Réduit - Redoute - Fort de Landaoudec

Le couloir d'entrée du Réduit de Landaoudec, de l'entrée vers le fond du casernement.

Le même couloir mais photographié du casernement vers l'entrée.

Les casernements sous voûte à gauche et en fond les cuisines.

La porte cintée en fond mêmes aux magasins des cartouches et des poudres.

Le couloir de circulation à l'arrière des chambrées.

Une chambrée.

Un boyau de desserte permettant à la troupe de circuler à l'abri.

Créneau de lampe pour éclairer le magasin des poudres. Ventilation au-dessus.

Ventilation du plancher du magasin à poudres.

Porte d'entrée.

Caponnières des fossés.

Bien qu'à l'Est on craigne les Prussiens, à l'Ouest et tout particulièrement à Brest, on craint les Anglais. Cela fait des siècles que l'armée britannique rêve de faire tomber le port militaire de Brest afin d'en faire un camp retranché permettant l'invasion de la France. Les tentatives de débarquement en presqu'île de Crozon ont toutes échoué. Néanmoins, l'état major français vit dans l'angoisse du défaut de défense. Les lignes fortifiées de Quélern sont vieillissantes. Les seules plages pour un débarquement de masse sont à Morgat et le voisinage.

L'anse de Morgat compte plusieurs corps de garde modèle 1846, l'artillerie y est modeste et si le dispositif est submergé, la presqu'île devient anglaise pour longtemps. Il est donc décidé de créer une seconde ligne de défense qui s'intercale entre les lignes de Quélern et les positions côtières.

Le fort de Landaoudec est une redoute construite par une entreprise privée qui ordonne à des centaines d'ouvriers de 1885 à 1887. L'entrepreneur – Félix Mandement – est celui qui a la charge de construire le fort de Crozon et certains aménagements du fort du Kador. Le chantier s'implante en plein milieu des alignements mégalithiques de Landaoudec dont il ne reste aujourd'hui que des vestiges déplacés.

Les plans sont inspirés des travaux de fortification Séré de Rivières* et suivent les dispositions types de 1874. Un fort central pour le casernement dotés de 6 chambrées en voûtes en berceau, les soutes à munitions d'un côté et par opposition les cuisines.

Le fort compte un large fossé muré protégé par 4 canons-révolvers de 40mm modèle 1879 ou de 37mm selon les sources (ancêtres des mitrailleuses) installés dans des caponnières. Ce sont des avancées rattachées à certains angles du fort dans lesquels les soldats se protègent tout en tirant sur l'assaillant qui se serait infiltré dans les douves truffées de barbelés.

Les bâtiments sont quant à eux recouverts de 6 mètres de terre pour qu'aucun tir de canon ennemi n'atteigne la structure voûtée. Il faut compter un magasin à cartouches et un magasin à poudre dont le plancher en bois est surélevé et ventilé par des bouches d'aération. Ventilations en hauteur par puits de lumière. La chambre des poudres est entourée d'un couloir sanitaire limitant la pénétration de l'humidité qui affecterait la qualité des poudres noires stockées dans des caisses en bois de 40cmx40cmx80cm. Les gonds de la double porte sont en bronze, les soldats viennent chercher la poudre en sabots de bois non cloutés pour éviter la moindre étincelle. Des créneaux à lampe constituent l'éclairage.

L'entrée du fort se faisait par pont-levis protégé par des créneaux de tir. A l'extérieur Nord, 3 canons de 95 mm 1875 Lahitolle sur affût SP pour du tir à vue, c'est à dire directement sur un agresseur bien visible. Idem au Sud.

Le réduit de Landaoudec sera obsolète précocement puisque que les nouveaux obus torpilles ont une vélocité démultipliée et une puissance de destruction qui ne l'est pas moins. Les 6 mètres de terre protecteurs sont insuffisants désormais. Les murs en pierres seraient pulvérisés par des canons de marine distants de plusieurs kilomètres.

Durant la première guerre mondiale, le fort devient une prison pour civils jugés ennemis de la patrie. Souvent des Allemands, Autrichiens,... vivant en France.

Durant la seconde guerre mondiale, le fort devient un stock de munitions pour la batterie allemande de bunkers 669 à proximité mais aussi une prison pour tirailleurs Sénégalais. Le code radio de l'armée allemande à ce poste était "Cr 23".

A une période "récente" l'armée dépose des déchets provenant de l'île longue faute d'accord pour une redevance des ordures payée à la commune de Crozon désormais propriétaire du réduit depuis 1999.

*Raymond Adolphe Séré de Rivières (1815-1895 ) est un général ingénieur militaire à qui est revenu la mission de fortifier la France après la guerre de 1870. Le nouveau "Vauban" dispose d'un budget colossal de 450 millions or pour le bâti et de 229 millions or pour l'artillerie et ceci pour y parvenir dans les meilleurs délais.

Ventilation.

Abri de traverse, soute de munitions de la batterie externe Nord.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021