Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

L'affaire de la rampe (rue) de la Montagne

L'industriel Mr P. propriétaire des deux conserveries en Morgat se trouva à la une des commérages de Crozon Morgat pendant plusieurs années. La presse régionale s'en fit l'écho.
Me Lalouët, avocat conseil de Mr Berneron, écrivit une lettre au maire de Crozon Morgat que l'édile lut au conseil municipal du 11 octobre 1931. "Mr P. semble empêcher l'accès des habitations situées sur la falaise. La question n'est pas nouvelle : Mr P. a établi une rampe en cet endroit sur un domaine dont il ne peut prétendre être réellement propriétaire mais qu'il se réserve pour lui seul... Ce qui est encore plus mauvais, Mr P. a supprimé le passage du bout opposé et y a construit un escalier en pierres qui ne peut être suivi même par les piétons.
Cette situation est intolérable. Le conseil municipal en est ému. Il demande avec insistance à l'administration supérieure d'ordonner à cet effet une étude précise pour être soumise à la juridiction du conseil de préfecture."

Le commentaire de la presse (Dépêche de Brest ) étant accablant à l'encontre de Mr P., celui-ci fit jouer son droit de réponse comme l'article 13 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse le lui permettait.

8 novembre 1931. Lettre ouverte à Me Lalouët, avocat à Brest. — On nous prie d’insérer [Ndlr]:
"Je viens de prendre connaissance dans la Dépêche de Brest de la lettre que vous avez adressée au Conseil municipal de Crozon. Je suis propriétaire de la rampe au point que, si demain fantaisie me prenait de bâtir, nul ne pourrait m'en empêcher. Cette rampe nécessaire à l'usine a été construite pour son usage par un entrepreneur dont je possède les reçus.
Il est exact, d'autre part, que je suis dans le bas de cette rampe locataire du Génie maritime pour 100 m², et je paie une redevance annuelle — de tout le reste, je suis propriétaire et détiens les titres d'achat, je n'ai d'ailleurs jamais empêché de passer pour aller chercher de l'eau à la fontaine. Pour ce qui est de l'escalier, la situation est tout autre.
Autrefois, ainsi que je l'ai vu de mes yeux, tout comme l'ont vu les gens de mon âge, le chemin de la fontaine existait, mais s'arrêtait brusquement à plus de trois mètres de hauteur et rejoignait le quai par un chemin de chèvres semblable à celui qui existe actuellement devant Kerdour (moins haut cependant). Le sentier le long du quai avait à peine 0 m.50. donc jamais une voiture n'a passé par là. Le quai était constitué par d'énormes pierres plates placées sur champ, à côté desquelles les pêcheurs venaient débarquer et vendre leurs sardines aux saleurs.
L'usine construite, le pêcheur ne voulant plus porter sa sardine par le chemin de chèvres, qui était très dangereux par temps de pluie, mon prédécesseur intenta et gagna un procès contre le maire de Crozon, mettant ce dernier dans l'obligation de construire l'escalier actuel.
Si donc l'on en revenait à l'ancien état des choses ce serait retourner au dangereux chemin de chèvres et il resterait, comme il existe actuellement pour les riverains, le chemin du haut, qui a toujours été le seul existant pour les voitures.
J'espère que ces explications vous suffiront.
Veuillez agréer, monsieur, mes empressées salutations.
Mr P."

La mairie de Crozon-Morgat n'avait pas la même lecture du dossier. Le fameux escalier aurait empiété sur le domaine maritime ainsi que le départ de la rampe. La partie basse de la rampe était sur terrain communal inaliénable et la partie haute, Mr Berneron en était le permissionnaire. Le conseil municipal, par délibération du 22 mai 1932, décréta la démolition de l'escalier en pierre et du mur de soutènement construits par Mr P. Le maire J. Cariou envisagea l'hypothèse d'un procès au civil déclenché par le conserveur et se réserva le droit de se faire aider par la préfecture pour user de son droit d'option pour enfin réaliser le projet de transformer ce chemin en voie vicinale de 6 mètres de large. L'industriel qui avait intenté un procès administratif à Mr Berneron pour interdire à celui-ci d'y faciliter la circulation, fut débouté.

Au cours du conseil municipal du 23 juin 1935 dirigé par le maire Mr Bergerot, il fut décidé de faire le nécessaire administratif pour que le chemin rural enfin élargi, entre le quai du Kador au niveau de la mer et les fontaine et lavoir de la Montagne qui rendaient service à tout le voisinage, fut classé parmi les voies vicinales de la commune afin de fixer son assiette et de déterminer ses servitudes. Le mur de soutènement bien plus vertical permit l'élargissement, l'escalier ne semble pas davantage commode.

Ce chemin est escarpé à cause d'un dénivelé important qui donna l'idée d'appeler le quartier la "Montagne". Sans ce chemin, il fallait faire un grand détour qui ne plaisait à personne. C'était à s'user les pieds dans ses sabots de bois.

Aujourd'hui, la vicinale est devenue la rue de la Montagne avec son épingle à cheveu. Chaque véhicule motorisé s'y prend à deux ou trois fois pour assumer le fameux virage étranglé. Il faut noter que l'industriel de Douarnenez était qualifié par la presse d'alors "d'industriel sympathique" jusqu'à l'affaire de la rampe...

Mr P. paraissait de temps à autre dans la presse. Il fut amputé d'un bras en 1912 lors d'un accident dans son usine de Douarnenez en expliquant l'usage d'une nouvelle machine à courroie à une employée qui ne savait pas s'en servir. La directrice de l'école maternelle de Morgat remercia l'élite Morgatoise pour les dons de l'arbre de Noël de 1930. Parmi les généreux donateurs. Mr Lazard de Neuilly 100frs [financier propriétaire d'une villa au-dessus du port], Mme Péchin et Mr Potier de l'Hôtel de la mer 50frs, Mr Chabal architecte du gouvernement 50frs [architecte de nombreuses villas de Morgat], Colonel Valentin de Paris 50frs, Mr Breitling vice-président du tribunal de la Seine 20frs [famille Peugeot propriétaire de villas et d'un lotissement], Mr P. 10frs, Madame la général Hunter 10 frs, Madame de Marliade Hôtel Hervé 5frs...

Morgat à découvrir

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Hôtels d'antan

Menhirs : alignements de Ty-ar-C'huré

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Place de l'église

Grande marée du siècle

Vague submersion

Inondations

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Bois du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Rampe de la Montagne

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Portzmoguer : un pirate honoré

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié

Cale brisée

Excursion vers les grottes marines

Nettoyage - criblage plage de Morgat

Histoire

Liaison maritime Douarnenez Morgat

Société anonyme de la plage de Morgat – Peugeot

Régates

Galerie Nuage Bleu

Tournoi de tennis coupe Breitling & Rulianec

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Le môle de Lanvéoc – Container chinois – Le pont sans maître : Kervéneuré – Hommage au Nuage Bleu – La rafle de Crozon – La ravageuse Pyrale du buisSablière sculptée – Les coupes Rulianec et Breitling : Tennis-Clud de MorgatTal ar Groas ...

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022