Caponnière pour battre le fossé de forteresse par flanquement

Un angle du fort dans les douves et au fond à droite, une caponnière dont l'armement tirait sur toute la surface du fossé. Aucun ennemi infiltré ne pouvait s'en sortir.

Embrasure du canon à gauche, créneau de tir à droite. Le soldat ayant une arme légère fait feu (à droite) autant qu'il peut pendant que l'on recharge le canon.

Caponnière avec ses créneaux de tir pour défendre le fossé.

Détail d'une caponnière simple d'après une caponnière du fort de Landaoudec.
1- Couloir souterrain en voûte qui rejoint l'intérieur du fort.
2- Créneau de tir vertical pour arme légère.
3- Embrasure de "canon de 12 culasse" ou de canon-révolver de 37mm.
4- Embrasure horizontale.

En arrière plan, le couloir d'accès au fort.

Pièce de tir du canon vue par son embrasure.

Une caponnière permet de battre le fossé de forteresse par flanquement. Ce langage d'artillerie exprime le fait que de l'armement et des artilleurs sont "enfermés" dans des pièces de forteresse adossées au mur (escarpe) de celle-ci pour défendre les fossés ou les douves. L'ennemi tente de traverser les fossés et grâce à des échelles de grimper sur le mur d'enceinte du fort pour s'y introduire. Les forts Séré de Rivières de type 1874 n'ont pas de défense en hauteur comme pouvait l'avoir un château fort d'antan ou d'une tour modèle 1811 - tour Napoléon. La défense des douves est donc essentielle à la "survie" de la place forte. Une caponnière simple défend une douve. Une caponnière double défend deux douves en angle.

Les pièces de tir des caponnières sont exiguës et nécessitent de l'armement adapté à une époque où l'augmentation des calibres est substantielle et par voie de conséquence la taille des canons ne l'est pas moins. Ainsi l'armée récupère des centaines de canons de 12 de 1858 (concepteur le général Ducos de La Hitte - canon de campagne le plus puissant à sa création) en bronze qui sont rayés en 1859 pour gagner en puissance. En 1884, il est décidé de leur intégrer une culasse (à vis) pour permettre un chargement de la pièce par l'arrière ce qui est indispensable en caponnière. D'un calibre de 12.1cm et tirant des obus d'environ 12kg (ordinaire, à balles ou boîte à mitraille), le petit canon a une portée de 3600m ce qui est amplement suffisant pour tirer dans le sens d'une douve - tir de flanquement. La dénomination devient "canon de 12 culasse" et l'utilisation, compte tenu de sa faible capacité de destruction, est exclusivement réservée aux forts Séré de Rivières – fort de Crozonfort de Landaoudec. L'affût est simplifié en poutrelles métalliques de petites tailles (4', 5', 7') surtout en largeur afin de circuler dans les couloirs des caponnières avec ses deux roues.

L'autre arme en usage est le canon-révolver Hotchkiss de 37mm tr de 1873-1878 qui est une modeste mitrailleuse. Il est d'abord utilisé à bord des navires de guerre puis déclassé, il est généralisé dans les caponnières à partir de 1910 pour compléter le manque de canons-révolvers de 40mm. Pour se faire le canon est modifié pour son chargement de munitions en série et sa tôle bouclier de 9mm est redessinée. Capacité de tir de 60 projectiles par minute pour une portée de 2500m avec des obus ou boîtes à mitraille de 500g. L'artilleur debout a une épaulière, les tirs se font à la manivelle.13mm de perforation de l'acier à 1000m, 9mm à 2000m. L'affût est conique fixé au sol.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021