Postes d'inflammation intérieur extérieur des torpilles de fond du Goulet

Sabord de veille.

Mur intérieur français 1878, mur extérieur (béton) allemand 1943.

Voutelle en briques sur poutrelles métalliques.

Mur béton 1943 doublant le mur de 1878.

Poste d'observation français pour l'orientation distante de deux projecteurs : 90 cm et 120 cm.

En bas, batterie de Vauban.

Poste de commandement français.

Le poste extérieur d'inflammation des torpilles d'origine française est encaissé dans une zone déroctée avec une seule vue de veille par un sabord (ouverture avec volet). Une seule pièce de casernement toute en longueur avec un plafond en poutrelles métalliques et en voutelles en briques couvertes d'un béton français et recouvert d'un béton allemand. Le dispositif surplombe la batterie de Vauban de Cornouaille. Le rôle de ce poste consiste simplement à déclencher la mise à feu des torpilles de fond placées en face du poste sous la mer. Déclenchement par câble électrique. Le calcul du temps de passage du navire ennemi et le choix de la torpille à faire exploser vient de la procédure effectuée par le poste intérieur qui se situe nettement plus à l'Est sur la côte de Roscanvel.

Poste extérieur
48° 19' 47.6" N
4° 34' 12.3" W




Pièce de casernement.

Décoration murale à la chaux.

Salle de veille avec sabords.

Boyau de circulation se finissant par une évacuation des eaux de ruissellement.

Ouverture (sabord) de surveillance avec gonds de volets attachés par un crochet intérieur.

Support gouttière au-dessus de la porte d'entrée.

Poste d'inflammation intérieur à 1 km à l'Est du poste extérieur. Il conserve son aspect d'origine et se situe en bordure du GR34. A l'intérieur, deux grandes pièces courant sur chaque façade. Côté Est, portes et fenêtres ordinaires, crépis à la chaux décoré avec un quadrillage peint de petits carreaux. L'autre pièce, côté Ouest, face à l'entrée du Goulet, des ouvertures hautes fermant avec des volets blindés tombants. Les soldats surveillaient la circulation maritime entrante en position debout avec jumelles et télémètres afin de relever une trajectoire du navire ennemi et de déterminer quelles torpilles de fond devaient exploser. La précision des relevés était essentielle. Les calculs étaient transmis au poste extérieur qui déclenchait l'inflammation.

Poste intérieur
48° 20' 3.3" N
4° 33' 31.3" O

M = Balise du rocher du Mengant posée sur un récif. Zone rouge = ligne de torpilles de fond commandée du PE (poste extérieur) selon les indications du PI (poste intérieur)

En 1865, la Marine française étudie la marmite en fonte nommée torpille. Une marmite en fonte étanche chargée d'explosif plongée dans la mer.
L'armée expérimente différents explosifs et exécute des tests sur des carènes de navire qui à l'époque commence à être partiellement blindé.
Une commission d'expérience et une école des défenses sous-marines suivent les évaluations techniques qui cherchent à mettre au point une torpille de fond (dormante), c'est à dire posée sur le fond de la mer et se déclenchant au passage d'un navire ennemi.

En 1870, l'état major de la marine établit un plan d'équipement des 5 ports stratégiques de France : Toulon, Rochefort, Lorient, Brest, Cherbourg.
Le matériel est commandé aux entreprises d'armement mais la guerre de 1870 interrompt le processus. Néanmoins des lignes provisoires de torpilles de fond sont installées, cela permet de retenir un modèle particulier car les propositions matérielles sont nombreuses. Chaque ingénieur et industriel espèrent l'obtention d'un marché juteux.

En 1873, les torpilles automobiles (à hélice) de l'inventeur Whitehead sont approuvées en tant que torpilles mobiles de côte (en plus de l'usage en sous-marin et de surface dans la flotte).

En 1874, les torpilles portées et les torpilles vigilantes (maintenues à trois mètres sous la surface de la mer) sont elles-aussi validées.

Pour des raisons techniques, la défense côtière panache les modèles de torpille pour optimiser les destructions des vaisseaux ennemis.

L'ensemble du système défensif français de métropole est composé de 455 torpilles de fond avec 245 000 kilogrammes de charge de coton-poudre. Il faut un réseau électrique sous-marin par torpille jusqu'au poste d'inflammation, soit 1882 kilomètres de câble et enfin 46 projecteurs photo-électriques de recherche pour éclairer les zones portuaires durant la nuit. Inventaire militaire datant de décembre 1891.

L'aménagement brestois s'avère un peu plus complexe car les vifs courants contradictoires, les hauts-fonds, les houles nécessitent une adaptation. Le goulet de Brest est "divisé" en deux dont le point de séparation est le rocher du Mengant. De ce rocher à la côte brestoise, les torpilles mobiles Whitehead sont privilégiées, les fonds marins ne peuvent recevoir des torpilles fixes. L'autre moitié du goulet, au sud du rocher du Mengant jusque la côte de Roscanvel, plus précisément jusqu'à la batterie de Cornouaille, la passe Sud, a un fond marin plus praticable.

Une première ligne de 45 torpilles en fonte chargées de poudre noire constitue l'armement prévisionnel jusqu'en 1882. Une nouvelle génération de 31 torpilles dormantes chargées de coton-poudre (fulmicoton) est prévue désormais.

La gestion des mises à feu terrestre est confiée à deux postes d'inflammation dont l'un dit extérieur est au plus proche des lignes électriques sous-marines de déclenchement. Le poste d'inflammation intérieur est à 1 km à l'Est soit plus en retrait mais toujours en bordure de la côte. Les deux construction datent de 1878 et sont en tout point conforme aux normes de construction décrétées par la marine qui en a la charge.

Le poste intérieur surveille les intrusions maritimes et rend compte par télégraphie puis téléphonie au poste extérieur le numéro de la torpille de fond qui doit être explosée par électricité. Dans les deux postes, les marins doivent vivre dans une pièce commune entre cuisine sommaire et hamacs.

Dans la pièce de veille avec vue sur la mer, les appareils de mesure dont le télémètre Audouard, en version simplifiée, aide à la précision de la sélection de la torpille dormante.

Les lignes de torpilles ne sont pas installées en permanence parce que le système n'est pas stable et que la corrosion pourrait générer des explosions involontaires envers les navires entrant ou sortant de la Rade de Brest. Cependant l'entretien des installations est effectif jusqu'en 1911.

Les torpilles de fond et surtout les torpilles vigilantes étant les précurseures des mines, dès que ces dernières furent au point, elles remplacèrent les torpilles fixes et purent être dispersées au large pour une protection plus intense sachant que le navire ennemi engagé se devait d'être détruit au large, chose toujours préférable pour ne pas encombrer le goulet par des épaves.

L'armée d'occupation allemande va reprendre l'idée de la défense du goulet par des tirs de torpilles sur rampes comme à Fort Robert et Conouaille au tout début 1944. Néanmoins, la première installation défensive du Goulet se fit par mines reliées à des câbles électriques en 1943. Le poste de tir des mines allemandes de Cornouaille fut tout aussi décevant que l'installation française. La position allemande a récupéré le poste extérieur français mais n'a pas réutilisé le poste intérieur.

Poste d'essais de lancements des torpilles automobiles Whitehead qui devait couvrir la passe Nord du rocher du Mengam (Mengant). Les torpilles à hélice manquaient de puissance dans les courants et se perdaient dans le goulet. Cette méthode de défense côtière fut abandonnée. Côté Sud, la ligne de torpilles de fond a connu bien des incertitudes, fort heureusement, les expérimentations se sont déroulées en temps de paix.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021