Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Les postes de projecteur militaires du Goulet de Brest

Postes de projecteur du Goulet en 1897/1898.

• Humphry Davy, chimiste anglais (1778-1829), invente la lampe à arc en 1811.
• La lentille à échelons est inventée par le physicien français Augustin Fresnel (1788-1827) en 1822.
• Le lieutenant d'artillerie Werner von Siemens (1816-1892) de l'armée prussienne, invente, en 1848, le déclenchement électrique de mines. Un an après que son câble électrique souterrain soit jugé fiable. En 1866, Siemens invente la dynamo... Cette dernière couplée à un moteur à vapeur jusqu'en 1897 puis moteur à pétrole au-delà, produit de l'électricité.
• Le Colonel Alphonse-François-Eugène Mangin (1825-1885), officier du Génie français, ajoute aux projecteurs un miroir double convexe concave qui permet le réglage de la largeur du faisceau et réduit considérablement les aberrations dans un foyer réglable à vis, possiblement en 1874.
• Adrien Bochet (1863-1922), officier de réserve français, ingénieur en chef chez Sautter, adapte la lampe à arc pour projecteur et invente un système de pointage du faisceau en 1894..

Les premières destinations des projecteurs dans le cadre de la marine sont les éclairages des navires de guerre pour chasser l'ennemi nocturne alentours. Projecteurs de recherche de 45 cm et 60 cm majoritairement + petits modèles pour transmissions en Morse. Pour la défense de côte, le diamètre préférentiel est celui de 90 cm pour les projecteurs fixes et 60 cm pour ceux de recherche. Viendra le temps des 120 cm et 150 cm fréquents en 14-18.

En 1891, une première version harmonisée d'un dispositif d'éclairage du Goulet est actif. Cependant, les marins vétérans torpilleurs de la défense fixe sont submergés par les travaux d'entretien du matériel qui doivent être effectués de poste en poste. Il y a un manque de compétence technique.

En 1897/1898, le Goulet de Brest est éclairé par huit postes fixes de projecteurs Sautter-Harlé à optique Mangin de 90 cm de 8000w ayant une portée de 3 kilomètres par temps clair. Chaque projecteur est posé sur un chariot à quatre roues pour voie ferrée de 60 cm de large. Hors de sa période d'usage, le projecteur est dans un abri soit contigu à la casemate de vue, soit à l'écart dans son abri de jour sous roc parfois.

De nombreuses manœuvres maritimes permettent régulièrement aux personnels dédiés de s’entraîner à détecter la présence de navire de surface dans le Goulet de Brest. Les premiers personnels employés sont d'anciens marins de torpilleurs versés dans la défense fixe du port de Brest. Ces réservistes connaissent les projecteurs embarqués sur navires et s'adaptent bien au travail de surveillance sur ordre à terre. Les exercices se nomment « forcement des passes du Goulet par l'escadre du Nord et les torpilleurs de la défense mobile ». L'escadre du Nord défend l'Atlantique Nord et les zones assimilées. La défense mobile est constituée des navires de guerre de côte. Plusieurs niveaux d'exercices sont au programme dont le plus simple est le départ du port de Brest d'un torpilleur (33 mètres fréquemment, fin et bas comme un sous-marin) jusqu'à la Pointe Saint Mathieu et retour immédiat à Brest avec les projecteurs qui doivent en déceler les mouvements. Les réservistes sont disséminés dans les postes du Goulet quelques heures avant l'exercice avec des couchages et quelques provisions de bouche et de gosier ainsi que des lampes de rechange. A heure dite, sur ordre du capitaine de frégate commandant la défense fixe de Brest en observation au fort du Mengant, les projecteurs sont allumés dans leurs casemates sans que les volets de celles-ci soient ouverts afin que le Goulet baigne dans une nuit complète. Le commandant est en communication téléphonique avec tous les postes fixes. Dès qu'il y a suspicion d'une présence navigante, le projecteur fixe concerné ouvre son volet et son homologue sur la côte opposée du Goulet en fait de même. Les faisceaux des deux projecteurs font un rayon lumineux complet au-dessus du niveau de la mer, que le navire en déplacement doit franchir. Les petits projecteurs de recherche s'adjoignent en fouillant les parages. Chaque poste est commandé par un maître (grade maritime) vétéran qui en cas d'aperçu communique l'information à son commandement. Ce dernier prévient la paire de projecteurs suivante et ainsi de suite...

Sur la côte Nord, une compagnie du 6ème régiment d'infanterie de marine contribue à la surveillance entre les postes de la passe Nord. Les directeurs du Génie et de l'artillerie de côte supervise l'action au fort du Portzic. Une fois le torpilleur ayant atteint la rade de Brest à son retour, il allume ses feux. A la pointe de l'Armorique, une fusée bicolore blanche et rouge lancée annonce la fin de l'exercice.

Les postes de projecteur sont couplés aux postes de déclenchement de torpilles de fond tenus aussi par des marins de la réserve. Quand un navire ennemi passe une zone torpillée, un marin déclenche la torpille de fond la plus proche du navire pour qu'il explose. L'expérience ne satisfera pas par son imprécision et son manque d'efficacité.

Les années passant, le Goulet de Brest accueillera des améliorations plus ou moins judicieuses et verra la disparition progressive des marins réservistes de la défense fixe au profit de marins de la défense mobile qui les remplaceront. Une absence d'assentiment de la part des anciens hauts-gradés de la marine argumentant sur la perte de savoir-faire se confrontera à l'opinion d'une nouvelle génération d'officiers en prise directe avec les problèmes budgétaires récurrents. L'écrémage commence vers 1905 et est presque définitif en 1910. De plus, les projecteurs fixes sont dédiés à l'artillerie directement. Chaque batterie majeure dispose de son éclairage. Seuls les projecteurs chercheurs ont des personnels variés, quelques vétérans encore et de la marine mobile davantage.

