Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec

La Presqu'île de Crozon fut la témoin des agitations administratives militaires et des gabegies qui en découlèrent. Parmi les folles gestions de l'Etat, l'histoire de la flotte Tardieu fut une complète réussite et laissent quelques souvenirs en bois à Rostellec.

A l'entrée de la première guerre mondiale, les états majors français sont convaincus que le conflit sera court et victorieux. Personne ne pense à organiser le ravitaillement et à prévoir les importations des matières premières nécessaires à l'entretien de ce conflit international. Les mois passent et la réquisition des navires civils suffit pour le transport des troupes et des denrées. Les armateurs font leur beurre.

La courte guerre victorieuse devient longue et s'enlise sur terre et en mer les sous-marins allemands coulent tout ce qui navigue avec une grande facilité et en toute impunité car à l'époque il n'existe pas d'armement anti sous-marin. Seuls les hydravions tels que ceux de la Cam 59 de Camaret peuvent intervenir dans un rayon d'action proche de leurs bases. L'approvisionnement en matériels et en hommes sur le front élargi devient critique en 1917 alors l'Etat français envisage de se faire fabriquer une flotte nationalisée bon marché, c'est à dire en bois au lieu de l'acier courant. L'émissaire français, nommé Tardieu, part aux Etats-Unis et signe un contrat de construction navale d'un niveau jamais atteint. Une flotte de navire de transport en pin de l'Orégon doit sortir des chantiers américains dans les délais les plus brefs dont 8 schooners patrouilleurs 4 mâts à moteur auxiliaire destinés à la surveillance de la pêche à la morue à Terre-Neuve. Tellement mal construits, chacun aura une fin calamiteuse après deux ans de service pour certains. Les chantiers navals français reçoivent aussi des commandes de cargos de type « Marie-Louise » et de paquebots.

L'affolement administratif est à son comble, on craint une guerre éternelle et un manque de navires qui entraîneraient la perte de la France. Tardieu court au Brésil racheter 26 bateaux à vapeur récents issus pour la plupart des arsenaux allemands. L'Etat major français n'est toujours pas serein en 1918. Les réquisitions de bateaux civils sont maximales. Les prix généreux de location alourdissent la facture d'autant que la France s'est engagée à remplacer tout navire abîmé ou détruit dans les 6 mois après la signature de la paix. Les armateurs suivent avec enthousiasme l'effort de guerre, il en va de la nation !

La guerre s'achève le 11 novembre 1918, les bateaux américains sont livrés « indéfiniment ». En 1920 encore et encore. La flotte Tardieu grossit les mouillages dans les ports français. La précipitation américaine, pour assumer l'ampleur du contrat gigantesque, a contraint les chantiers à utiliser des bois encore verts qui se rétractent après la construction des navires alourdis par d'imposantes machineries. Ça coule de partout en silence et le budget militaire de l'Etat a du mal à tenir sa ligne de flottaison.

On refourgue les quelques bateaux acceptables dans des reventes qui ressemblent à des braderies. 80% de rabais sur de l'équipement neuf. Quelques armateurs fins limiers achètent à bon compte. On fait la promotion des reconversions possibles vers des navires de plaisance ou de tourisme. Quelques millions rentrent dans les caisses de l'Etat mais rien qui ne fasse de l'ombre aux centaines de millions dépensés. Quelques reclassements sont réalisés dans les colonies mais les traces administratives laissées derrière chaque affectation donnent un goût politique navrant, alors on abandonne le tout. Il faut noyer le ridicule... Seulement noyer des barges et des chalands en ciment armé n'est pas si commode car au delà de la flotte en bois, il y a des embarquations secondaires d'accompagnement pour le déchargement...

