Canons de place 90mm 95mm Lahitolle 120mm L 155mm de Bange

Un des deux abris de traverse à usage de soute à munitions de la batterie externe Nord de trois canons de 95mm de place du fort de Landaoudec. Il y avait un canon à gauche de l'abri et deux à droite.

L'abri est recouvert de deux à trois mètres de terre, ce qui est devenu insuffisant pour résister à un obus explosif de gros calibre.

La voûte de la soute à munitions.

La position d'un canon de 95mm sur la gauche et face à cette position le vestige d'un parapet. Le site ne semble pas ouvragé à moins qu'il ne soit recouvert de terre.

Schéma de la batterie de place Nord de Landaoudec. 5 emplacements de canons prévus. Trois occupés par des canons de 95mm Lahitolle avec à disposition la réserve à munitions sous abri. L'affût du canon sur roues est protégé par le parapet qui correspond à la hauteur d'un homme. La même disposition (inversée) existait en tant que batterie de place Sud de l'autre côté du fort de Landaoudec. L'ensemble défensif pourrait n'avoir jamais servi.

Les canons de siège et de place de première génération en usage dans les forts de type 1874 Séré de Rivières étaient au nombre de 5 calibres. 80mm (non présent en presqu'île de Crozon), 90mm, 95mm, 120mm, 155mm. Chacun est sur un affût surélevé par rapport à l'affût de campagne. Cet affût SP (siège et place) permet de mettre la pièce derrière un talus de protection ou un parapet. Ces canons permettent le tir direct sur cible. Les artilleurs déplacent le canon avec des barres de leviers. Le pointeur donne les indications, puis on charge et tire. Les projectiles sont : l'obus ordinaire à poudre, l'obus ordinaire à mélinite, l'obus à balles, l'obus à double paroi, l'obus à mitraille, la boîte à mitraille (billes de plomb). Pour le transport, le canon est descendu sur la flèche de l'affût et deux roues sont ajoutées pour que l'affût deviennent "une voiture" soit un attelage à chevaux. 6 pour le canon de 120mm. Une cadence de tir à 1 coup par minute en étant très optimiste et à la condition que l'ennemi soit immobile représente la cadence habituelle de ces canons de défense.

Le canon de 155mm L (long) modèle 1877 système de Bange (culasse). Canon rayé en acier à chargement par la culasse. Sa principale utilité est la destruction de cible à distance, les obus de catégorie explosive occasionnent de grands dégâts. C'est le canon de place le plus gros utilisé en France à l'époque. Ses qualités reconnues de destructeur sont malheureusement atténuées par le fait que le recul, bien que limité par des sabots d'enrayage sous les roues, fait que le canon, après chaque tir, doit être repositionné par les artilleurs. La lourdeur de la pièce rend l'opération difficile et dangereuse face à un ennemi qui charge. Concepteur Charles Ragon de Bange. Constructeur Anciens Établissements Cail (Paris 18ème) 1392 exemplaires produits. Coût unitaire 17 800 franc-or. Portée 12700 m mais efficace en tir direct à 3km. Modifié en 1904, il est de service en 1914.

Le canon de 120mm L (long) modèle 1878 système de Bange est un canon similaire au 155mm mais de calibre moindre et de performance de destruction moindre mais avec un avantage non négligeable, il est plus léger quand il s'agit de le repositionner après le tir. Le gain de temps est important et d'autant plus important que l'affût de siège et place va recevoir un frein hydraulique modèle 1883. Une fois le frein disponible sous le canon, l'effet de recul est amoindri et limité à 0.90cm. Constructeur Ateliers de Tarbes (A.T.S). 2296 exemplaires produits. Coût unitaire 8250 franc-or. Portée 8975m. Il sera amélioré et utilisé lors de la première guerre mondiale d'autant que son stock de munitions dépasse le million d'obus.

Le canon de 95mm mle 1875 système Lahitolle est le premier canon français en acier. Il utilise un affût SP (siège et place) de 1880 en position de batterie de forteresse. Frein hydraulique fixé sur sa plate-forme. Dans cette situation il sert à tirer sur la troupe ennemie à bonne distance. Son manque de puissance ne lui permet pas de détruire des murs épais. Portée 8250m. Concepteur Lieutenant-colonel Henri Périer de Lahitolle en 1871. Constructeur Etablissements militaires de Bourges 1525 exemplaires produits. Coût unitaire 6 000 franc-or. Il sera relégué avant la première guerre mondiale parce que le canon Schneider de 75mm nouvellement créé lui est supérieur en tout. Cependant le stock de munitions restant étant important et les canons encore en bon état en 1914, ce sera un retour au service lors de la première guerre mondiale.

Le canon de 90mm Mle 1877 système de Bange remplace avantageusement le canon de 95mm Lahitolle et sera en service jusqu'en 1944. La version sur affût SP (siège et place) a une apparence similaire au Lahitolle mais passe à 2 coups minute... Néanmoins son recul lui faisait faire des bonds. Le repositionnement était néanmoins aisé grâce à une tige levier arrière fixée sur l'affût. Affût sauterelle ou omnibus nommé ainsi car il était commun aux canons de siège et de place de petit calibre. Concepteur Charles Ragon de Bange. Constructeur Anciens Établissements Cail (Paris 18ème). 3994 exemplaires produits. Coût unitaire 3 800 franc-or. Portée 7600m mais efficace à 3000m.

Cette génération de canon sur roues et affût SP va être remplacée par les canons de 95mm Mle 1888 sur affût crinoline c'est-à-dire fixé au sol par des boulons. Seules leurs versions de campagne seront engagées dans les conflits successifs dont les guerres coloniales bien moins connues et moins glorifiantes.

Le fort de Crozon disposait de canons de siège et place (90mm, 95mm, 120mm, 155mm) ainsi que le fort de Landaoudec (95mm) pour contribuer à la ligne intérieure d'artillerie. Ces canons sont destinés à des positions fixes par opposition aux canons de campagne qui suivent la progression de l'infanterie sur le front. Cependant, le fût du canon (le tube) est identique, seul l'affût (support) change.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021