Canon 75 mm Mle 1908 et version 75/08

La Marine projette un grand plan de renouvellement de sa flotte de guerre dont 6 six cuirassés de la classe « Danton ». Ces navires ont besoin d'une protection contre les torpilles ennemies. Jusqu'alors les canons de bords employés étaient des 65 mm mle 1902 Hotchkiss. Il est prévu 16 canons de 75 mm par cuirassés, installés sur les flancs des navires sous blindages (barbettes). Le contrat est passé avec les établissements Schneider qui ont en usage un canon de 75 mm mle 1897* qui après bien des tracas de frein de recul est devenu une référence internationale. Le fameux ingénieur Gustave Canet prend en charge la conception et les premiers essais se font en février 1908 à Gâvres et Ruelle, puis vient la mise en série en 1910 au Creusot. Ces canons de 75 mm mle 1908 Marine** une fois embarqués et mis à l'épreuve (1911) dans des conditions réelles déçoivent. Le suivi de la torpille menaçante n'est pas optimal et le calibre semble sous-estimé. Ils sont remplacés par des calibres de 138 mm.

Ces canons semi-automatiques au tube non rayé sont récupérés pour un usage de côte avec un masque (blindage) spécifique amovible. Le modèle est assorti d'une variante : un récupérateur est ajouté sur le front du tube pour faciliter les tirs très excentrés. Cette variante porte la dénomination : canon 75/08. Modifications apportées pour les exemplaires de Fort Robert - angle vertical de tir passant de +15° à +25° nécessitant la modification du système de pointage et l'adjonction d'un récupérateur supplémentaire - axiomètre CH Mle 1923 + appareil de visée CD Mle 1923 avec lunette Mle 1911+ axiomètre CD de pointage indirect en direction. Pour le reste les performances sont inchangées. Vitesse initiale 850m/s, 20 coups/minute (15 selon certaines sources) pour une portée de 9140 m avec des obus de 6,4kg. A noter que le canon de 75 mm modèle 1908 va être le premier canon officiel anti-aérien une fois sa hauteur de tir nettement augmentée au travers de nombreuses variantes.

Dans les années 1930, la batterie de Fort Robert va percevoir 4 canons de 75 mm modèle 1908 sur plate-forme dédiée en situation de guerre, prêts à l'emploi. Avant la première guerre mondiale, Fort Robert a connu les canons de 320 mm de rupture (niveau de la mer) et de bombardement (haut de falaise) et des canons de 47 mm à tirs rapides, soit pour l'époque les deux extrêmes en terme de puissance et de rapidité de tir. Entre 1918 et 1939, la tendance est aux équipements de calibres moyens mais aux capacités de suivi de cible mouvante plus développés car la navigation militaire est toujours plus rapide et les navires (hors porte-avions) de tailles plus raisonnables, ainsi la tentation des navires toujours plus lourds pour attaquer et des canons de côte lourds pour les couler est oubliée.

Les canons de 75mm Mle 1908 Marine de Fort Robert furent utilisés par l'armée allemande de 1940 à 1943 avant d'être déplacés vers la MKB Toulbroc'h. Une fois de plus la défense côtière du Goulet de Brest avait été confiée à des canons de récupération comme dans la très grande majorité des cas d'équipement de côte.

* il a existé la version de côte du canon de 75 mm mle 1897 en presqu'île de Crozon – Pointe des Espagnols batterie haute et îlot des Capucins batterie basse entre les deux guerres.
** culasse à filets concentriques - brevet Schneider-Canet - réputée rapide et étanche.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021