Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas

En 1871, le fort de Quélern est divisé en deux parties. Partie Nord une zone close de prisonniers logeant dans un casernement destiné à l'origine aux soldats. Au centre de ces chambrées, les pièces administratives, le logement du directeur, des gardiens, etc... Partie Sud conservée pour un usage militaire. Les journées des prisonniers sont rythmées de 6h30 du matin jusqu'à l'extinction des feux le soir par des activités obligatoires dont une qui peut surprendre, celle de l'école de deux heures par jour, d'abord organisée par un détenu, Elisée Reclus. Le directeur Marchi perçoit une opportunité d'apaisement et augmente le nombre d'heures pour que plusieurs centaines de prisonniers, essentiellement des Parisiens, puissent s'instruire et oublier qu'une déportation les attend. En dehors de ces moments "d'évasion", la vie d'interné est rude par une promiscuité détestable et le mépris agressif des gardiens.

Le fort ou réduit de Quélern est pensé par Vauban en 1689 pour soutenir une escarpe et ses douves qui traverserait l'isthme de Quélern empêchant ainsi que des troupes anglo-hollandaises débarquées en presqu'île de Crozon ne remontent vers la presqu'île de Roscanvel jusque la Pointe des Espagnols pour faire aboutir le siège de Brest, un port de la marine royale déterminant à l'époque de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697).

L'idée initiale est de construire un fort dont le mur Sud serait une partie de la ligne de Quélern et des deux angles (pointe des bastions Sud) partiraient des murs jusqu'à la côte Est et Ouest. Ce fort destiné à une troupe de 400 à 500 hommes avec des canons avait un coût de construction estimé à 94164 livres pour une version "simple". Une redoute et des demi-lunes (avancées autonomes fortifiées) seraient les bienvenues ce qui porterait les travaux à plus de 120000 livres selon Vauban qui est en correspondance avec le roi Louis XIV en 1694. Le roi n'a pas une livre en poche cette année là alors à la cour on propose à Vauban de faire un mur Sud et si l'argent manquait vraiment, une palissade en bois suffirait en attendant des jours meilleurs.

Les premiers coups de pioche sont donnés le 24 mai 1694 dans l'affolement général. Des espions Anglais ont été capturés et torturés à Brest. Les Anglais projettent un débarquement pour faire tomber Brest. Le débarquement de Trez Rouz (à quelques centaines de mètres au Sud des futures lignes de Quélern), le 18 juin 1694, est un fiasco sanglant pour l'infanterie anglaise. L'amirauté française respire.

Les travaux du fort lui-même commencent réellement le 20 mai 1695. Déjà, à la fin de l'année, le roi demande où en sont les dépenses et non où en sont les travaux: la réponse écrite de Vauban est 57000 livres. Pour adoucir la facture, le stratège aidé de son ingénieur Traverse a rendu les fossés plus abrupts et larges que prévu soulignant ainsi l'effort de rationalisation accompli sur le chantier. Le creusement des fossés en vue du retranchement complet a une profondeur de 7.8m et une largeur de 3.9m. Un chantier qui se poursuit davantage sur les murs et les fossés de la ligne de défense de Quélern au dépend du fort qui n'avance plus dès la fin 1695.

L'ingénieur Traverse préconise en 1697 de raser des hameaux vers l'Est pour construire l'escarpe et sa contre-escarpe. Le roi s'y oppose.

Les "demi-lignes de Quélern avec son quart de fort" sont officiellement en travaux et les batteries côtières voisines sont tenues avec une veille minimale. Dans les faits, le retranchement de Roscanvel n'est plus une priorité. Des forts sont à construire dans l'Est de la France. La population locale "visite" le chantier ouvert et se sert de tout ce qui traine y compris des pièces métalliques nécessaires aux canons.

En 1770, le roi Louis XV voit resurgir la menace anglaise alors à nouveau la défense des ports de la Royale redevient un impératif.

1772, l'ingénieur du génie Louis Lazare Dajot, directeur des fortifications de Bretagne, recommande des modifications du projet de Vauban. Des palabres et des projets sans budget ne font pas avancer les constructions. Des troupes et des canons sont disséminés sur la côte dès que les tensions géopolitiques s'enveniment.

