Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

Pierres tombales de sépultures de l'église Saint Pierre de Crozon

Pierre tombale dite de Trébéron. Blasonnée en aigle.

D'or à un aigle de sable déployé et à simple tête.

L'aigle serait une clé de voûte achetée par J. Daniel, membre de la société archéologique du Finistère et dont il publie un croquis tout en affirmant que la pierre provient de l'ancien Manoir de Poulmic en Lanvéoc détruit bien avant la naissance de l'auteur. Les armes des de Poulmic étaient un échiqueté d'argent de gueules – un damier gris et rouge, sans aigle aucun. Un exemplaire de ces armoiries échiquetées est présent sous la forme d'un bénitier en l'église de Crozon.

Cet aigle est en mur sur une façade d'un immeuble de la rue Poulpatré de Crozon, ancienne seigneurie de Poulpatré  de la famille de Kerlenguy – Kerleuguy... dont les armoiries étaient un aigle de la sorte. Néanmoins, le mariage de Jean de Kerlenguy avec Jeanne de Poulmic au 16ème siècle, peut éventuellement expliquer que le blason « D'argent à l'aigle de sable » ait été présent dans le manoir de Poulmic.

La blason allie deux familles. Lambel d'Azur en chef – Trait horizontal avec trois pendants de couleur bleue sur émail ou tissu – de la famille du Chastel et trois écus indéterminés des Guipronvel. Une branche héraldique dite des du Chastel-Guipronvel du fait de l'alliance par mariage d'un fils du Chastel avec une fille de Guipronvel au 15ème siècle.

Pierre tombale dite du Marhallac'h. De croix fleuronnée et dalle blasonnée en trois blasons de pots.

Pour construire une église il fallait de l'argent et ce n'était donc pas auprès du paroissien ordinaire que les fonds pouvaient être levés. Seuls les nobles connaissaient la couleur de l'argent de sorte que dès le Haut Moyen-Age, pour le futur repos de l'âme, pour bénéficier des attentions politiques du clergé, ceux-ci acceptèrent de financer les constructions d'église de leur paroisse avec cependant l'apparition de leur blason afin que l'on sut bien d'où venait la providence. Mais cela ne suffisant pas, ils exigèrent que leur caveau familial fut proche de l'autel, proche du chœur, proche de Dieu dans le cancel ou dans une chapelle tenue par un chapelain – homme d'église lié financièrement à une famille – un espace ajouté à la nef souvent sous le patronage d'un-e saint-e où se disaient des messes en l'honneur des défunts titrés. Le lieu de sépulture et ses abords étaient à la charge des familles ayant une sépulture.

Une pierre tombale ornée des armes de la lignée était placée au mieux et dans l'ordre de la hiérarchie féodale ou religieuse. Si la famille s'éteignait, on récupérait les ossements et on les déposait dans l'ossuaire à l'extérieur de l'église afin de libérer de la place pour une nouvelle famille donatrice. La grande noblesse avait un caveau surélevé du sol. La petite avait la dalle affleurante au sol. Cette pratique correspondait à un droit octroyé par l'évêque contre une rente financière ou en grains (céréales) versée à la fabrique (gestionnaire de la paroisse) – le droit d'enfeu et de sépulture. L'enfeu est une niche dans un mur de l'église qui reçoit une sépulture avec un gisant bien souvent : représentation allongée sculptée du défunt.

Bien pourvue de caveaux blasonnés, une église parvenait à réunir des fonds récurrents significatifs qui s'ajoutaient à ceux du recteur et des paroissiens pour l'entretien général. Il y eut des excès, des sépultures installées sans que l'évêque n'en fut averti.

Afin de limiter les mauvaises odeurs qui émanaient des joints entre les dalles funéraires, on traitait les sols au soufre, à la chaux et pour désodoriser, on brûlait de la résine de pin. Toute personne ayant fait acte de contribution significative pouvait se prévaloir d'une place sous le dallage de l'église sans marque aucune toutefois par opposition à la noblesse qui blasonnait sa sépulture.

Des cas de dysenterie répétés inquiétèrent le Parlement de Bretagne qui promulgua un arrêt d'interdiction d'inhumation dans les églises au 16 août 1719, réitéré le 2 octobre 1741. Ces arrêts ralentiront les pratiques, sachant que les curés s'exposaient à des contaminations, mais les passe-droits octroieront une dernière génération de pierres tombales dans les églises pour des dépouilles titrées ou de bonnes familles généreuses jusqu'à la Révolution française de 1789.

