Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Maison de l'architecte Albert Cortellari

Maison de l'architecte.

Albert Cortellari, fils de maçon imigré Italien, rêve, enfant, de devenir artiste peintre. Son père l'inscrit dans la section architecture aux Beaux-arts de Rennes. Le jeune architecte (diplôme en 1945) revient à Brest, ville détruite par la seconde guerre mondiale. L'administration qui gère la reconstruction de la ville recrute des architectes pour éditer des plans à la chaîne et reconstruire vite car les habitants vivent dans des baraques à l'écart du champ de ruines. Les dernières baraques appelées les bidonvilles disparaissent enfin en 1972.

Sa première mission est de rénover le quartier moins atteint de Kergonan. Lui-même installé dans une baraque, cette dernière est atteinte par une poutrelle d'acier lors de l'explosion du cargo norvégien Ocean-Liberty du 28 juillet 1947. L'architecte est ensanglanté.

La tâche se poursuit par des dessins d'immeubles plus ou moins identiques. Les matériaux manquent, l'argent aussi, rien n'est prévu pour la création artistique dont tout architecte rêve, Cortellari le déplore.

Les entrepreneurs déposent quelques échafaudages sur des terrains pour obtenir des subvensions  et dès que les contrôleurs passent leurs chemins, l'échaffaudage est démonté pour être remonté sur une autre parcelle...

Les dommages de guerre versés aux victimes des destructions font l'objet de transactions et de reventes plus ou moins légales...

La cabinet d'artichecte grandit, la ville aussi, l'aisance est acquise. Au résultat, ce sont des milliers de logements construits sur des plans Cortellari.

L'architecte s'intéresse au manoir de Kéroual qu'il rénove et sauve de l'abandon depuis l'incendie planifié par l'armée allemande qui l'avait occupé durant la guerre. Manoir où vécut Louise de Kéroual, envoyée par Louis XIV à la cour d'Angleterre au titre d'espionne. Elle fut la maîtresse du roi Charles II, eut un fils, en fut gratifiée par des titres de noblesse mais se perdit dans de mauvaises fortunes.

Petite revanche du destin, le fils d'Albert Cortellari, Jacques, devient artiste peintre...

La villa de Gorréker en Landévennec est à l'origine la maison privée de l'architecte construite en 1953. Le dessin est très représentatif de l'architecture de l'époque avec son toit plat incliné. L'hôtel Moreau de Roger le Flanchec est élevé dans un esprit similaire.

Landévennec à découvrir

Aller à l'essentiel

Abbaye St Guénolé

Abbaye nouvelle

Eglise ND de Landévennec

Chapelle ND du Folgoat

Cimetière de bateaux

Flèche sillon du Pâl

Fontaine du Folgoat

Calvaires

Moulin à marée

Port Maria

Sculpture bronze moderne

Par curiosité

Hôtel Beauséjour

Cale et passage de Penforn

Aménagement du jardin

Salle polyvalente

Villa Crouan Farge

Menhirs / allées couvertes

Histoire

Docteur Bavay

Albert Cortellari

Henriette Antoinette Rideau Vincent

Magasins - anciens petits commerces

La maison Reine Meunier

Maison Abbatiale

Inscriptions latines sur la pierre tombale du recteur

Yann Landevenneg

Repos de la Côte

Rue Crève-Coeur

Rue du Pâl

Les écoles mixtes

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Recherches

Ce qui semble être un réservoir sur la commune de Camaret : vos connaissances à son propos seraient les bienvenues. D'avance Merci.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2022