Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

La maison abbatiale de Landévennec

Porte cochère et porte piétonne à l'instar des demeures de la noblesse de l'ancien régime.

Blason en kersanton martelé à la Révolution probablement. Famille Tanguy supposée. Avec mitre (haut à gauche) et crosse (haut à droite). Ecartelé aux 1 et 4 d'argent à l'aigle cantonnée de deux étoiles, le tout de sable ; aux 2 et 3 d'azur à une colombe d'argent, portant dans son bec un rameau d'olivier de sinople. Les abbés Tanguy se sont plus à marquer de leur noblesse plusieurs sites : église de Landévennec chapelle du Folgoat église d'Argol. Des gestionnaires de la commende calamiteux mais imbus d'eux-mêmes...

Entablement du cintre de la porte cochère.

Détail d'un des deux pilastres.

Entablement du cintre de la porte piétonne.

Une lucarne haute du 19ème siècle de lamaison abbatiale.

Une première maison abbatiale avait existé au 16ème siècle proche de la vie monastique mais ruinée au début du 17ème siècle et sera rénovée en réfectoire pour les moines.

A l'extérieur et néanmoins à proximité du monastère de Landévennec, là où aurait logé dans une "cabane" le moine Guénolé dans son ermitage, l'abbé commendataire Jean Briant / Briand se fit construire une simple "maison de campagne" sous sa dénomination déclarative en 1619 que les témoins du bâti appelèrent manoir.

La maison abbatiale actuelle remplace l'ancien manoir du Penity de Jean Briant qui fut démoli en deux temps vers 1885 et 1925 et qui se situait sur la gauche de la nouvelle élévation. Cette nouvelle maison abbatiale de Landévennec fut construite à la demande de l'Abbé Champion de Cicé en 1769 pour étendre un premier bâtiment vieillissant qui fut détruit ainsi qu'une chapelle aux armoiries de Rohan à la stupéfaction des moines, avec pour remplacement des écuries. Ce n'était plus un bien religieux après la révolution de 1789, il fut donc acheté avec sa métairie pour la somme de 10000 livres par un investisseur Brestois, le Sieur Bouchet. Ce bâti sera enfin la propriété de Mr Louis de Chalus, le protecteur des ruines de l'abbaye de Landévennec. Il y ajoutera, au 19ème siècle, un étage.

Les deux maisons abbatiales à leurs différentes époques logeaient les admistrateurs et recevaient des intellectuels religieux bénédictins, pour s'y reposer ou pour achever des recherches spécifiques.

Dom Noël Mars (1612 - 1702), un frère historien des monastères séjourna à la première maison abbatiale. Il fut l'auteur d'un important descriptif de l'abbaye.
Dom Louis Le Pelletier (1663 - 1733) fut de cela aussi. Cet homme d'église linguiste œuvra pour la langue bretonne qui avait différentes origines, et des développements locaux qui n'étaient pas répertoriés par écrit. Il rédigea un dictionnaire à partir de 1716 (en l'abbaye de St Mathieu) qu'il reformula en 1728 à Landévennec pour n'être publié qu'en 1752. Ce religieux mourut à Landévennec après un séjour au Pénity...

Le nom donné à ce bâtiment est le "Penity", terme breton désignant un ermitage, un lieu de recueillement ou de réflexion.

Bien souvent, la maison abbatiale bénéfiçiait de réparations à faire pâlir les moines vivant dans un cloître qui prenait l'eau. Le domaine de l'abbé est fermé au reste du monde par un mur dont le portail imposant montre une volonté d'en imposer dans l'univers de la modestie monacale. Le blason volontairement dégradé lors de la révolution serait celui de Pierre Tanguy (successeur de Jean Briant) , un abbé commendataire corrompu de l'abbaye de Landévennec, un clin d'œil du destin pour se souvenir des errances de la commende.

Penity : à la bretonne. Pénity : à la française.

48° 17' 26.9" N
4° 16' 3.5" O

Landévennec à découvrir

Aller à l'essentiel

Abbaye St Guénolé

Abbaye nouvelle

Eglise ND de Landévennec

Chapelle ND du Folgoat

Cimetière de bateaux

Flèche sillon du Pâl

Fontaine du Folgoat

Calvaires

Moulin à marée

Port Maria

Sculpture bronze moderne

Par curiosité

Hôtel Beauséjour

Cale et passage de Penforn

Aménagement du jardin

Salle polyvalente

Villa Crouan Farge

Menhirs / allées couvertes

Monument aux Morts

Bois du Loc'h

Histoire

Docteur Bavay

Albert Cortellari

Henriette Antoinette Rideau Vincent

Magasins - anciens petits commerces

La maison Reine Meunier

Maison Abbatiale

La commende

Inscriptions latines sur la pierre tombale du recteur

Yann Landevenneg

Repos de la Côte

Rue Crève-Coeur

Rue du Pâl

Route Neuve

Pêcheries des moines

Parcs à huîtres

Les écoles mixtes

Mairie

Le château du roi Gradlon

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Les oiseaux font les poubelles : plasticose – Malédiction ou bienveillance de la chouette ? – Ports de pêche de la presqu'île de Crozon – Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024