Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Pêcheries des moines de l'abbaye de Landévennec

La vasière du Pâl de Landévennec est bordée par une continuité de perches (vestiges) dont l'origine est méconnue mais dont la disposition ressemble aux installations des pêcheries de l'abbaye de Landévennec du moyen-âge jusqu'au 18ème siècle.

Vestiges de perches sur la vasière du Pâl.

En premier plan le sillon du Pâl, ensuite sa vasière, puis les rangs de perches ruinées, en arrière l'Aulne / rade de Brest.

Les ruines de l'ancienne abbaye de Landévennec et son mur clos donnant sur la zone de pêche.

Le portail de l'abbaye qui donne sur le Pâl et les pêcheries...

La berge de l'abbaye est murée pour limiter les atteintes des marées.

Forts courants contraires entre la rivière et la mer.

Zone probable des pêcheries. A gauche, la rade de Brest et son eau de mer. En fond, à droite, la rivière du Faou en eau douce et enfin à droite, en premier plan, l'eau douce de la rivière Aulne, hautement fréquentée, fut un temps, par les saumons.

A la différence d'un vivier qui regroupe des pêches dans un petit milieu clos en attendant la vente des poissons et des crustacés, une pêcherie est un dispositif de capture installé sur le littoral, dans un estuaire, dans une rivière ou un fleuve. « Barrage » fixe de pêche qui remonte à l'antiquité. Le procédé consiste à planter des pieux jusqu'à 3,9 m de long (12 pieds) dans l'eau d'une zone de pêche de manière régulière avec peu d'espace entre chacun d'eux. Dans la partie immergée la plus profonde, il est nécessaire de croiser horizontalement des branchages rectilignes comme lors d'un travail de vannerie. Sur la partie haute de la « palissade » un filet de pêche en continu est tendu. Dans le cas de l'abbaye de Landévennec, on ignore à partir de quelle époque les moines installent des pêcheries sur l'estuaire de la rivière Aulne qui se jette dans la Rade de Brest. L'abbaye ayant été à plusieurs reprises pillée, des textes anciens nomment cependant Jean Briant / Brient, abbé de la Commende de Landévennec en tant que restaurateur et moderniste qui décide de remettre en ordre les pêcheries vers 1610.

Ensuite l'activité est décrite partiellement dans des concordats datant essentiellement du 17ème siècle sachant que si les moines œuvrent avec plus ou moins d'efficacité à l'entretien de deux pêcheries, ceux-ci sont en litige constant avec l'abbé commendataire, le gestionnaire financier, de l'abbaye à qui revient un tiers de la valeur des poissons capturés, ceci étant, ce dernier doit fournir la quantité de bois utile à l'entretien des pêcheries.

Une pêcherie qui enferme des saumons, des sardines, des thons, consomme énormément de bois car les marées arrachent des pieux /perches et la navigation fluviale vers Châteaulin en fait de même. L'abbé quant à lui est mandaté pour faire des bénéfices et ces bénéfices viennent de la coupe de bois de chauffage de jeunes arbres alors que la fabrication des pieux réclament des bois d'un quart de siècle d'existence qui se vendent moins chers. Trop gros pour la chauffe, trop petits pour la menuiserie. En l'absence de bois adapté pour cause de coupes intensives ordonnées par l'abbé sur les parcelles proches de l'abbaye, les moines parviennent difficilement à se fournir par des coupes, sur des terres de l'abbaye, ce qui rend leurs pêches bien ingrates. L'abbé, quel qu'il soit, accuse les moines d'être des incapables et les moines assurent que l'abbé vend des bois à tort et à travers pour des rentrées d'argent immédiates. La collecte des baliveaux de treillage n'est guère plus aisée car les baliveaux sont les rejets après une coupe pour devenir futaie ainsi, les moines ulcérés par les procédures et les accords sans suite avec la commende, semblent abandonner les pêcheries dès le début du 18ème siècle. Période d'abandon général de la pratique...

Parmi les nombreux rapports de situation souvent destinés aux délibérés de la Table de Marbre, haute instance juridique des Eaux et Forêts en lien avec l'autorité royale, il est mentionné jusqu'à quatre pêcheries au pied de l'ancienne abbaye qui devaient traverser le Pâl d'aujourd'hui et plus encore. L'une aurait été d'une longueur de 1700 mètres (856 toises). Lors d'une estimation de travaux de 1676, on parle alors de 3980 pieux à changer. Preuve à charge des coûts d'entretien.

Les pêcheries bretonnes déplaisent aux rois de France.

