Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Bateaux communistes dans le port de Morgat

Lors de l'occupation allemande durant la seconde guerre mondiale, les Français sont sous surveillance. Du 18 juin 1940 au 19 septembre 1944, période durant laquelle la presqu'île de Crozon doit conjuguer l'autorité allemande avec l'autorité du gouvernement de Vichy, les propriétaires de bateaux outre l'interdiction de naviguer sans autorisation, outre le fait que ces hommes sont susceptibles d'être réquisitionnés par l'organisation TODT pour participer sous la contrainte aux travaux de défense de la côte, outre le fait que si leur bateau a une quelconque utilité militaire ce dernier est susceptible d'être réquisitionné, transformé voire armé, les noms des embarcations font l'objet de rapports aggravés de la part de la douane allemande qui a pour mission, en s'appuyant sur l'administration locale de l'Inscription Maritime, de gérer le trafic et d'enquêter sur les marins pour connaître leurs opinions politiques et leur degré d'acceptation des valeurs du 3ème Reich. Tous les détails comptent alors quand des douaniers allemands en uniforme se promènent sur les quais de Morgat et qu'ils découvrent trois bateaux de plaisance portant respectivement les noms de « Karl-Marx  », « Prolétaire » et « Rosa-Luxembourg » tranquillement échoués sur le sable du port, le sang leur monte à la tête et dans la journée est rédigé un procès verbal bien senti avec suspicion d'anti-germanisme notoire. Ce fameux rapport du 20 octobre 1941 circule dans les alcôves de différentes administrations franco-allemandes jusqu'à venir titiller certains bureaux de Paris.

Le communisme à la française, éloigné des outrances de l'Union Soviétique, mais néanmoins peu critique à l'égard des violences commises en URSS, est un courant politique qui s'immisce dans la société française. L'espoir d'une égalité sociale pour tous fait rêver des électeurs de gauche. Le communisme est la bête noire du nazisme et constitue un prétexte de guerre de sorte que tout signe de communisme réel ou supposé est un motif de sanction disciplinaire qui peut aller jusqu'à l'emprisonnement ou la déportation.

Officiellement, le parti communiste français est dissous le 26 septembre 1939* (décret portant dissolution des organisations communistes) par le gouvernement français, et nul ne saurait s'en réclamer de manière directe ou indirecte sans pénalisation. C'est le ministère de la Marine (militaire et marchande – Darlan) Vichyste (il existe parallèlement un secrétariat d'état de la marine marchande de la France Libre) qui requiert l'attention du préfet du Finistère pour instruire les modifications administratives pour que soient débaptisés les bateaux concernés ceci par le biais de l'Inscription Maritime, seule habilitée à l'exiger – officiellement.

Extrait de l'article 4 –... les Infractions au présent décret sont punies d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d'une amende de 100 à 5.000 fr. Les peines prévues à l’ arti cle 42 du code pénal pourront être prononcées par le tribunal.

Le décret est abrogé :
Le Comité français de la Libération nationale,
Vu l'ordonnance, en date du 3 juin 1943, portant institution du Comité français de la Libération nationale,
Vu le décret, en date du 7 juin 1943, portant création des Commissariats du Comité français de la Libération nationale,
Ordonne :
Article Premier. - Le décret-loi du 26 septembre 1939 et l'acte de l'autorité de fait se disant « Gouvernement de l'Etat français » en date du 14 août 1941 sont abrogés.
Art. 2. - Sont amnistiés :
1° - toutes les infractions prévues par le décret-loi du 26 septembre 1939;
2° - tous les délits de reconstitution des partis, associations, organisations ou groupements qui s'y rattachent dont la dissolution a été prononcée par l'article 2 du décret-loi du 26 septembre 1939;
3° - toutes les infractions pénales déférées en exécution de l'article 1er de l'acte de l'autorité de fait se disant « Gouvernement de l'Etat français » en date du 14 août 1941 aux sections spéciales instituées auprès des tribunaux militaires ou maritimes ou des cours d'appel.
Art. 3. - La présente ordonnance sera exécutée comme loi.
Alger, le 1er juillet 1943.
GIRAUD - DE GAULLE.

