Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les chasse-marées de l'anse de Dinan

L'anse de Dinan.

Le chasse-marée avait des spécificités régionales dans sa fabrication. Les constructions navales étaient une affaire d'expérience autant pour les charpentiers de marine que pour les pêcheurs. Le chasse-marée se trouvait sur la côte Atlantique et celle de la Manche. Certains voiliers de plaisance furent inspirés par ce souci de vitesse de navigation à voile. Les premiers bateaux de plaisance eurent une conception émanant des chefs de chantier des bateaux de pêche qui adaptèrent des plans sans renoncer à leur art du passé. Ce n'est que plus tard que la plaisance se défit de la filière pêche.

L'anse de Dinan en presqu'île de Crozon a connu une période faste pour la pêche journalière, celle des chasse-marées sans pour autant n'avoir jamais disposé d'un port officiellement reconnu. Tous les ports (Morgat, Camaret...) ont eu leurs périodes sardinières avec les presses à sardines à portée de main sur la terre ferme. L'anse, quant à elle, était une zone de mouillage de voiliers fins fortement voilés pour une navigation rapide de quelques heures à la saison de la sardine. Le poisson pêché était légèrement salé à bord pour sa conservation avant sa transformation à  terre. De cette période intense du 18ème et 19ème siècle (jusqu'en 1830 environ), il ne subsiste aucune trace.

Le nombre de chasse-marées est estimé au plus à une trentaine au mouillage quasi constant dans les Porzh (criques) des rochers de Dinan vers 1750 ce qui fait de Dinan le troisième mouillage de la presqu'île de Crozon après Camaret et Morgat. Des écrits parlent d'un port modestement aménagé... La réalité devait encore plus modeste... Juste quelques précautions à l'échouage sur les galets et à l'amarrage enfin. D'autres bateaux restaient au large en mouillage forain : en les additionnant, l'anse de Dinan devint le premier port de la presqu'île de Crozon.

Une partie des pêches des permanents étaient amenées dans les celliers des habitations pour être travaillée à sa conservation et sa consommation sur place. Des piles de sardines attendaient d'être mangées au grenier.

L'anse est un abri naturel (vent de terre uniquement) dans des conditions climatiques raisonnables et s'ouvre directement à l'océan par le biais de la mer d'Iroise. Aucune perte de temps pour sortir d'une baie ou d'une rade. Les premiers patrons pêcheurs qui "tombaient" sur un banc de sardines avaient pêche gagnée et pouvaient rentrer rapidement.

Premier déclin : le blocus anglais. La marine anglaise coulait tout ce qui flottait ou tentait de soudoyer des pêcheurs pour faire débarquer clandestinement des espions. La milice garde-côte veillait. Le collaborateur risquait la mort.

Deuxième déclin : malgré tous les efforts pour atteindre des volumes de pêche importants, l'arrivée des conserveries industrielles pour une diffusion nationale de produits, éteignit cette pêche rapide qui jusqu'alors nourrissait la population locale et les alentours proches mais n'était pas en mesure de fournir les tonnes de sardines attendues.

La dernière génération de sardiniers au mouillage venait de Douarnenez pour attendre le départ  d'une journée de pêche dans l'anse du Veryac'h... Début du 20 ème siècle.

Les sardines étaient cataloguées en deux catégories :
Les sardines de dérive dites coureuses à 380 à 407 francs le mille. (1938)
Les sardines profondes pêchées dans l'anse de Dinan (parfois écrit Dinant) par 16 bateaux  pour 200 à 2100 sardines pour 20 à 22 francs le kilo. Pêches vendues à des mareyeurs pour expédition à raison de 780 francs le quintal. (1938)

Durant la première moitié du 20ème siècle, des pêcheurs du voisinage réclamèrent (à plusieurs reprises entre 1914 et 1926) en préfecture, la construction d'une digue ou d'une cale avec un escalier protégeant le mouillage du Château de Dinan pour protéger quelques embarcations durant l'hiver. En effet, faire "grimper" une barque sur la falaise pour la mettre à l'abri était un effort considérable. Contestations répétées, refus sans suite répétés. Les autorités estimèrent que le temps de la pêche dans l'anse de Dinan s'achevait. Les grandes heures de mouillage et de relâche ne reviendraient plus. Le mouillage du Kerloc'h est moins exposé, il existe parfois encore une barque ou deux de nos jours, un symbole d'un temps révolu.

L'anse de Dinan, côté terre ou plutôt faut-il dire côté dunes, fut une zone militarisée par l'armée française par un pas de tir (par exemple) ou de la surveillance côtière comme l'avaient fait les romains au Kerloc'h.

Le territoire bordant l'anse de Dinan fut occupé par une population ancienne qui dès que fut connue la navigation, s'ouvrit à la pêche. Depuis l'antiquité, les autochtones puis les romains voyaient naviguer les esquifs commerciaux passer au large. Ceux-ci assuraient la liaison mer méditerranée, pays nordiques. Le rail de Ouessant d'il y a 4000 ans.

Dans les dunes de Dinan, furent trouvés 350 deniers romains, en 1873, de la période des Antonins, empereurs romains entre 96 et 192 après Jésus Christ. Une belle somme qui prouverait une aisance d'une part de la population. Puis vers 1880, deux statuettes en bronze... L'agriculture étant difficilement praticable à cause de la pauvreté des terres de lande, l'accès à la  mer s'avérait vital. L'anse aujourd'hui ne s'agite qu'à la venue des touristes, et cette agitation éphémère ne se compare sans-doute pas à celle d'antan.

Menu pêche

Pêche en bord de mer en Bretagne

Surfcasting Finistère

Pêche du bord pointe rocheuse

Pêche à la drague

Pêche à pied

Pêche au casier

Fileyeur

Appât la gravette

Appât le vers bibi siponcle

Drague à tellines et coquillages

Pêche à la crevette

Captage des naissains sauvages d'huîtres

Elevage des huîtres

Sloop

Chasse-marée

Yole de Ness

Gueule de tangon - Tangons de thonier

Histoire de la pêche locale

Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundeeDragage du maërl et des goémons rouges

Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024