Batterie de Kerviniou

Usine électrique de seconde génération pour une alimentation de la batterie et du projecteur. La machinerie se trouvait dans la partie droite et une pièce de vie se situait sur la partie gauche. Une pièce centrale et un couloir permettaient une certaine insonorisation. Le toit plat récupère les eaux de pluie pour une citerne à proximité.

La machine génératrice de courant électrique était fixée sur le piédestal en béton.

Plan de l'usine électrique. 16m x 5.50m. Modèle standardisé.

Les deux premières portes appartiennent à un bâti léger de deux pièces qui selon la plupart des sources est souvent affecté au rôle de magasin, parfois la petite pièce est dédiée à un commandement secondaire. Ensuite, le mur habille la falaise. Enfin la porte et le mur gris en béton appartiennent à la soute à munitions pour le stockage des obus non chargés. Le chemin, plus large par le passé, disposait d'une voie ferrée métrique pour porter dans des wagonnets les obus de 24cm vers le magasin sous roc des poudres et l'atelier de chargement plus loin au Nord avant de revenir vers le service des 4 canons de 240mm modèle 1870-87 sur affûts 1888 PC.

Le parapet en moellons, maçonnerie et briques rouges d'un canon. Aucune protection aérienne, l'aviation n'existe pas encore... Les autres parapets sont sous une végétation épaisse.

La cloche en béton gauche est l'accès du magasin sous roc (1891) des poudres et de l'atelier d'assemblage des munitions. La cloche à droite est l'issue du monte-charge des minutions prêtes à l'emploi qui retrouvent la voie ferrée et reviennent servir les canons.

Escalier sous roc du magasin des poudres.

Salle des poudres. Une tôle courbe habillait le plafond et échappait l'eau de suintement vers les rigoles au sol sur le périmètre de la surface. En fond, un couloir de distribution pour le monte-charge et une salle d'assemblage en dernier. Une section d'escalier du monte charge contre le mur.

Les obus chargés et réglés attendaient dans une petite pièce équipée de racks de stockage. Manipulation par suspension sur rail.

Les gonds des portes séparatives sont en bronze pour éviter la moindre étincelle dans le magasin à poudres explosives.

Créneau à lampe, l'éclairage des soutes à munitions.

Colonne du monte-charge pour extraire les obus prêts à l'emploi.

Empreinte du treuil manuel dans la pièce de desserte de l'escalier d'entrée. Une position identique dans chaque soute à cette période. Les murs sont blanchis pour détecter d'éventuelles traces de poudre.

Plan du magasin des poudres sous roc.

En contrebas de la batterie haute, à gauche, le poste de télémétrie de type Audouard dans un premier temps puis à la construction de la casemate du projecteur de 90 cm sur rail (vers 1910), le poste de télémétrie de Kerviniou est devenu aussi le poste de commande du projecteur.

Le choix d'implantation de la batterie de Kerviniou date de la période des fortifications de Vauban qui fait installer celle-ci en bas de la falaise sur un terrassement sommaire. La batterie basse d'alors perçoit 4 canons de marine de 24 livres et deux mortiers (10 et 12 pouces).

La puissance des canons ayant considérablement augmenté, dans les années 1855 environ, l'ancienne batterie est abandonnée pour être renouvelée en haut de la falaise avec 2 canons de 30 et 2 obusiers de 22 en fer.

Des obus explosifs nouvellement sont introduits dans les stratégies militaires, la batterie devient trop exposée ainsi. Une « rue des remparts » creusée dans la roche en contrebas du niveau naturel du sol permet de construire une batterie moderne pour l'époque, complètement conforme à toutes les directives militaires d'alors. Les travaux normalisés (constructions sur plans administratifs côtés) seront entamés en 1882 et s'achèveront par l'ultime modernité qui consiste à installer un projecteur sous casemate au ras des flots avant la première guerre mondiale.

Cette guerre réclame le versement des 4 pièces de 240mm Schneider sur le front de l'Est. Elle perd sa caserne de Kerlaër après cette guerre.

La batterie de Kerviniou ne sera plus jamais équipée et sera bombardée lors de la seconde guerre mondiale.

La soute à munitions de surface dispose d'un toit en béton armé d'1.50m d'épaisseur, ce qui est une nouveauté dans les batteries françaises mais nécessaire face aux obus torpille de l'ennemi. Date de construction : 1898.

Les munitions de 162 kg chacune sont suspendues à des rails de déplacement au plafond.

Vestige d'une citerne d'eau de récupération juste au Nord de l'usine électrique.

Vestige d'une embase d'un mât à pavillon pour signaux de marine.

Point d'eau douce, accessoirement lavoir mais aussi réserve pour l'usage des canons et leur entretien.

Une des attaches de fixation d'un affût sur son pas-de-tir.

Une cabine téléphonique de batterie de côte.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021