Les différences entre une batterie de rupture et une batterie de bombardement

Une batterie de rupture consiste en l'usage d'au moins un canon et bien évidemment fréquemment de plusieurs canons installés sur la côte juste au-dessus du niveau de la mer. L'installation privilégiée durant des siècles fut sur une plateforme creusée à même la côte, souvent dans la falaise par déroctage (terrassement dans la roche). Le vaisseau ennemi qui passe à faible distance de la côte est perforé par les boulets jusqu'au 18ème siècle puis par des obus à partir du 19 ème siècle.

Les navires ont changé de structure durant cette évolution. Dans le temps en bois, puis progressivement en acier blindé. Depuis que l'artillerie de marine existe, le Goulet de Brest a été surarmé, Vauban fut le premier à rationaliser cette défense côtière concentrée.

Dans le Goulet de Brest ce sont 11 batteries de rupture qui furent installées entre 1883 et 1888 pour s'assurer que la moindre intrusion soit punie par des salves de tirs directs dit de plein fouet, ce fut l'ultime aménagement d'ampleur de la côte.

Si l'on prend l'exemple du canon de 32cm (320mm) d'une longueur de 8.5 mètres, d'un poids de 48 560 kg, il projetait un obus en acier de 338 à 392 kilos (obus dit de rupture) selon les versions et ceci à 650 mètres par seconde. La violence de l'impact au niveau de la ligne de flottaison du vaisseau créait une voie d'eau immédiate qu'il était impossible de colmater. Ces canons étaient mis en service par paire dans des galeries creusées dans la roche. Les canons étaient introduit côté mer puis on maçonnait l'embrasure au plus étroit possible pour assurer la sécurité des artilleurs à l'arrière de la pièce. L'affût était fixe et n'avait donc aucun réglage de pointage latéral possible. Le choix d'un projectile non-explosif s'explique par la difficulté de déplacer un obus explosif par wagonnet poussé manuellement sur des rails decauville dans un contexte accidenté.

Quand une batterie de rupture (dite batterie basse) est logée dans un local de protection (naturel ou construit par l'homme) ou par manque de place au pied de la falaise, on parle alors de batterie de rupture casematée.

D'autres batteries de rupture complémentaires développaient un alignement de canons de calibres beaucoup plus petits, à tirs rapides pour les versions fin 19ème début 20ème afin de mitrailler les petites embarcations ou les ponts des navires indésirables. Ces batteries avaient besoin de couvrir des angles de tir vastes et se trouvaient en plein-air avec bien souvent un simple parapet qui les masquait côté maritime.

Une batterie de bombardement a la même mission que la batterie de rupture, détruire l'ennemi et couler par le fond au plus vite les navires qui composent sa flotte. Seule la position de tir change. Les batteries de bombardement (dites batteries hautes) sont au sommet de la falaise, en plein-air ou sous casemate (abri en béton à partir du 20ème siècle).

Les canons de 32cm, par exemple, sont les mêmes. Change cependant leur pivôt (le pied - affût) qui opère des rotations les plus larges possibles pour suivre l'ennemi et tirer un obus cette fois explosif qui doit tomber sur le pont du navire et occasionner le plus de dégât possible en perforant celui-ci tout en explosant. Ce n'est plus la coque qui est visée mais la partie haute du navire. L'obus fait une courbe plongeante avant de toucher la cible.

Au 18ème siècle, les boulets étaient rougis au feu avant d'être tirés pour occasionner un incendie sur les coques en bois. Quoiqu'il en soit, le tir n'est plus direct, c'est un tir en courbe dit de bombardement.

Quelles que furent les périodes de forte activité d'artillerie, par ces deux « étages » de batteries, la place de Brest se devait d'être imprenable. Cet imposant dispositif de rupture et de bombardement s'amoindrit lors de la première guerre mondiale. Les pièces d'artillerie, notamment les canons de 320mm sont redéployés sur des wagons pour se positionner à l'arrière du front à l'Est de la France.

La multiplication des canons dans le Goulet s'achève, seul un service minimum est assuré entre les deux guerres. La technologie privilégie désormais des lance-torpilles surtout quand l'armée d'occupation allemande prend possession des lieux en 1940. L'armée française avait envisagé de remplacer les canons de 32cm de rupture (soit dans les batteries basses) par des tubes de lancement de torpilles dites automobiles. Idée abandonnée à cause de la faible puissance des moteurs face à la vivacité des courants marins dans le Goulet. Les torpilles avaient peu de chance d'atteindre leur but. L'artillerie de marine allemande, quant à elle y parviendra avec une puissance de feu jamais atteinte.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021