La liquidation de la flotte d'Etat est décidée à la Chambre en 1921. Des chiffres officiels sortent, des réalités les contredisent. L'Etat reconnaît une perte d'1 milliard 178 millions... C'est bien plus évidemment... Il y a 400 navires livrés plus les rachetés à prix d'or dans l'urgence... La première liquidation est un échec. En 1922, on s'y reprend par la «  force », le parlement décrète :
« Les Armateurs Français doivent, dans un délai de 3 mois, à dater de la signature de la convention (soit avant le 26 septembre) constituer une société anonyme, au capital de 1 million, qui incombera le soin soit de vendre les navires soit d'en opérer le démantèlement ou la démolition pour vente du matériel ainsi récupéré. Ces opérations devront être accomplies en moins de 6 années. La Société garantit à l'Etat un minimum de 6 millions, somme dont les Armateurs Français se portent caution. Elle doit prendre en charge tous navires dans un délai maximum de 30 jours, à dater de la résiliation des contrats de gardiennage. »

L'Etat vend les serviettes de toilette de la flotte 5 frs pièce... Les fourchettes, les tables, tout a un prix... Le temps passe et les bonnes résolutions s'évaporent au gré des politiques nouvelles. On veut oublier que des fortunes privées ont spéculé sur les difficultés de l'Etat. Ce dernier récupère environ 16 millions de francs, une goutte d'eau particulièrement salée.

Les derniers navires américains encombrants, incapables de naviguer, sont déconstruits en catimini. Quelques uns furent accueillis seulement après la seconde guerre mondiale à Rostellec qui avait l'expérience du bois de marine depuis des siècles. C'est ainsi que des maisons ou des granges contiennent quelques poutres et planches en pin de l'Orégon uniques souvenirs de la flotte d'Etat – la flotte Tardieu surnommée dans les ports d'amarrage la flotte aux pieds nickelés.



La défense côtière avant 1939

Cam 59 Camaret

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Les postes de télémétrie Audouard 1880 Rosvanvel : Kerviniou - Capucins Sud réemployé - Capucins Sud - Capucins - Capucins Nord - Stiff - Espagnols Sud - Espagnols

Poste d'observation 1920 de Cornouaille Roscanvel

Bataille de Trez Rouz Camaret

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille Roscanvel - Batterie de Beaufort Roscanvel - Vieille Batterie Roscanvel - Haute de Cornouaille Roscanvel - Poul Dû Crozon - Mort Anglaise Camaret - Capucins Roscanvel - Kerbonn Camaret + projecteur Camaret - Kerviniou Roscanvel - Pen-Hir Camaret - Tremet Roscanvel - Ty-Du Morgat - Portzic Crozon - Stiff Roscanvel - Pourjoint Roscanvel - Haute Pointe des Espagnols Roscanvel - Petit Gouin Camaret - Sud des Capucins Roscanvel - Batteries hautes des Capucins Roscanvel - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador Morgat - Rouvalour Crozon - Batteries Est de Roscanvel Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff Roscanvel - Batterie de l'île de l'Aber Crozon - Batterie extérieure de la Tour Vauban Camaret

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins Roscanvel

Casernement bas de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement haut de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Abri groupe électrogène Roscanvel

Fortifications de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Casernement de Kerlaër Roscanvel

Casernement de Lagatjar Camaret

Baraquement Adrian

Carrière

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber Crozon - Camaret Camaret - Kador Morgat - Postolonnec Crozon - Roscanvel Roscanvel - Rulianec Morgat

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn Camaret

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service Roscanvel

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern Roscanvel

Lignes de Quélern Roscanvel

Caserne Sourdis & cale Roscanvel

Les forts : Fraternité Roscanvel - Landaoudec Crozon - Lanvéoc Lanvéoc - Toulinguet Camaret - Crozon Crozon

Caponnière

Fort Robert Roscanvel

Ilot du Diable Roscanvel

Lignes de Quélern Ouest Roscanvel

Mât à pavillon

Tirs à la mer pavillon rouge

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue Roscanvel

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles Roscanvel

Poudrière de Quelern Roscanvel

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P. Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan Crozon

Château-fort de Castel bihan Poulmic Lanvéoc

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton Camaret

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz Camaret

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic Crozon

Projecteur et écoute de Pen ar Vir Lanvéoc

Projecteur et écoute du Grand Gouin Camaret

Abri de projecteur de la Pointe des Espagnols Roscanvel

Station d'écoute aérienne de Messibioc Lanvéoc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

MILITARIA : de 1939 à nos jours

Recherches

Par curiosité, pour savoir quel est le vestige qui se trouve dans votre jardin ou la ruine en pierres ou en béton que vous avez vue en promenade, vous pouvez participer au recensement du patrimoine de la presqu'ile de Crozon afin de mettre en valeur l'histoire de notre territoire. D'avance merci de participer ICI à la localisation des trouvailles locales.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022