Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

L'opposition municipale se dit empêchée de s'opposer  !

Le citoyen porte son vote municipal tous les six ans puis se détend jusqu'à la prochaine élection. Le conseil municipal libéré du poids de l'élection incertaine, débat et se débat avec une incroyable conviction à la majorité écrasante. En effet, le maire est entouré d'un nombre significatif de conseillers municipaux convaincus et opposés à l'opposition. Une opposition toujours minoritaire en opposition avec les points de vue majoritaires, toujours incontestables puisque les votants ont voté pour la majorité, majoritairement...

Le déséquilibre positionnel étant installé sur les sièges de la salle de réunion du conseil municipal, il arrive parfois que la séance des opinions opposables coule de source vers une unanimité républicaine. Parfois, l'opposition joue de l'abstention face à une décision majoritaire embarrassante. Embarras de tous ordres touchant souvent à l'intime conviction du positionnement embarrassé de l'opposition. Néanmoins, la splendeur de l'opposition se révèle dans les votes contre les propositions municipales majoritaires. Dans un vertige que les contestataires minoritaires connaissent, les opinions négatives se fracassent sur la positivité majoritaire qui, auto-satisfaite du fait de sa supériorité numérique, apprécie l'échouage démocratique d'une opposition minoritaire.

En effet, la raison est à la majorité décideuse ce qu'est l'inutilité à la minorité soumise. Entre l'étalage de la proposition municipale et la dérouillée de l'opposition, le temps des discussions présomptueuses s'écoule rapidement, le temps d'un conseil municipal de 2 heures.

La majorité tente d'être toujours plus majoritaire qu'elle n'est, de sorte qu'une razzia de votes dans l'opposition enorgueillit la liste électorale victorieuse une fois de plus. La minorité espère toujours une séance en territoire majoritaire afin que blêmisse le maire sûr de ses acolytes disciplinés. Présomption versus présomption...

Le ton de la discorde se remonte comme un coucou d'antan. La clé est l'attaque frontale, la mise à mort de l'argument d'en face, le revers tennistique bluffant ; chaque parti se range dans la tranchée de son camp politique... Quoiqu'il en soit, la majorité est convaincue de sa lucidité suprême adoubée par le choix initial des électeurs et l'opposition est convaincue de l'aveuglement extrême de cette majorité, selon elle, surfaite.

Ce que tout habitant doit savoir c'est qu'à l'issue du conseil municipal, est publié un procès verbal de la réunion, soit un compte rendu relatant les décisions et le déroulé de la séance. Le papelard est expurgé des esclandres et de leurs dérivés plus ou moins vindicatifs. Au résultat, le laconisme administratif bien pensé rend la copie fade comme un pain sans sel et le citoyen doit se faire à l'idée du bienfait d'une municipalité sage comme une image. Le procès verbal immaculé est envoyé à chaque conseiller municipal avant le prochain conseil afin d'en approuver la rédaction. Puis au jour J de la nouvelle réunion, le document, sous sa forme la plus légale, doit être validé par les conseillers municipaux. le Code général des collectivités territoriales exige qu'apparaisse la teneur des discussions au cours de la séance mais épargne le PV de toutes les fioritures jugées inutiles. Ne peuvent être estompées, les questions portées à la connaissance du maire, pour le reste tout n'est qu'interprétation partisane. En définitive, qu'est-ce que l'inutile dans le domaine du bien commun ? Pour la majorité, l'inutile est ce qui lui fait de l'ombre ; pour l'opposition l'utile est ce qui la met en lumière. Bon sens ou caviardage quand le PV ne reprend pas l'intégralité des débats ?

La presse locale en charge des véracités communales retranscrit l'écueil de la réunion du conseil municipal plutôt que la litanie des décisions technocratiques. L'habitant politisé ou non découvre la teneur des humeurs des élus en charge de l'amélioration de ses conditions de vie.

Par un mois de novembre tempétueux, dans une édition de presse, le citoyen lecteur découvre l'ampleur de la zizanie communale au travers d'une évocation épurée de la tension entre la majorité de Droite et l'opposition de Gauche suite à une limitation de bon sens d'un propos de Gauche dans le PV, jugée par la Gauche comme une censure de la démocratie. La validation du PV en a tremblé !