En 1904, voire 1906, une mise à jour du dispositif des projecteurs fixes est effectuée. La protection par bétonnage devient une norme plus ou moins appliquée selon la disposition sur place.

Un incident de 1908, montre les failles des postes de la côte Nord. Des graviers et des graisses inhabituelles sont trouvés dans la dynamo de Toulbroc'h. On pense à un sabotage, une enquête militaire est ouverte. Pendant les réparations, ce sont les quatre postes Toulbroc'h, Mengant, Dellec, Portzic qui sont privés d'électricité car seul le fort de Toulbroc'h dispose d'une usine électrique et distribue par câbles la ligne des postes. Côté presqu'île de Crozon, les postes des CapucinsCornouailleRobert et de la Pointe des Espagnols sont autonomes. Chaque poste est juste au-dessus du niveau de la mer en ce qui concerne les postes fixes pour créer des rideaux de lumière réguliers et connaître la vitesse de progression des navires hostiles. Les postes de projecteurs chercheurs sont variables et souvent déplaçables.

Durant la première mondiale, pratiquement tout le matériel est versé dans l'armée de terre sur le front de l'Est de la France.

Dans les faits, ce système d'aide à la défense côtière sera très insuffisant à cause des brumes et des brouillards, des niveaux de la marée (marnage + de 7mètres aux grandes marées), des tempêtes. Fort heureusement ce déploiement se fait en temps de paix. La menace viendra lors de la première guerre mondiale par les sous-marins allemands combattus par la CAM 59. L'avènement de l'aviation rebat les cartes... Après guerre, il faut penser projecteurs de DCA... que la marine va éparpiller en presqu'île de Crozon sur des positions en plein champ bien souvent !



La défense côtière avant 1939

Goulet de Brest

Postes de projecteur du Goulet Roscanvel

Cam 59 Camaret

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Les postes de télémétrie Audouard 1880 Rosvanvel : Kerviniou - Capucins Sud réemployé - Capucins Sud - Capucins - Capucins Nord - Stiff - Espagnols Sud - Espagnols

Poste d'observation 1920 de Cornouaille Roscanvel

Bataille de Trez Rouz Camaret

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille Roscanvel - Batterie de Beaufort Roscanvel - Vieille Batterie Roscanvel - Haute de Cornouaille Roscanvel - Poul Dû Crozon - Mort Anglaise Camaret - Capucins Roscanvel - Kerbonn Camaret + projecteur Camaret - Kerviniou Roscanvel - Pen-Hir Camaret - Tremet Roscanvel - Ty-Du Morgat - Portzic Crozon - Stiff Roscanvel - Pourjoint Roscanvel - Haute Pointe des Espagnols Roscanvel - Petit Gouin Camaret - Sud des Capucins Roscanvel - Batteries hautes des Capucins Roscanvel - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador Morgat - Rouvalour Crozon - Batteries Est de Roscanvel Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff Roscanvel - Batterie de l'île de l'Aber Crozon - Batterie extérieure de la Tour Vauban Camaret - Batterie de Dinan Crozon

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins Roscanvel

Casernement bas de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement haut de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Abri groupe électrogène Roscanvel

Fortifications de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement de Kerlaër Roscanvel

Casernement de Lagatjar Camaret

Baraquement Adrian

Carrière

Ile Trébéron et île aux Morts

Île Longue avant 1939

Camp d'internés de l'Île Longue

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 / Fort : Aber Crozon - Camaret Camaret - Kador Morgat - Postolonnec Crozon - Roscanvel Roscanvel - Rulianec Morgat

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Loi du 3 juillet 1877 - réquisitions de l'armée

Réduit de Kerbonn Camaret

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service Roscanvel

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern Roscanvel

Lignes de Quélern Roscanvel

Caserne Sourdis & cale Roscanvel

Les forts : Fraternité Roscanvel - Landaoudec Crozon - Lanvéoc Lanvéoc - Toulinguet Camaret - Crozon Crozon

Caponnière

Fort Robert Roscanvel

Ilot du Diable Roscanvel

Lignes de Quélern Ouest Roscanvel

Mât à pavillon

Tirs à la mer pavillon rouge

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue Roscanvel

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles Roscanvel

Poudrière de Quelern Roscanvel

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P. Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan Crozon

Château-fort de Castel bihan Poulmic Lanvéoc

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton Camaret

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz Camaret

La BAN de Lanvéoc-Poulmic Lanvéoc

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic Crozon

Batterie de 100mm Pointe des Espagnols Roscanvel

Projecteur et écoute de Pen ar Vir Lanvéoc

Projecteur et écoute du Grand Gouin Camaret

Abri de projecteur de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Station d'écoute aérienne de Messibioc Lanvéoc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

MILITARIA : de 1939 à nos jours

Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées – La bouteille de sirop Amour BaillyMouillage des sardiniersElectro-sémaphoriste du 19ème siècle – L'insupportable CharançonLitage sédimentaireTerres vaines et vagues Chapelle St Nicolas bâtiment militaire – Cale de St Nicolas, symbole de misère – Le détecteur de métaux : usages et interdictions – Un agave envahissant ou pas ? – Intégration des résidences : urbanisme – La visite de la presqu'île de Crozon par Camille Vallaud

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024