Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Murs en pierres sèches liés à l'histoire de l'agriculture

Parcelles murées dans les landes.

L'équivalent de nos nationales d'aujourd'hui.

Lors d'un débroussaillage, les vestiges très modestes d'un muret avec ses pierres levées marquant l'entrée d'une parcelle, furent retrouvés. Preuve d'une activité humaine agricole oubliée. Les pierres ne sont pas assorties de sorte que l'ouvrage est délabré.

Galeries d'insectes.

Ancienne parcelle agricole reconquise par les bois et dont les murets sont recouverts de terreau propice à la végétalisation. Les abeilles solitaires affectionnent ces conditions de vie.

Un mur talus d'un chemin creux.

L'usage de la pierre sèche, c'est-à-dire des constructions en pierres sans aucun liant, ni terre, ni mortier d'aucune sorte, est une pratique humaine qui remonte au Néolithique quand l'homme cesse d'être chasseur et cueilleur et qu'il privilégie l'agriculture pour ses besoins alimentaires. Sachant cela, il est tentant de conclure que les les murs et murets en pierres sèches en bordure des parcelles agricoles de la presqu'île de Crozon que l'on retrouve dans les landes, les prairies et les bois soient des élévations multi-centenaires si ce n'est pas davantage.

Contre toute attente, ces murs dont certains sont particulièrement réguliers et furent certainement montés par des hommes expérimentés dans l'art de stabiliser les pierres les unes envers les autres demandant de la dextérité, sont des réalisations tardives du 19ème siècle pour beaucoup. Ceci s'explique par la structure de la société presqu'îlienne féodale et pauvre jusqu'à la révolution française de 1789. Jusqu'à cette date, le maillage des propriétaires des terres est constitué des biens de l'église par le biais de l'abbaye de Landévennec et de Daoulas dans une moindre mesure ainsi qu'une hiérarchie noble complexe du comté de Crozon. Les paysans sont démunis et asservis de père en fils interdits de possession.

Les terres de la presqu'île de Crozon sont rarement profondes et utiles. Impossible de cultiver quoique cela soit dans la lande, pas plus que sur les plateaux rocheux des falaises. Quant aux vallées, elles sont marécageuses. Les autorités religieuses ainsi que seigneuriales se disputent les territoires. Progressivement les terres de l'église sont vendues aux nobles de tous rangs. Ces derniers connaissent la déception puisque les rendements sont parmi les plus bas de la région d'autant que ce qui pourrait être cultivable manque d'amendement toujours coûteux. Autrement exprimé, la presqu'île est sous le coup d'un abandon ancestral à quelques exceptions près. Les nobles se retirent un à un de leurs investissements. A quoi bon alors d'épierrer des champs et de construire des murs pour rien en tirer.

La Révolution française change les propriétaires, les nobles sont exclus et ce sont des investisseurs bourgeois souvent extérieurs à la presqu'île qui rachètent le foncier existant au titre de placement. La condition paysanne évolue peu, si ce n'est que certains privilèges de la noblesse sont abolis... Fini l'entretien des chemins après le travail par exemple... Pour le reste la pauvreté reste endémique.

Au cours du 19ème siècle, les riches propriétaires se départissent à leur tour des terres « révolutionnaires » afin de ne pas perdre de l'argent d'autant que l'industrialisation du pays offre des placements plus rentables. Les notaires fractionnent les parcelles avec un petit bénéfice au passage et les ventes se font auprès de paysans, d'anciens métayers, ayant quelques économies. A partir de cette période de parcellisation du territoire, les murets apparaissent autant à titre de clôture que de stockage des pierres des terres épierrées. Des chemins à talon sont aussi bordés de pierres sèches canalisant ainsi la circulation du bétail d'une parcelle à l'autre sans risque de dispersion.

Durant quelques décennies et grâce à l'armée des chantiers, des forts et des défenses de côte, grande consommatrice de farine et de viande, des familles paysannes parviennent à survivre pour la première fois de l'histoire agricole de la région. Cela n'aura qu'un temps car l'armée va s'apercevoir que les produits locaux sont chers et de piètre qualité. Les achats groupés se feront dès lors à Brest.

Au début du 20ème siècle, la désaffection littorale se fait sentir d'autant qu'un début d'éducation va lentement détourner les enfants de la terre... La mécanisation ne conviendra qu'aux grandes surfaces intérieures de la presqu'île. Les parcelles de quelques ares n'ont plus de valeur, il faut des hectares complètement dégagés.

Dans les parcelles abandonnées, parfois reconquises par le reboisement naturel, les murs en pierres sèches ont subsisté et subsistent encore, plus ou moins bien entretenus comme s'ils étaient inamovibles alors qu'ils sont le fait d'un échec et le signe d'une désolation d'une population pauvre.

Curiosités du pays

Tradition

La coiffe du pays Rouzig - La coiffe Penn-Maout

Pierres

Abreuvoirs anciens - Auge en pierre - Four à pain traditionnel breton - Ardoises gravées - Murs en pierres sèches

Construction & équipement

Bac de lavage en béton - Pompe à bras - Puits - Pompage électrique - Borne incendie - Voies Decauville - Arrondir les angles - Garde-corps de fenêtre en ferronnerie - Soubassement en faux-appareils - Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930 - Devantures - Mosaïques et devantures - Aubette - Panneau indicateur - Palplanche - Gués - Carrières - Tessons de bouteille sur les murs - Radar pédagogique - Panonceau notaire - Chemin creux - Toilettes publiques - Bilinguisme routier

Religieux

Niche votive - Echalier d'enclos paroissial - Tombe en ardoise - Tombe en fer forgé et fonte d'art - Croix celtique - Croix huguenote - Sablière sculptée - Tronc

Machines agricoles

Broyeuse hache-lande - Coupe racine - Arracheuse de pomme de terre - Charrue de fonderie - Machine à traire - Tracteurs anciens - Défilé de tracteurs

Transports

Chemins des goémoniers - Maison bateau de Crozon : une caloge - Gares bigoudenes - Haltes et PN - Ponts ferroviaires - Voies Decauville - Réserves à eau de gare - Garde-fou - Conteneurs SNCF - Hélicoptère Samu - Rando vélo

Marine

Cachoutage des voiles - Grand pavois - Embossage - Canon bollard - Mouillage forain - Balise de Basse Vieille - Espar - Balise Rocher du Mengant Mengam - Balise maritime de danger

Nature

Brume et embruns - différence - Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ? - Coup de vent - Ecume de mer - Tempête d'écume - Ruisseau du Kerloc'h - Ruisseau de l'Aber - Ganivelle - Bois de chauffage d'antan

Trouvailles

Vélo Anquetil - Moteur CLM - Vieilles tiges - Publicités murales - Street-art - Container - Pot de chambre - Caméra piège photographique - Détecteur de métaux

L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille VallaudSaint Norgard oublié – Pierre Profonde bombardée – Hagiotoponymes de la presqu'île de Crozon – Risque de pollution bactériologiquePorte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024