La thématique se portait sur l'augmentation de la taxe d'habitation sur les maisons secondaires. La majorité étant favorable à l'augmentation maximale autorisée, la minorité y étant opposée à quelques nuances près, la Gauche réclamant que soit éditée sa conception inestimable tant l'argumentaire était lumineux, la Droite estimant que le déclaration est une sombre élucubration surfaite dont le PV n'a pas à pâtir.

Les étendards des amours-propres flottant dans un air hystérique ; les protagonistes en viennent aux épanchements personnels en appelant à l'essentiel respect des êtres. On souffre en mairie, qu'on se le dise !

Dans le fameux PV tant controversé, on peut lire que la majorité souhaite la présence d'un architecte pour l'attribution des couleurs des façades des maisons et immeubles de la commune dans le cadre d'une subvention d'état. La minorité propose la liberté d'expression des propriétaires aux couleurs vives de la créativité. Il en découle alors un face à face bleu républicain et rouge contestataire. Face à face du badigeonnage encadré au nom de la cohérence droitière et de la peinturlure libératrice gauchère, enregistré dans le cadre du PV fâcheux.

Pendant ce temps là, la presse locale mentionne la difficulté des jeunes actifs presqu'îliens, il y en a, qui ne parviennent pas à faire leur vie sur place faute d'un logement à l'année et sachant que les demandes de logements sociaux en attente sont couverts par des logements prévisionnels dont les couleurs de façade restent à définir d'ici quelques années. Habiter dans un immeuble non construit laisse du temps pour mûrir la couleur d'apparence, au pire, on ressortira le blanc de la concorde nationale.

Jeunes actifs, âmes courageuses en attente d'un avenir professionnel, d'un service de santé complet, d'une qualité de vie digne d'une société avancée non isolée, d'accès à des formations variées et innovantes, vont-ils aller voter pour des émotifs dont la susceptibilité coule à flot dans les manchettes ?

Pour mémoire les canaux de l'opposition en novembre 2023 :
Dans une revue communale annuelle, par mesure d'économie, quelques lignes d'indignations possibles. Une fois par an, la majorité encaisse le choc post-traumatique des effets de la contestation. Il faut espérer que l'opposition ait un esprit de synthèse suffisamment éclairé pour être révélateur tant l'espace est limité.
La version bimestrielle ultra mince de la revue, compliment dédié à la municipalité méritante, n'étant pas disposée à imprimer la moindre opposition par manque de place, la municipalité laisse l'opposition s'exprimer à mots comptés dans la rubrique du site internet de la mairie quatre fois par an avec pour répartie un communiqué municipal de proportion identique, cela laisse du temps pour soigner la rédaction du pamphlet et du contre-pamphlet.

Copié-collé de la page « Expressions politiques » de la mairie (consultation au 29/11/2023 17h21) Vous avez obtenu l'erreur 404 non trouvé
Warning: Attempt to read property "ID" on null in /home/ubuntu/apps/---/wp-content/plugins/elementor-pro/modules/posts/skins/skin-content-base.php

L'erreur 404 annonce que le contenu espéré n'existe pas au regard des internautes. Après plusieurs semaines d'indisposition, la page s'ouvre avec un contenu de "Bonne année" de chaque groupe politique du conseil municipal. Pour le maire, seul, 706 mots soit 4325 caractères. Pour le second groupe, 358 mots 2305 caractères. Pour le troisième groupe, 310 mots 1934 caractères. Pour le quatrième groupe, 442 mots 2263 caractères. Une page Internet toujours éditée après deux mois de datation. Sachant que les personnes âgées peinent dans le domaine numérique et que les jeunes peinent en politique, la page « Expressions politiques » est de pure forme.

S'opposer en démocratie est un exercice fastidieux surtout quand il s'adresse au plus grand nombre et non pas au culte de l'opposant contrarié.

Constats :

La contestation qui s'affiche!

Saisonniers

Taxe d'habitation des résidences secondaires tendues

Crise du logement social

Panneaux à l'envers

Opposition municipale

Achat vente de terrains communaux

Carte scolaire

Arabie Pétrée

WC à complications

Noyades

VTT bowling

Panneaux électoraux

Friche industrielle

Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille Vallaud

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024