Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

La batterie côtière fort des Capucins Roscanvel - Crozon

Le fort des Capucins côté casernements à l'abri des tirs de l'ennemi. L'autre versant, côté Goulet propose ses emplacements de canons à deux niveaux. En terrasse des petits calibres. Sous roc deux gros calibres de rupture (tirs directs). Aujourd'hui l'îlot porte le nom de "Capucins" mais par le passé les habitants de Roscanvel l'appelait "Beg Kerc'h" tandis que les habitants de Camaret l'appelait "Pen Azal."

La galerie de la batterie creusée dans le rocher au niveau de la mer côté Goulet de Brest. 2 canons "géants" occupaient les lieux. Au plafond à droite, un conduit vertical pour aspirer les fumées de tir.

La galerie dans l'autre sens avec cette fois un vestige de canon au sol qui n'a rien à voir avec les canons d'origine.

Les canons étaient avancés ou reculés sur rail. Le fût passait l'embrasure exigüe. Embrasure inclinée vers la mer et non vers le ciel.

Evacuation des fumées de tir par la colonne d'air au plafond.

Magasin à poudre sous roc des canons de rupture.

La galerie est "tapissée" d'un mur de pierres hourdies récupérées de l'excavation. L'escalier de sortie est creusé dans la roche.

Escalier d'accès au projecteur bas.

Une troisième niche cette fois grande ouverte sur la mer. Emplacement du projecteur de 90 cm jusqu'en 1900 environ, puis remplacé par un 150 cm.

En fond, créneaux à lampe au titre d'éclairage de pièce.

Usine électrique.

Le casernement (vers 1900) des personnels dédiés aux projecteurs et son usine électrique en voûte.

Une plateforme devant un fossé qui sépare le pont-levis (disparu), des défenses pentues/pointues pour éviter qu'un soldat ennemi s'introduise dans le fort rapidement.

La batterie haute légère avec à gauche un repère d'entrée de port, un poste téléphonique (mur crépi), un escalier pour accéder à la batterie basse (vers la niche projecteur fixe) et quatre dalles recevant un canon chacune. Sous cette plateforme, à l'étage inférieur, la grande batterie de rupture et ses galeries.

R.E.P.

Sous-selette de canon de 47 mm TR de marine.

Poste d'observation et de guidage des projecteurs au sommet de l'îlot.

Embase de mât à pavillon que l'on pouvait rabattre.

R.E.P. construit entre 1918 et 1939.

Abri de jour du projecteur à droite. Ce dernier était mené sur sa plateforme par des roues sur rails. A gauche, un R.E.P.. Position vers la mer d'Iroise et le vestibule du Goulet de Brest. Il s'agit d'un feu chercheur de 150 cm mobile qui balaie l'horizon Ouest. Ce projecteur est installé après 1900, il y en eut un autre précédemment de 60 cm aux mêmes fonctions.

La pointe de l'îlot et l'emplacement d'un projecteur de 60 cm puis 150 cm ensuite à gauche et d'un repère d'entrée de port (R.E.P.). Petit  bâti normalisé construit entre les deux guerres mondiales qui aide à la navigation les navires de la marine en l'absence des feux de projecteur.

Le casernement en bas et la rampe d'accès au sommet de la falaise qui supportait des rails pour faire circuler les canons de 320 mm de 8 mètres de long pour 47 tonnes. Une prouesse.

Citerne de récupération des eaux pluviales du toit du casernement.

L'abri de jour du projecteur à gauche, le casernement à droite et l'escalier creusé dans la roche pour accéder au poste d'observation du sommet.

Le casernement de 60 hommes dans la roche décaissée avec cuisine, magasin des vivres et deux chambres individuelles avec cheminées pour officiers probablement.

Réserve à eau sous la cuisine.

Un premier pont a existé avant 1861, il était plus bas et accessible par escalier à chaque extrémité.

La batterie côtière de l'îlot du fort des Capucins, terrain militaire jusqu'en 2009, détient des aménagements de défense basé sur une puissance de feu sous roc, côté mer, au ras des flots avec des angles de tir très réduits. La cible maritime passe dans le Goulet de Brest et croise une ligne de feu fixe. Un second niveau haut de batterie légère composée de canons légers à tirs rapides sans protection véritable mais orientables à volonté complète puis remplace le dispositif de rupture.

La situation stratégique est ancienne. Vauban demande un aménagement en batterie "façon fort de Cornouailles". Faute de moyens financiers pour le déroctage immense, le projet reste en plan dès 1696. La solution économique déployée consiste à installer quelques mortiers sur la falaise qui surplombe l'îlot.

Un nouveau projet reprend le plan de 1696 de Traverse, ingénieur de Vauban, en 1847. Le casernement est prévu tel qu'il est visible aujourd'hui et sinon toute la périphérie de l'îlot est en terrasse avec un parapet pour y installer une vaste batterie. Le déroctage attendu est encore volumineux. Les travaux de 1847 tentent de limiter les frais jusqu'à 116 000 francs-or.

Le génie de la Marine Française construit un pont (1861) qui enjambe la mer et relie l'îlot à la côte. Le travail de nivellement de la roche pour installé le casernement, l'abri du projecteur, l'usine électrique est impressionnant. L'accès à la batterie sous roc est un escalier très "plongeant" creusé à même la roche. Il semble infini. Les galeries sous roche transforment l'îlot des Capucins en "gruyère".

