Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Chapelle Saint Gildas en Crozon

Chemin Sud élargi qui mène à la parcelle de la chapelle.

Muret en bordure de la parcelle de la chapelle.

Emplacement possible de la chapelle St Gildas. Cette chapelle est stipulée dans le catulaire – recueil d'actes – du 11ème siècle de l'abbaye de Landévennec.

Une des bornes de limite d'un ancien terrain militaire de la Marine : l'Île Longue. Plusieurs bornes longent les parcelles de la chapelle disparue.

Ce lavoir est une mare sur le cadastre de 1831, les parcelles voisines se nommaient parcelles Saint Gildas.

Un ruisseau est canalisé en ligne droite par des pierres sèches. "L'installation" en pleine campagne surprend. Cette méthode est souvent utilisée par le passé quand un ruisseau est proche d'une construction et que le propriétaire ne veut pas que le cours d'eau vienne jusqu'aux fondations.

Chemin Nord menant à la chapelle.

La chapelle St Gildas (Est de St Driec en Crozon) apparaît sur la carte de Cassini (18ème siècle) et disparaît du cadastre napoléonien (1831) en laissant quelques traces écrites de sa réelle existence. Sa date de construction semble inconnue mais elle correspond à la nécessité d'un lieu de culte à proximité du sillon de l'Île Longue pour accueillir les paroissiens alentours. Autant ceux de l'île que ceux de St Driec, Rostellec, Taladerc'h,... Les habitants de l'Île Longue ont une contingence incontournable : l'heure des marées. Seule une marée basse permet aux habitants de revenir à terre par un sillon de galets malcommode. Au delà de l'aspect pratique, la construction d'une chapelle est toujours une volonté seigneuriale alors il faut chercher la famille possédante des lieux : celle des de Rostellec ou une famille liée à elle par le mariage.

La chapelle existe en 1715 et est considérée comme chapelle tréviale bénéficiant de quelques jours de messe à l'année mais ne disposant pas de curé permanent. Pour les offices tels que les mariages, l'ouverture de la chapelle se fait sur autorisation de l'évêque de Quimper. Sa décision est guidée par l'honorabilité des demandeurs : cela s'adresse à la catégorie sociale nommée aujourd'hui "français moyens fréquentables – paroissiens sans histoire". La noblesse se marie exclusivement au bourg de Crozon qu'elle soit fréquentable ou non : elle finance les édifices religieux.

Une cloche est commandée en 1793 par le conseil municipal de Crozon le 10 février 1793 au fabricien (gestionnaire des biens de l'église) Stephan qui fait installer la commande le 19. Cette ardente cloche a dû souffrir d'une descente et d'une refonte à canon à l'instauration des nouveaux cultes de la Raison et de l'Être Suprême entre octobre 1793 et juin 1794 (Brumaire et Germinal an II). Le moindre signe de religiosité est alors interdit.

Devenue bien national depuis la révolution, dépourvue de mobilier de valeur, la chapelle Saint Gildas est taxée par les décimes à hauteur de :
1 livre et 8 sols en 1789. Le prélèvement est à la hauteur des autres chapelles ouvertes de la presqu'île de Crozon. Seules les églises sont nettement plus imposées.
1 livre et 13 sols en 1793.
6 livres 4 sols et 11 deniers en 1794.

Le curé de Crozon, Antoine Mauduit du Plessix, maladif et déprimé, quarantenaire maussade, se plaint à l'évêque de Quimper, Mgr Dombideau de Crouseilhes, de l'état de l'immense paroisse désolée de Crozon dont un bon nombre de chapelles est en ruines sans espoir de relèvement. Il propose par courrier, en 1809, de se servir des pierres de St Gildas pour restaurer la chapelle de St Laurent de Tal ar Groas que les habitants envisagent de reconstruire par eux-mêmes.