L'église de Crozon conserve deux pierres tombales significatives illustrant la pratique de l'inhumation dans les églises du comté de Crozon.

• Dalle funéraire dite de Trébéron datée du 15ème siècle selon la nomenclature diocésaine. La pierre tombale est un vestige, déterré, redécouvert lors des fouilles de 1899 préparatoires au chantier de la rénovation de l'église du bourg de Crozon en 1900/1901. Cette dalle de noblesse est attribuée à la famille Provost de la seigneurie de Trébéron et des Chastel de Guipronvel (les Guipronvel ont fait aveu aux Chastel prouvant leur vassalité) pour certaines sources et pour d'autres à la famille Poulmic-Trébéron. Ces dernières rappelant l'existence d'un aigle héraldique en deux clés de voûte au manoir de Poulmic, détruit, et reconfiguré en ferme, elle-même détruite pour faire place à la base de Lanvéoc Poulmic. Cette dalle funéraire recouvrait la sépulture familiale placée dans le sol proche de l'autel en l'intérieur de l'église, côté de l'actuelle chapelle du Rosaire.

La famille de Trébéron avait pour berceau la seigneurie de Kerandrein au 15ème siècle, au travers du manoir de Keramprovost-Penandreff. Famille Provost mentionnée dans les Réformations de la noblesse de 1426. Le Sieur Provost, Seigneur de Trébéron « dict faire arquebusier à cheval » à la montre de Quimper de 1562. A noter que Jehan de Poulmic est seigneur de Keramprovost (manoir) et « dict faire pique sèche ». Une autre branche de la famille Provost constitue la seigneurie de Landaoudec.

La famille Provost fut aussi à l'ouvrage de la chapelle de St Sébastien. Une famille reconnue par le don de l'île de Trébéron à la Royale.

• Dalle funéraire dite du Marhallac'h datée du 15ème siècle selon la nomenclature diocésaine. La pierre tombale de la famille du Marhallac'h fut retrouvée dans les mêmes circonstances. Cette sépulture n'aurait concerné qu'une dame attachée à la famille de la seigneurie de Keramprovost par le mariage soit aux de Poulmic.

La famille du Marhallac'h – Marc'hallec'h – Marc'hallac'h – à la fois de noble et terrienne, était propriétaire de biens fonciers importants dans le Finistère Sud jusqu'à perdre de son rayonnement à la Révolution. Famille éteinte dont le blason était « D'or à trois pots à eau de gueules  » – gueules : couleur rouge uniforme – et dont la devise « Usque ad aras » – Jusqu'aux autels – semble convenir à la pierre tombale de l'épouse d'un noble de Crozon ce qui de fait l'autorisait à être inhumée à proximité de l'autel de l'église de Crozon bien que née en dehors de la paroisse.

La famille du Marhallac'h fait épouser ses filles à toutes les noblesses bretonnes à portée de mariage judicieux. Par exemple, Catherine, dame (équivalent de seigneur pour un homme) du Marhallac'h (ayant blason en l'église St Jean de Plovan, fief familial) se marie à Nicolas de Gouandour – Goandour, écuyer, seigneur de Lescoulouarn (titre du père), seigneur de Kercorentin, en 1626 et dont la mère était Jeanne de Poulmic.

Autant dire que les lignées de ces deux pierres tombales accolées du temps de l'église du 15ème au 18ème siècle se sont entrecroisées pour affirmer une primauté sociale concrétisée par le privilège de l'inhumation dans l'église du fief. Les procès-verbaux des prééminences récapitulent des blasons des Provost Trébéron et des Marhallac'h dans les vitraux de l'église. Pratique interdite à la Révolution, démontage obligé.

