L'usine rouge

La maison du gérant de l'usine rouge.

Un vague souvenir d'une toiture rouge au pays des ardoises.

L'acte notarié du 5 mars 1880, rédigé à Brest, constate la création de la Société anonyme Brestoise de produits alimentaires destinée à fabriquer des conserves alimentaires et pratiquer le commerce de poissons frais. Dans les faits il s'agit d'une friterie comme on nommait alors les conserveries de sardine. Le capital de 200 000frs est partagé en 200 actions dont le gérant Eugène Fouché Royer est détenteur de 83 d'entre-elles et le reste est partagé de manière disparate entre les 6 autres actionnaires. La société achète une maison qui jouxte le terrain à bâtir de 2900 m². Le gérant y réside et bénéficie de la gratuité du chauffage. L'usine est construite en 1881 avec son toit de tuiles mécaniques rouges, une nouveauté qui offre l'occasion aux Camarétois de nommer l'entreprise qui emploie le plus grand nombre d'ouvriers, l'usine rouge. La conserverie fonctionne à plein régime grâce à une astuce. Eugène Fouché Royer a fait construire une estacade (un ponton fixe en bois de 60 mètres de long) devant l'usine permettant aux pêcheurs de livrer leurs sardines dans un moindre effort quel que soit le niveau de la marée. Un petit plus apprécié.

Juste avant la crise sardinière, en 1900, l'effectif de l'usine se monte à 110 personnes : 3 mineurs de 13 à 16 ans, 28 mineures de 13 à 18 ans, 65 femmes et 14 hommes essentiellement des soudeurs de boîtes de sardines pour 211 000 boîtes de sardines à l'année. En 1912, les employés ne sont plus que 60 pour 200 000 boîtes de sardines fabriquées.

Dissolution de la société le 21 mars 1931 après plusieurs bilans annuels négatifs dûs à la concurrence et à la démocratisation du produit qui se vend toujours moins cher. Les actifs sont vendus aux plus offrants. Les lots se partagent entre Mr et Mme Ollivier-Albert et Rosalie Le Fur ainsi que Messieurs Alexandre et Félix Morvan qui ont des activités de construction de marine (1936). L'usine n'est pas complètement démantelée et poursuit une faible activité jusqu'en 1940. L'usine fut la plus grande productrice locale mais loin d'être la plus rentable comme put l'être l'usine Béziers.

L'armée d'occupation allemande prend possession des locaux et fait fonctionner de manière aléatoire la sardinerie quand le manque de nourriture se fait sentir. La pêche est officiellement interdite pour ne pas que les pêcheurs transportent des armes et des soldats alliés. Cependant, localement, les autorités signent des autorisations de sortie limitées dans le temps. Une partie des bâtiments est utilisée par un fourrier et de l'intendance. Le 19 avril 1944, des draps, des couvertures et un groupe électrogène sont volés. Les Allemands menacent d'exécuter 50 otages si les coupables ne sont pas dénoncés. Menace non suivie des faits - ne serait-ce pas des soldats Allemands, voire des mercenaires Ukrainiens ou des Russes blancs qui auraient encore agi pour déserter ou simplement faire du marché noir pour acheter de la nourriture. Un "revendeur français" sera arrêté sur dénonciation d'une femme quelques jours plus tard.

Après guerre, les ateliers de sardine sont définitivement fermés.

L'usine rouge est démolie et remplacée par un immeuble moderne (1992), seule la maison du gérant est encore bien en place et semble témoigner de la grande agitation du quartier du Styvel.

Pointe de Pen-Hir

Corps de garde du Gouin

Arche de Camaret

Chanoine Bossennec

Cimetière de bateau

Feux d'entrée du port

Fresque murale Sevellec Henriot

Grue à mâter d'armement

Phare du Toulinguet

Port de plaisance

Brise-lames du port Vauban

Quai Gustave Toudouze

Quai Kléber

Etang de Prat ar Pont & submersions

Quai Téphany

Quartier du Stivel

Sauvetage en mer

Slipway

Tour Vauban

Villas maisons hôtels

Chez Mémé Germaine

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Fontaines



A la une :

L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021