La première version des aménagements de canons sur la terrasse "moderne" s'étale de 1848 jusqu'en 1870. Deux canons de rupture de 47 tonnes (calibre 320 mm) chacun sont installés dès 1888 jusqu'en 1917 (transférés sur le front de l'Est de la France) au niveau de l'eau dans la batterie casematée de rupture prévue à cet effet, creusée sous roc. Une génération de canons de100 mm à tir rapide entre 1897 et 1906 en terrasse est installée. Parmi les réassortiments ultérieurs : 4 canons de 47 mm TR sont installés jusqu'en octobre 1914, puis 2 canons de 75 mm G Mle1887 (sur deux emplacements de 47 mm) et 2 canons de 95 mm  Mle 1888 de semonce après la première guerre mondiale et ceci jusqu'à la seconde. Le coup de semonce est un tir d'avertissement sans destruction.

Le 20 février 1889, la batterie basse casematée (2 canons de rupture de 320mm) est maintenue en activité à la Chambre par le projet de loi portant classement et déclassement des ouvrages de défense en France et en Algérie, sur avis du comité de défense et du conseil supérieur de la guerre.

Les aménagements électriques, l'usine, et tout ce qui attrait aux projecteurs datent de 1889 à 1891 avec une amélioration après 1900 après l'augmentation de puissance des projecteurs.

L'îlot des Capucins ou fort des Capucins a connu des projets pharaoniques vite abandonnés pour cause de coûts inconsidérés. Toutes les installations sont le fruit de compromis tirant la batterie vers le "bas" autant dire vers un déclassement inéluctable. Néanmoins le patrimoine militaire développé y est exceptionnel. Monument historique depuis 2016.

LE SITE EST DANGEREUX. INTERDIT D'ACCES EN 2022.



La défense côtière avant 1939

Goulet de Brest

Postes de projecteur du Goulet Roscanvel

Cam 59 Camaret

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Les postes de télémétrie Audouard 1880 Rosvanvel : Kerviniou - Capucins Sud réemployé - Capucins Sud - Capucins - Capucins Nord - Stiff - Espagnols Sud - Espagnols

Poste d'observation 1920 de Cornouaille Roscanvel

Bataille de Trez Rouz Camaret

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille Roscanvel - Batterie de Beaufort Roscanvel - Vieille Batterie Roscanvel - Haute de Cornouaille Roscanvel - Poul Dû Crozon - Mort Anglaise Camaret - Capucins Roscanvel - Kerbonn Camaret + projecteur Camaret - Kerviniou Roscanvel - Pen-Hir Camaret - Tremet Roscanvel - Ty-Du Morgat - Portzic Crozon - Stiff Roscanvel - Pourjoint Roscanvel - Haute Pointe des Espagnols Roscanvel - Petit Gouin Camaret - Sud des Capucins Roscanvel - Batteries hautes des Capucins Roscanvel - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador Morgat - Rouvalour Crozon - Batteries Est de Roscanvel Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff Roscanvel - Batterie de l'île de l'Aber Crozon - Batterie extérieure de la Tour Vauban Camaret - Batterie de Dinan Crozon

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins Roscanvel

Casernement bas de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement haut de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Abri groupe électrogène Roscanvel

Fortifications de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement de Kerlaër Roscanvel

Casernement de Lagatjar Camaret

Baraquement Adrian

Carrière

Ile Trébéron et île aux Morts

Île Longue avant 1939

Camp d'internés de l'Île Longue

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 / Fort : Aber Crozon - Camaret Camaret - Kador Morgat - Postolonnec Crozon - Roscanvel Roscanvel - Rulianec Morgat

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Loi du 3 juillet 1877 - réquisitions de l'armée

Réduit de Kerbonn Camaret

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service Roscanvel

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern Roscanvel

Lignes de Quélern Roscanvel

Caserne Sourdis & cale Roscanvel

Les forts : Fraternité Roscanvel - Landaoudec Crozon - Lanvéoc Lanvéoc - Toulinguet Camaret - Crozon Crozon

Caponnière

Fort Robert Roscanvel

Ilot du Diable Roscanvel

Lignes de Quélern Ouest Roscanvel

Mât à pavillon

Tirs à la mer pavillon rouge

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue Roscanvel

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles Roscanvel

Poudrière de Quelern Roscanvel

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P. Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan Crozon

Château-fort de Castel bihan Poulmic Lanvéoc

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton Camaret

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz Camaret

La BAN de Lanvéoc-Poulmic Lanvéoc

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic Crozon

Batterie de 100mm Pointe des Espagnols Roscanvel

Projecteur et écoute de Pen ar Vir Lanvéoc

Projecteur et écoute du Grand Gouin Camaret

Abri de projecteur de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Station d'écoute aérienne de Messibioc Lanvéoc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

MILITARIA : de 1939 à nos jours

Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille VallaudSaint Norgard oublié – Pierre Profonde bombardée – Hagiotoponymes de la presqu'île de Crozon – Risque de pollution bactériologiquePorte-conteneurs à l'ancre – Le bilinguisme routier plein de surprises – Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024