Les deux pierres tombales sont remisées verticalement dans l'ancienne chapelle des fonts baptismaux de l'église St Pierre de Crozon. D'autres familles affirmaient leurs pierres tombales. Des descriptions reprises par le Bulletin de la Commission Diocésaine du Finistère en 1907 donnent quelques exemples de sépultures en l'église de Crozon.
• Le seigneur de Gouandour bénéficiait d'un mausolée en kersanton en bas côté de nef, qui fut déconstruit pour cause de gêne des processions et récupéré partiellement dans les jardins du manoir de Lescoat.
• Fondation d'une chapellerie sur l'autel St Michel en 1497, à l'usage de Julienne Le Botguyn.
• Jean de Hirgars (junior) était inhumé en 1526 dans la chapelle St Jean Baptiste servie par un chapelain. En 1534, la sépulture est réemployée pour recevoir la dépouille d'un prêtre : Glazran an Ruzec. Elle-même remplacée par celle de Bertrand Aultret. Les ossements allaient en l'ossuaire.
• La dame de Breuil, Anne de Hirgars, épouse du chevalier Louis de Lesac y était inhumée dans les conditions que l'aveu de 1664 décrit  : « Une tombe enlevée au milieu du choeur, joignant de temps immémorial le balustre du grand autel, lors depuis douze ans que le maître-autel a été porté joignant le pignon et la vitre orientale. de la dite église, à cause de quoi elle se trouve éloignée du dit balustre d'environ trois pieds. La tombe est armoyée d'écusson portant trois pommes de pins qui sont les armes du Hirgarz ; dans le soufflet de la principale vitre, elle a deux écussons : d'or à 8 pommes de pins d'azur, et au bas de la dite vitre, côté de l'Epître, deux jours où se voient deux priants dont les cottes d'armes sont chargées des mêmes armes »
•  Le 3 novembre 1550, la chapelle de la Trinité fondée par Rioc Baussand est réemployée par la dépouille du prêtre Luc Lanbilu.

Les paroissiens non donateurs, ou insuffisamment généreux, avaient pour sépulture une place dans le cimetière gratuitement, mais si l'on glissait la piécette on pouvait espérer avoir les pieds sous les fondations. L'indigent connaissait la fosse...

Crozon à découvrir

Patrimoine religieux

Eglise Saint Pierre et retable

Pierres tombales d'église

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Chapelle St Gildas

Calvaires de Crozon

Presbytère

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Demeures, vieilles pierres...

Menhirs & dolmens

Four à Chaux de Rozan

Fontaines

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Goandour

Manoir de Lescoat

Manoir de Treyer

Manoir de Kerivoas

Manoir de Quélern

Tal-ar-Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Moulins à vent

Maison paroissiale

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Maison de l'architecte Netter

Pont de Kervéneuré

Pont de la Poule

lieux

Le port du Fret

L'étang de l'Aber

Rostellec

St Fiacre

Pointe du Guern / Tréboul

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Menez Gorre

Les carrières de Poulpatré

Colonie de vacances

Ramassage industriel des galets

Plage de Lostmarc'h

Pointe et éperon barré de Lostmarc'h

Ile Vierge

Ile Perdue

Tourbière de Tromel

Personnalités

Anne Le Bastard de Mesmeur

Sculpteur Jacques Boënnec

Labouret maître verrier

Auguste Dizerbo

Divers

Jumelage Sligo-Crozon

Centre culturel

Centre Hospitalier

Le centre des impôts de Crozon

Crédit Agricole

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Super-Marché Concorde

Résidence de la Marine

La Marianne Crozonnaise

"Petite ville de demain"

Chapelle de ND de Porz Salud

Chapelle de St Sébastien

Chapelle St Michel

Cimetière de Crozon

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot

Patrimoine militaire

MILITARIA : de Vauban, 14-18, 39-45, à nos jours...

Lister les boiteux et les idiots ! – Les inquiétudes de la carte scolaire – 1944 US + FFI/FFL contre les postes avancés allemands – Le canon belge antichar de "carrefour" – Toul ar Stang le hameau des orphelins – Munition FX – WW2 : Russes blancs à Toul ar Stang – La chapelle St Michel de Tromel – La station météo de la BAN – La chapelle de Trovéoc – La Route Neuve – Usages de la prière prônale – Le cimetière de Crozon – Les pierres tombales de noblesse – Les troncs des pauvres – Temples druidiques – Un tronçon d'un ancien Grand Chemin en Argol – Kergoff : vie et mort d'un hameau oublié – La population baisse de 3.9% en presqu'île ( page actualisée) – Souvenir de la chapelle de la Trinité d'Argol – La mort à nouveau :  accidents – Les trois mamelles de Ste Gwen en Argol – La preuve par le bœufPanneaux routiers à l'enversMairie de Landévennec – Le château du roi Gradlon – Le Bois du Loc'h subit les changements de régime – Une opposition municipale sous le coup de l'émotion – Guillaume Balay un Crozonnais célèbre – BIM Vigilante Y752 – Les routes et chemins des 18ème et 19ème siècles.

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2012-2024