Voie ferrée écartement 60 cm Decauville en Crozon

L'île des Morts et sa poudrière à gauche. L'île de Trébéron et son hôpital de quarantaine au centre.

Une idée novatrice pour un XIXème siècle en pleine industrialisation, des voies ferrées transportables, modifiables à volonté. Les voies ferrées de l'industriel français Paul Decauville (1846 - 1922) ont un usage éventuellement éphémère pour le transport de matériaux et des personnes par des trains de petites tailles sur des voies de 60 cm d'écartement.

Ces voies sont présentes sur l'île des Morts et l'île du Renard. L'île des Morts a longtemps été une poudrière ce qui sous entend que le transport des poudres et des munitions entre les bâtiments de stockage et le quai d'approvisionnement devaient se faire par wagonnets.

De conception entièrement métallique, les tronçons de voies se posent sur un sol aplani. Le ballast est inutile. La formule modulable est parfois réduite à la traction de wagonnets par des hommes... La formule la plus aboutie fera appel à de petites locomotives à vapeur.

Sous l'influence du Capitaine Prosper Péchot, le développement du procédé aura des aboutissants militaires à l'approche de la première guerre mondiale.

L'idée d'un moyen de ramassage efficace des betteraves des champs trop boueux de la Beauce est à l'origine de cette invention qui fut un moyen de transport économique durant quelques décennies.

Les voies de l'île du Renard plongent dans la mer. Ces voies sont plutôt bien conservées quand elles sont immergées tandis que les voies toujours découvertes de l'estran ont été disloquées par la rouille. Des huîtres sauvages semblent servir de rivets de fixation !

Les voies Decauville étaient livrées montées sur leurs traverses de fer sous la forme que les passionnés de train électrique connaissent. Il s'agissait donc d'un "mécano" que l'on adaptait à la topographie du terrain. Une clé de mécanicien suffisait au montage.

Curiosités du pays

La coiffe du pays Rouzig

La coiffe Penn-Maout

Abreuvoirs anciens

Auge en pierre

Broyeuse hache-lande

Faneuse ancienne

Charrue de fonderie

Machine à traire

Bois de chauffage d'antan

Four à pain traditionnel breton

Chemins des goémoniers

Maison bateau de Crozon : une caloge

Publicités murales

Street-art

Mosaïques et devantures

Gares bigoudenes

Haltes et PN

Ponts ferroviaires

Brume et embruns - différence

Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?

Ecume de mer

Tempête d'écume

Ruisseau du Kerloc'h

Palplanche

Panneau indicateur

Tombe en ardoise

Tombe en fer forgé et fonte d'art

Eglises et chapelles

Calvaires

Niche votive

Gués

Aubette

Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930

Garde-corps de fenêtre en ferronnerie

Bac de lavage en béton

Pompe à bras

Puits

Pompage électrique

Voies Decauville

Cachoutage des voiles

Grand pavois

Embossage

Canon bollard

Mouillage forain

Balise de Basse Vieille

Espar

Arrondir les angles

Patrouilleur Kermorvan

Ardoises gravées

Borne des 1000 km du Gr34

Tessons de bouteille sur les murs

Devantures

Croix celtique

Vélo Anquetil

Moteur CLM

Soubassement en faux-appareils



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021