Par le Comité français de la Libération nationale :
Le commissaire à l'intérieur,
A. PHILIP.
(Journal officiel de la République française (Alger) du 1er juillet 1943)


Les partisans communistes furent des résistants des plus déterminés contre l'occupant allemand.
D'autres ports de pêche avaient des "embarcations communistes". A mêmes maux, mêmes remèdes. Des dixaines de bateaux furent débaptisés à la hâte et par crainte d'une bêvue, les propriétaires choisirent souvent des prénoms.



Destins de guerre

Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?

19e RI & 118e RI

2e RAC & 3e RAP

13ème RIC

87e RIT

Manœuvres à Telgruc

Sous -marin Germinal

Sous marins Naïade Q015 et Q124

Dixmude

Tahure

Monument aux morts de Crozon

Monument aux morts de Landévennec

La Fronde

Débarquement d'Athènes

3 frères morts pendant la grande guerre

La guerre 14-18 en presqu'île

Remorqueur Atlas

Croiseur Ernest Renan

Cuirassé Danton

Cuirassé Suffren

Croiseur cuirassé Kléber et sous-marin allemand UC-61

Le Bouclier

El Ksiba Maroc

Le Pluton

Le Sfax

Cuirassé Bretagne

Cargo le Granville

Camp de Watenstedt

Déporté politique et déporté résistant

Résistant 18 ans fusillé

25/26 août 1944 bombardement de Roscanvel

3 septembre 1944 bombardement de Telgruc

Rafle de Crozon

Mémorial de l'aéronautique

Le 248 RI 208ème compagnie et 5ème Bataillon en 1940

La bataille de l'Ailette le 5 et 6 juin 1940

Résistance à Camaret

Réseau Vengeance

Bataillon de FTP - Franc-tireur-partisan

Répartition des œufs

Commandant L'Herminier

La bataille navale de Casablanca

L'Emigrant sous protection allemande

Tante Yvonne

Marcel Clédic

Maquis de Spezet

Jean Ménez

Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre

Georges Robin de l'I A de Camaret

Yves Lagatu

La Soizic

Bateaux de Camaret arraisonnés ou mitraillés par la Royal Navy et la RAF

La Suzanne-Renée - Réseaux d'évasions des pilotes Américains et Anglais de la WW2

La Croix de Pen-Hir

Rose Bruteller

Opération Rhubarb

Les bancs de brouillard

Morts pour la France

Soldats inconnus

Les tombes du Commonwealth de : Camaret - Crozon - Lanvéoc - Roscanvel

Les forces américaines de la libération de Brest et Crozon

3rd Division Air Force

Task force (A et B)

Les forces allemandes lors de la libération de Brest et Crozon

Les légions étrangères allemandes présentes en Crozon

Feldkommandantur 752

2. Tactical Air Force RAF

Gardien de batterie

Pilote aviateur Gaston Beven

Officier mécanicien Capitaine Jean Tassa

Guy Eder de la Fontenelle

Crime de guerre

Camp de prisonniers de Rostellec

Bateaux communistes

°°°

MILITARIA : de Vauban 14-18, 39-45, à nos jours

La guerre 14-18 vue de la presqu'île de Crozon – Algue encroûtante rose – Infanticide à Crozon – Marquage de la palette récupérable – Des nouvelles du Guillemot de TroïlCollaboration économique durant la WW2 – Georges Robin "Trompe la mort" – Inscription maritime d'antan de Camaret – Bateaux communistes à Morgat – Couvert à gibier – Evolution du châssis de toitPot de chambre souvenir, souvenir – Bureau départemental de répartition des œufs – Ambiguïté de la guerre : la bataille navale de CasablancaPlatier définition – "Petites villes de demain" miroir aux alouettes – Temps de Vanneau ! – La Marianne CrozonnaiseRue de la Fontaine, une histoire d'eau – Hommage à la Jeanne D'ArcHélice symbolique en Lanvéoc – Frontstalag 284 Rostellec – Bal de la Maison-Blanche.

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022