Des parcelles de terre jouxtant la chapelle sont vendues dans le domaine privé en 1812 pour 200 frs à un couple de cultivateurs de Rostellec. Des parcelles nommées "Parc an Ilis" (Champ de l'église) et "Parc Saint Gildas" avant la numérotation du cadastre napoléonien, composent le lot de landes et de terres agricoles. Les ruines de la chapelle ne font pas partie de la vente et reste propriété de l'Etat. Nul ne dispose des pierres subsistantes sans acte de vente.

La représentation cadastrale de 1831 ne mentionne pas la chapelle St Gildas, elle n'existe officiellement plus.

Bien que le cadastre ait évolué, la parcelle 671 (1831) en bord de chemin à sa pointe Ouest, pourrait avoir reçu l'élévation de l'édifice – ex "Parc an Ilis". Cette parcelle transposée au cadastre d'aujourd'hui (2023) correspond à la parcelle 0147 section AZ. Le tracé du chemin d'origine existe quant à lui, ayant la même disposition qu'au 19ème siècle. Sa partie Sud est élargie pour les besoins agricoles mais sa partie Nord est conforme à ce que fut le chemin de la chapelle : étroit, boueux...

48° 17' 17.9" N
4° 31' 10.3" O

Crozon à découvrir

Patrimoine religieux

Eglise Saint Pierre et retable

Pierres tombales d'église

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Chapelle St Gildas

Calvaires de Crozon

Presbytère

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Demeures, vieilles pierres...

Menhirs & dolmens

Four à Chaux de Rozan

Fontaines

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Goandour

Manoir de Lescoat

Manoir de Treyer

Manoir de Kerivoas

Manoir de Quélern

Tal-ar-Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Moulins à vent

Maison paroissiale

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Maison de l'architecte Netter

Pont de Kervéneuré

Pont de la Poule

lieux

Cap de la Chèvre

Le port du Fret

L'étang de l'Aber

Rostellec

St Fiacre

Pointe du Guern / Tréboul

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Menez Gorre

Les carrières de Poulpatré

Colonie de vacances

Ramassage industriel des galets

Plage de Lostmarc'h

Pointe et éperon barré de Lostmarc'h

Ile Vierge

Ile Perdue

Tourbière de Tromel

Cale de St Nicolas

Personnalités

Anne Le Bastard de Mesmeur

Sculpteur Jacques Boënnec

Labouret maître verrier

Auguste Dizerbo

Divers

Jumelage Sligo-Crozon

Centre culturel

Centre Hospitalier

Le centre des impôts de Crozon

Crédit Agricole

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Super-Marché Concorde

Résidence de la Marine

La Marianne Crozonnaise

"Petite ville de demain"

Chapelle de ND de Porz Salud

Chapelle de St Sébastien

Chapelle St Michel

Chapelle St Nicolas

Saint Norgard

Cimetière de Crozon

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Les oiseaux font les poubelles : plasticose – Malédiction ou bienveillance de la chouette ? – Ports de pêche de la presqu'île de Crozon – Drapeau en berne – Le coq de clocher de Léon IV – 2 Toussaint Le Garrec méritants – Un commerce comme avant ! Chantier naval Péron en déconstruction – Ecole maternelle Louise Michel, un indice inquiétant – Des hélicoptères intérimaires ? – L'histoire d'une réserve foncière – Une friche industrielle en presqu'île ! – L'adressage va-t-il faire disparaître les hameaux ? – Des panneaux électoraux inutilisés – La flamme olympique passe dans le Goulet – Maisons préfabriquées, une époque en passe d'oubli – Les bouquets de la mortCommunauté de femmes religieuses ou sorcières ? – L'influence de Charles de Gaulle en presqu'île – Derniers actes de résistance avant la Libération – Jacques Mansion premier résistant en presqu'île de Crozon – Fenêtre à traverse - Nid d'hirondelles artificiel – Le calice des maisons – Linteau d'artisan : GOVRMELEN 1584 – Les écluses routières sont à la mode – Le mystère des lettres inversées

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024