte. Epaisseur de 30 à 100cm, avec poutres métalliques ou sans. Dalle de 40 cm et hauteur de plafond 2.10 m. Equipés d'armements légers et supportant une bombe de 50 kg ou un tir d'un canon de 105mm. Le programme est interrompu par Hitler lui-même en 1942 car des chars russes parviennent à détruire ces bunkers VF.
• St – Ständig. Constructions dites permanentes. Des plans nouveaux de l'organisation Todt avec deux normes de construction. Baustärke B : murs et plafond de 2 m d'épaisseur avec poutrelles. Dalle de 80 cm et hauteur de plafond 2.20 m. Résistance aux bombes de 500 kg et aux tirs de canon de 220 mm. Baustärke A : murs et plafond de 3.5 m d'épaisseur avec poutrelles. Dalle de 80 cm et hauteur de plafond 2.20 m. Résistance aux bombes de 1000 kg et tirs d'artillerie. Les deux normes proposent des portes blindées, sas anti-gaz, téléphonie, chauffage, ventilation avec air filtré, électricité, etc. Faute de métal, il arrive que les portes blindées du Westwall soient réemployées dans le Mur de l'Atlantique... La norme B fut la plus utilisée parfois avec quelques économies de moyens dont l'épaisseur des murs à 50 cm pour des bunkers semi-enterrés, les plus fréquents en presqu'île de Crozon. Il peut exister plusieurs types de hauteur de plafond dans les constructions sur le terrain (1.90 m, 2.00 m, 2.10 m, 2.20 m).
• Sk – Sonderkonstruktion. Des constructions uniques dont les épaisseurs minimales sont de 1.5 m, il s'agit de constructions de circonstance qui n'ont pas de plan de série mais qui adaptent un plan existant. Dans ce cas le plan original unique porte les lettres SK suivi du numéro du modèle de bunker dont il est issu.
• Ringstände – Tobruks : Petites constructions de position circulaire (ringständ au singulier) dont l'origine provient de la guerre en Lybie durant laquelle les soldats Italiens créent des positions de tirs enterrées sur 360°. Le maréchal Rommel, commandant de l'Afrikakorps, s'approprie le procédé et le développe. Les tobruks sont les petits bunkers les plus fabriqués partout en Europe.

Les bunkers sont aussi classés en fonction des armées qui sont amenées à les utiliser. Les modèles destinés à l'armée de terre (Heer) auraient porté la lettre R. R suivi du numéro du modèle. Certaines sources réfutent cette classification argumentant sur le fait que durant la guerre l'armée allemande ne faisait pas précéder de lettre R sur les plans des modèles de bunkers de l'armée de terre. Il s'agirait d'une digression postérieure à la guerre. Par contre la lettre M (Mittel – Moyen) ou S (Schwer – Lourd) apparaissent sur les plans des bunkers de marine (Kriegsmarine), FL pour la défense-aérienne de marine (Kriegsmarine Flak). Pour les bunkers de l'aviation, la lettre L est lisible (Luftwaffe). Enfin la lettre V marque les plans des bunkers de logistique (Versorgung).



Mur de l'Atlantique

Garde de côte Allemand 1940

Saint Efflez Lanvéoc

Capitulation Roscanvel

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou Crozon

Appontement pte des Espagnols Roscanvel

Batterie antiaérienne de Cornouaille Roscanvel

Poste de tir des mines de Cornouaille Roscanvel

Batterie antiaérienne pointe des Espagnols Cr332 Roscanvel

Batterie antiaérienne de Botsand Lanvéoc

Batterie antiaérienne de Kertanguy Lanvéoc

Flakartillerie légère et mobile

Batterie du Menez Caon Telgruc

Station radar du Menez Luz Telgruc

Détails de mission du bombardement du 3 septembre 1944

Bombardement du 25-26 août 1944

Missions RAF 1940

Missions RAF 1941

Missions RAF 1942

Missions RAF 1943

Missions RAF USAAF 1944

Administration des bombardements

Cr 42 ex batterie de rupture Roscanvel

Cr43 Pourjoint ex batterie de rupture Roscanvel

Cap de la Chèvre Crozon

Gouin Camaret

Aber Crozon

Bunker Blockhaus Casemate ?

Programmes et normes des bunkers

Bunker 501 et 502

Bunker 515

Bunker 601

Bunker 621

Bunker 627

Bunker 633

Bunker 634

Bunker 636a

Bunker 638

Bunker 667

Bunker 668

Bunker 669

Bunker 671

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker tobrouk Vf8 58 c & d

Mg-stand multi-créneaux

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Kabelbrunnen - puits à câbles

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon Crozon

Goulien Crozon

Wn Cr7 Kersiguénou Sud Crozon

Wn Cr? Pointe de Trébéron Crozon

Wn Cr? Le Marros Argol

Infirmerie Crozon Crozon

Kergalet Lanvéoc

La Palue Crozon

Penaros Roscanvel

Wn Cr5 Kerloch Camaret

Wn Cr323 Batterie antiaérienne Saint Jean Crozon

Wn Cr330 Batterie antiaérienne Pont-Scorff Roscanvel

Wn Cr354 Batterie antiaréienne de Trébéron Crozon

Wn Cr507 Station radio Kervenguy Crozon

Kriegsfischkutter

Morgat Morgat

Pointe du Menhir Crozon

Porte de Crozon Roscanvel

Rulianec Morgat

Bunkers de Telgruc Telgruc

Défense allemande de Telgruc Telgruc

Défense allemande de Morgat Morgat

Les caissons du Fret Crozon

Canon 164.7mm

Vestige de canon

Cantine allemande Roscanvel

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Encuvement fl307

Torpedobatterie Pointe Robert Roscanvel

Torpedobatterie de Cornouaille Roscanvel

Baril

Mkb Kerbonn Camaret

Moulins de Kerret Crozon

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel Roscanvel

Tetraedre

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Porte belge - porte Cointet

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand Crozon

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre Crozon

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36

Mines allemandes

Radar et écoute acoustique

Embase béton de canon Flak 2cm

5e Panzerdivision

Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique

Tonne ou coffre d'amarrage

°°°

MILITARIA de Vauban, 14-18, à nos jours

Recherches

Ce qui semble être un réservoir sur la commune de Camaret : vos connaissances à son propos seraient les bienvenues. D'avance Merci.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022