Terrier de lapin de garenne dans le sable des dunes

Rabouillère : terrier de mise à bas.

Galerie de terrier communautaire.

Les dunes littorales sont creusées de part en part par des lapins qui s'assurent ainsi d'un logement de qualité : le terrier. Ce trou creusé la tête la première dans le sable, consolidé par les racines de la végétation dunaire et parfois cimenté par des particules de terre, a deux formes distinctes. La rabouillère est un trou peu profond, à accès unique, que les lapines creusent pour mettre bas sur une litière d'herbes sèches et de poils que la lapine se sera ôtés. Il s'agit donc d'un lieu de vie provisoire car dès que les lapereaux seront autonomes, la mère rejoindra sa colonie qui utilise des terriers de plusieurs mètres de longueur composés de salles de repos. L'entrée principale est large et peu discrète par contre les galeries de secours et leurs issues sont plus étroites et plus indétectables afin de limiter les attaques de prédateurs tels que les renards et les putois.

Les ongles des lapins ainsi que leurs dents poussent indéfiniment ce qui leur permet de construire des terriers autant que nécessaire. Les lapins se reproduisant énormément – un minimum de trois portées de cinq lapereaux par femelle dès son quatrième mois de vie – les colonies se subdivisent et creusent à nouveau des réseaux de terriers. Les avantages du sable sont : sa facilité de creusement, son pouvoir drainant, son pouvoir isotherme. Malheureusement, la dangerosité est élevée lors des fortes précipitations car les galeries s'effondrent et les lapins y meurent étouffés. Dans les périodes de pénombre, les lapins creusent après s'être alimentés, le reste du temps, ils vivent en terrier communautaire soit environ 16 heures par jour. Dans les faits la seule régulation des populations des lapins de garenne est la myxomatose transmise par des piqûres de puces et de moustiques.

Alors au vu des désordres occasionnés dans les dunes, faut-il considérer le lapin de garenne comme un nuisible ? Il ronge de jeunes arbustes invasifs, les lichens indésirables à sa portée ce qui est positif mais il se nourrit aussi de certains végétaux essentiels et clairsème la dune grise... Les lapins font des études de sol et gratouillent de ci de là. Ensuite par la multiplicité des terriers parfois simplement entamés et jamais achevés, n'est pas la moindre des atteintes envers la biodiversité... Néanmoins en comparaison avec la destruction des végétaux dunaires par les promeneurs hominidés, la nuisance essentielle reste le bipède en chaussures !



L'environnement dans tous ses états

Les carrières de sable de Kersiguenou

Les gravelots et la Covid-19

La dégradation des plastiques

Les microplastiques

Panneaux polluants pour défendre l'environnement

Les objets de consommation de la mer

Poêle à charbon 1930

Pour ou contre les poubelles de plage

Bac à marée

Eaux de ruissellement

Plomb dans la Rade

Qualité des eaux de la Rade de Brest

Stockage des déchets inertes

Ferme solaire photovoltaïque

L'assainissement sous surveillance préfectorale

La surveillance des égouts

Antenne relais et environnement

Les terriers des dunes

Zones basses littorales - submersions marines - inondations



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021