• L'ordonnance royale de 1544 – François 1er, interdit les pêcheries nouvelles qui se multiplient sur la côte bretonne. Les seigneurs bretons feignent d'ignorer le rattachement de la Bretagne (1532) au royaume de France. Le roi constate une privatisation du domaine maritime dont les bénéfices lui échappent. L'ordonnance ne sera jamais respectée.
• L'édit du 15 mars 1584 (articles 84-85), conseillé par l'amiral Anne de Joyeuse (Mignon) au roi Henri III régulant les pêcheries, tombe aussi dans les oubliettes.
• L'édit du 4 février 1593 – Henri IV, fait interdiction des pêcheries. Sans suite.
• 1629 – Louis XIII,: le garde des Sceaux, Michel de Marillac, sous le Code Michau, republie les articles de l'édit de 1584 sans plus de succès.
• Ordonnance du 14 mars 1642 : Richelieu, Grand Maître de la Navigation s'y risque et échoue.
• En 1669 – Louis XIV, une ordonnance royale interdit les pêcheries sur les rivières et les fleuves à cause des incidents de navigation. Pas de changement en vue même si les incidents de navigation sont bien réels.
• Une réglementation nationale est publiée en 1681. Une version bretonne (1684) pour tenir compte des droits des seigneurs bretons dicte que les pêcheries d'avant 1544 peuvent être maintenue mais celles au delà la date fatidique sont interdites et doivent être démolies. Des commissions vont s'attacher, sur le terrain, à vérifier les prélèvements seigneuriaux, les taxes, les droits pour exercer une pression directe. La projection s'avère délicate, voire « politique ».
• Le 1er juillet 1726 – Louis XV, l'inspecteur général des pêches pour les provinces de Flandres, Picardie, Normandie et Bretagne, François Le Masson du Parc, adresse aux propriétaires des actions administratives menaçantes pour qu'enfin les pêcheries disparaissent. L'envoyé du roi joue avec le phénomène écologique de la préservation des alevins. Problème de la ressource avéré mais ce n'est pas pour autant que l'exploitation soit régulée.
• Le 17 septembre 1726 : publication de l'arrêt du Conseil d’État qui ordonne le respect de l'ordonnance de 1544 et le corpus de 1681. Sans effet.
• 1733 : ciblage amirauté par amirauté des pêcheries à détruire faute de preuve d'antériorité à 1544. Cependant, la royauté propose des exceptions politiciennes qui vont devenir légion. Quant à poursuivre les propriétaires fichés, les pêcheries sont sous-traitées à des fermiers qui les sous-traitent à des fermiers pêcheurs qui ne savent ni lire, ni écrire.
• Une commission extraordinaire vérifie méthodiquement les droits littoraux à partir du 21 avril 1739. Commission alternative puisqu'elle disparaît et reparaît durant des années, jusqu'en 1755.

Ce sont les plaintes de plus en plus récurrentes des marins navigateurs qui vont venir à bout de cette résistance à l'autorité royale. Les caboteurs s'empalent sur les pieux des pêcheries et les dégâts sont coûteux. En plus de cela, les pieux facilitent l'ensablement des passes. Ajouté au fait que la rentabilité des pêcheries est de plus en plus discutable, les nobles et le clergé abandonnent la pratique d'eux-même sans l'aide des rois.

En ce qui concerne, les pêcheries de Landévennec, il ne semble plus y avoir trace de cette pêche mi 18ème siècle. Probablement, une « faillite  » et non une soumission.

Il semblerait qu'il y ait eu une ou plusieurs tentatives de viviers menées par les moines...

Landévennec à découvrir

Aller à l'essentiel

Abbaye St Guénolé

Abbaye nouvelle

Eglise ND de Landévennec

Chapelle ND du Folgoat

Cimetière de bateaux

Flèche sillon du Pâl

Fontaine du Folgoat

Calvaires

Moulin à marée

Port Maria

Sculpture bronze moderne

Par curiosité

Hôtel Beauséjour

Cale et passage de Penforn

Aménagement du jardin

Salle polyvalente

Villa Crouan Farge

Menhirs / allées couvertes

Monument aux Morts

Bois du Loc'h

Histoire

Docteur Bavay

Albert Cortellari

Henriette Antoinette Rideau Vincent

Magasins - anciens petits commerces

La maison Reine Meunier

Maison Abbatiale

La commende

Inscriptions latines sur la pierre tombale du recteur

Yann Landevenneg

Repos de la Côte

Rue Crève-Coeur

Rue du Pâl

Route Neuve

Pêcheries des moines

Parcs à huîtres

Les écoles mixtes

Mairie

Le château du roi Gradlon

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille VallaudSaint Norgard oublié – Pierre Profonde bombardée – Hagiotoponymes de la presqu'île de Crozon – Risque de pollution bactériologiquePorte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024