De 1777 à 1785, Sur décision du roi Louis XVI, Alexandre Marie Léonor de Saint-Mauris-Montbarrey, secrétaire d'état à la guerre délègue les travaux des retranchements de Quélern au Marquis Louis Théodore Andrault de Langeron, lieutenant général du roi et à l'ingénieur du génie Pierre-Jean de Caux qui a la charge des travaux de Brest et alentours. Le premier veut des travaux simples, rapides, économiques tout en s'inspirant des réflexions de Dajot, c'est un soldat expérimenté; le second veut une "muraille de chine" spectaculaire et donc coûteuse, c'est un intellectuel qui rêve de gloire à la Vauban. Le marquis gagne partiellement à "l'usure" mais se détourne du fort et pousse les nouvelles lignes plus au Sud. Le fort toujours inachevé ne sert à aucune stratégie. Un mur à bastion surplombe un fossé et à l'Est immédiat les casernements, bâtiments techniques et d'intendance, les maisons des officiers du génie ne sont donc plus inséré dans le périmètre supposé du fort à l'abandon. Par contre les nouvelles lignes complexes avec bastions, réduits, demi-lunes, tout ce qui figure un mur de défense moderne sont enfin visible en 1784 mais toujours sans fort. Ce sont des détachements de militaires de la région qui ont construits les lignes de Quélern hors maçonneries délicates confiées à des ouvriers qualifiés.

1832. Internement de 400 bagnards déplacés du camp de Glomel qui ont travaillé sur le canal Nantes Brest. Suite à une rébellion, aux mauvais traitements, au choléra, le ministre de l'Intérieur fractionne l'effectif et en place une partie dans le fort ouvert de Quélern. Une incongruité qui permet une tentative d'évasion qui échoue mais qui facilite la propagation de l'épidémie de choléra d'abord à Roscanvel puis à Camaret et Crozon. Les bagnards ne sont pas mieux traités ici qu'avant, ils ont la tête rasée et la barbe leur est imposée pour être identifiables. Ce sont pour l'essentiel des déserteurs qui ne font rien de leur journée. L'épidémie s'éteint lentement et laisse une forte rancœur dans l'esprit des habitants.

Une commission d'inspection de défense relance la nécessité de la construction d'un fort et les travaux sont programmés en 1847 et réalisés pour 621 soldats de 1852 à 1856. L'aspect extérieur du fort préserve son allure vaubanienne avec une porte à pont levis. Cependant les aménagements intérieurs sont aux normes du 19ème siècle avec un magasin à poudre enterré, un autre aérien.

Le fort est enfin achevé en 1854 soit 160 ans après la première pierre de 1695... Un record de lenteur en presqu'île de Crozon. Les stratèges savent pertinemment que ce réduit défensif est complètement obsolète avant même sa mise en service, ils pensent rattraper l'insuffisance par les différents forts formant une ligne défensive plus à l'Est en presqu'île dont la construction s'avèrera toute aussi obsolète...

La période de 1870 affiche 58 canons et 8 mortiers dont certains sont destinés à servir à l'extérieur sur des plate-formes défensives en cas d'agression, le tout rouille sur place.

La prise de conscience est évidente, le réduit de Quélern ne servira jamais à rien alors autant en faire une prison pour y interner toutes les racailles de la république.

1871, communards de Paris et Kabyles de l'Algérie sont entassés dans le casernement interne du fort de Quélern. Des centaines d'autres sont sur des pontons et des bateaux dans la baie de Roscanvel. Les prisonniers sont interrogés et la plupart accusés de toutes les trahisons inimaginables alors qu'ils sont journalistes, employés, ouvriers. Les Kabyles ne voulaient pas être colonisés par l'armée française dans le Magreb... Rien de plus mais c'était bien trop et cela méritait une déportation en Nouvelle-Calédonie avec pour départ la cale de Sourdis et une traversée éprouvante de plusieurs mois sur d'anciens navires de guerre de la marine française, fleurons de la Royale.

L'armée allemande d'occupation prend possession du réduit de Quélern mais ne s'en sert pas à titre de défense, le moindre obus, la moindre bombe effondrerait les constructions. Le 3 septembre 1944, le bombardement de la presqu'île de Crozon par les avions américains n'épargne pas le fort qui est en partie détruit.

En 1969, des travaux de reconstruction et de réhabilitation partielles sont effectués.

1985 - L'armée française en reprend possession. Le périmètre alentours est une zone interdite à tout civil.

Le réduit de Quélern se devine de la route. On voit la porte, un mur qui semble anodin. Un Centre Parachutiste d’Entraînement aux Opérations Maritimes (CPEOM) du service Action de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) y est affecté.

48° 17' 53.03" N
4° 33' 43.17" O



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021