Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Alice Coudol : impasse à Morgat, histoire d'une résistante bretonne

Alice Coudol (10 février 1923 - 30 novembre 1944), fille cadette d'Alphonse et Jeanne Coudol, forains de la "Loterie de Montélimar", réside dans une roulotte rue de Kéroriou à Brest. De par la profession de ses parents, elle arpente le Nord Finistère pour participer aux marchés et aux fêtes communales avec pour points culminants les places de la Liberté et Wilson à Brest. Son père meurt chez lui à Brest à 51 ans le 1 mai 1939, il était pensionné de guerre.

La famille maintient l'activité foraine et reçoit un procès verbal des autorités allemandes (septembre 1940) pour dépassement des prix des produits vendus. Au vu de l'inflation galopante, les autorités allemandes publient des tarifs fixes pour tous les biens de consommation. Les commerçants et fermiers n'en tiennent pas compte jusqu'au jour où les sanctions peuvent aller jusqu'à l'emprisonnement.

Des bombes anglaises tombent à côté du camp nomade en février 1941, la cible originelle était le port de guerre stratégique de Brest où se concentre une puissante marine allemande. La famille décide de s'installer à Lesneven au 32 rue de Jérusalem. L'itinérance de cette famille est un point crucial pour la résistance du groupe "S.R. Alliance". Le résistant Georges Roudaut, pharmacien à Lesneven, propose à Alice Coudol d'être agent de liaison avec la fraction brestoise du service de renseignements dont le représentant est Paul Masson, laborantin. Elle accepte bien volontiers sous le pseudonyme de "Violette", ceci en octobre 1942.

Assez rapidement, la jeune résistante est en contact avec des résistants communistes qui tentent d'organiser des liens entre les réseaux pour davantage d'efficacité ; le temps des tracts est terminé, la lutte armée semble l'unique espoir de libération, mais sans armes (armes privées réquisitionnées par l'armée allemande), sans radios (interdites)... Ce souci de mailler les réseaux annonce la période noire de 1943 durant laquelle les groupes tombent les uns après les autres sur dénonciation, par imprudence... Il faut recruter, être plus précautionneux, maîtriser les contacts à trois personnes au plus... Alice Coudol devient une recruteuse reconnue. Elle sait convaincre les bonnes personnes. Le 13 avril 1943, "Violette" approche Jean-François Derrien à Lannilis. Un gendarme, futur chef de Bataillon FFI. Puis Jean Mazé, de St Pol de Léon s'investit grâce à l'intervention de "Violette". Du passage de messages, aux recrutements, Alice Coudol force le respect. Les semaines passant, quelques armes circulent ; Alice Coudol prend en charge quelques-unes d'entre-elles qu'elle cache sur le terrain des nomades à Brest.

Le réseau "Alliance" s'effondre après des perquisitions instructives. Alice Coudol est arrêtée vers 8 heures du matin à Lesneven le 4 octobre 1943. Prison de Rennes, prison de Fresnes à Paris début 1944, prison de Strasbourg ensuite. La Gestapo l'accuse d'espionnage en faveur de l'ennemi, on l'affuble du matricule n° 582 le 25 janvier 1944. Ses camarades d'Alliance subissent le même sort, celui du programme d'extermination secret "N-N – Nacht und Nebel – Nuit et Brouillard". Suppressions par exécutions sans procès, sans traces administratives. Transfert du groupe à la prison de Pforzheim en Allemagne. Certains membres du groupe "Alliance" sont torturés. Le 30 novembre 1944, levée d'écrou, 5 heures du matin, 26 prisonniers sont libérés et transportés par camion dans la forêt de Hagenschieß à quelques kilomètres du camp. Autour d'un trou de bombe remplit d'eau et de neige, ces hommes et ces femmes sont agenouillés et abattus par une balle de revolver dans la tête par cinq gestapistes de Strasbourg. Quelques branchages recouvrent les corps.

Il semblerait qu'à Lesneven, on se sache rien, des résistants du groupe "Alliance" sont inscrits sur la liste d'Union Gaulliste pour les municipales gagnées du 18 mai 1945. Alice Coudol est donc conseillère municipale ! Seule sa disparition enfin établie dévoile le drame.

Le 19 mai 1945, dans la forêt allemande, les autorités françaises emploient des civils allemands (une pratique fréquente pour rappeler l'horreur nazie souvent niée au delà du Rhin) pour mettre les corps en cercueil. La dépouille d'Alice Coudol est rapatriée à Brest le 5 août 1945. Une cérémonie inimaginable, digne d'un chef d'Etat, est organisée en hommage à cette jeune-femme méritante. La sous-lieutenante F.F.C. Alice Coudol est inhumée au cimetière de Saint-Martin, à Brest. Dès octobre 1945, une rue brestoise porte son nom.

Forces Françaises Combattantes (FFC), Déportés et Internés de la Résistance (DIR)
Croix de chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume le 6 juillet 1955
Croix de Guerre 39-45 avec palmes
Médaille de la Résistance

Le conseil municipal de Crozon du 8 juillet 2021 vote à 27 voix et 2 abstentions la désignation d'une impasse à Morgat au nom d'Alice Coudol.

Morgat à découvrir

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Hôtels d'antan

Menhirs : alignements de Ty-ar-C'huré

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Place de l'église

Grande marée du siècle

Vague submersion

Inondations

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Bois du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Rampe de la Montagne

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié

Cale brisée

Excursion vers les grottes marines

Nettoyage - criblage plage de Morgat

Intégration de l'immobilier

Histoire

Liaison maritime Douarnenez Morgat

Société anonyme de la plage de Morgat – Peugeot

Régates

Galerie Nuage Bleu

ESSI

Office de tourisme de Morgat

Rue de la Fontaine

Tournoi de tennis coupe Breitling & Rulianec

Portzmoguer : un pirate honoré

Alice Coudol : résistante honorée

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Les oiseaux font les poubelles : plasticose – Malédiction ou bienveillance de la chouette ? – Ports de pêche de la presqu'île de Crozon – Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024