Crozon Morgat Camaret Roscanvel Landévennec Telgruc Argol Lanvéoc

L'histoire du comté de Crozon / presqu'île de Crozon

Avant l'installation et l'expansion de l'abbaye de Landévennec qui serait le fait d'un don foncier du roi légendaire Gradlon à un moine venu de la Bretagne insulaire (actuelle Grande-Bretagne) nommé Guénolé qui sera, bien après sa mort, sanctifié, la presqu'île de Crozon est une société bigarrée composée de gallo-romains mais aussi de Bretons venus de la Bretagne Insulaire avec de surcroît des « réfugiés », des « fuyards  » du monde romain, des guerriers mercenaires et sans-doute quelques Saxons, Frisons et Scots égarés suite à leurs raids barbares. Toute la Bretagne est instable et sous l'emprise d'usurpateurs Romains qui se déclarent tour à tour empereur de la province. Les populations se regroupent en clans et vivent dans des villages fermés prêts à se défendre contre les Bagaudes, des paysans sans terre, des esclaves non-affranchis, des déserteurs de l'armée romaine et des brigands de toutes origines, profitant de la déliquescence de Rome, pour pratiquer le rançonnement du 3ème au 5ème siècle.

Un royaume post-romain s'installe dans le Sud-Ouest de l'Angleterre d'aujourd'hui, royaume autonome nommé La Domnomée. Cette entité déborde sur l'actuelle Bretagne appelée alors Petite Bretagne. Riwal du comté de Gwent au Pays de Galles portant le titre de Dux (Chef militaire Breton) s'en désigne le premier roi et s'installe en « Petite Bretagne » sur le littoral Nord approximativement (Finistère Nord, Côte d'Armor...) qui devient alors la Domnomée Armoricaine, ceci après avoir négocié avec les Francs et avant tout avec Childebert 1er. Le marché conclu entre les deux rois est simple, le prétendant au trône de Bretagne doit débarrasser le territoire des envahisseurs barbares Goths et Frisons mené par le roi Corsold. Riwal, ce comte devenu monarque Grand-Breton selon son bon vœu serait mort (en toute incertitude) en 520. Les textes anciens le nomment aussi Rivelen Mor Marthou (Grand chevalier) ou Rivelen Meurmazou. Des écrits religieux édités postérieurement parlent de la venue miraculeuse de ce guerrier qui, pense-t-on, aurait jugulé les troubles de son époque. Il serait à l'origine de Saint Riware, saint breton. Il aurait existé un lien entre Riwal et les moines de Landévennec mais il ne semble pas être défini clairement bien que les nobles d'importance versent des offrandes substantielles à l'abbaye de Landévennec pour avoir le droit d'y être inhumés.

La Petite Bretagne se fractionne en trois royaumes dès le 6ème siècle. La partie Nord d'Ouest en Est conserve le nom de Domnonée, la partie Sud d'Ouest en Est reprend un nom Britannique de Cornouaille du Sud (Bro Kernevou ou Bro-Gernev) jusqu'au royaume de Bro Waroc ou Broérec selon les sources, le pays Vannetais d'aujourd'hui. La frontière de la Domnonée avec la Cornouaille est la rivière l'Elorn.

Les royaumes se subdivisent selon la multiplication des descendances et des unions. Chaque nouvelle subdivision est appelée pagus sous l'autorité d'un prince jusqu'au 9ème siècle. Pagus : subdivision territoriale médiévale gallo-romaine désignant un clan plus qu'un royaume. Le pagus du Faou est créé et à son Nord les pagi Achmensis (Brest Conquet) et Daoudour (Morlaix Landerneau) au 9ème siècle. La Cornouaille du Sud se fractionne aussi en pagi. Juste au Sud-Est de la presqu'île de Crozon, le pagus du Porzay. Suivi au Sud par le pagus de Cap-Sizun, le pagus de Cap-Cava (Quimper), etc... Les tentatives des invasions franques des 8ème et 9ème siècle transforment les configurations féodales de la Petite Bretagne sous l'égide du premier roi réellement Breton Nominoë (roi de 845 à 851 / certaines sources considèrent que seul son fils fut roi, lui aurait été un chef unificateur) qui permet le rejet des envahisseurs et l'union des peuples bretons. Les pagi disparaissent au bénéfice des comtés et des vicomtés. Les comtes sont les vassaux des ducs de Bretagne. Le premier comte de Cornouaille qui laisse une trace écrite se nomme Budic et serait mort au plus tard en 1019. Son fils Binidic est un évêque, marié et père de famille. Une tolérance papale placée sous l'égide d'une politique de stabilisation de la région. Une tolérance qui fera naître une lignée de comtes-évêques.

L'évêque de Quimper de 1022 à 1064, Orscand, épouse Onven/Onwen/Orven, fille de Rivelen/Rivalen de Crauzon/de Crozon premier seigneur connu en Crozon, vers 1030. L'évêque est le frère du comte de Cornouaille, Alain Cainard/Canhiard/Canhiart. Après la mort du comte évêque, son fils le plus jeune hérite du titre de comte de Crozon. Les trois enfants de l'évêque sont Benoist ou Bénédict (succéde à son père), Guigon (doyen de la cathédrale de Quimper) et Conan. Conan de Cornouaille (plusieurs personnages portèrent ce patronyme mais à des dates ultérieures) serait le second comte de Crozon et dessine une lignée.

Le duc Alain III de Bretagne, suzerain de la région, est souvent en friction avec le comte de Cornouaille un peu trop puissant à son goût d'autant que le comte marie la comtesse Judith de Nantes ce qui fait de lui le possédant de Nantes et de toutes ses vassalités. Le comte de Cornouaille est aussi confronté à ses vassaux du Léon et à la vicomté du Faou qui entrent en guerre contre lui après 1031. Guyomarch Ier vicomte de Léon (aurait possédé des domaines dans le Kemenet-Héboé dans l'Évêché de Cornouaille) et Morvan vicomte du Faou (attaché au Léon par mariage) cherchent sans-doute un rayonnement plus grand pour ne plus être les vassaux du comte de Cornouaille. Alain Cainard remet de l'ordre. Il meurt en 1058. Son frère Evêque, comte de Crozon, décéde en 1064. Le fils aîné d'Alain Cainard, Hoël II de Cornouaille prend le titre de comte de Cornouaille et devient plus tard aussi duc de Bretagne. En effet, Hoël II, comte de Cornouaille par son père, comte de Nantes par sa mère, est Duc de Bretagne après la mort de son beau-père. Néanmoins après la mort de son épouse Havoise de Bretagne (1072), dont le mariage lui permet d'être duc, l'aristocratie bretonne se déchire, il peine à rétablir l'ordre, voire il n'y parvient pas réellement. Il meurt en 1084. Son fils aîné Alain IV de Bretagne (1060-1109) prend la suite et semble avoir une prégnance favorable sur les comtes du Léon qui, peut-être, ont des facilités pour entrer en possession des terres de Crozon, par achat, mariage ou autre agrément.

Les terres de la presqu'île de Crozon en Bretagne appartiennent ainsi au Comté du Léon (Finistère Nord approximativement). La lutte des nobles contre l'autorité d'Henri II «Plantagenêt» qui règne sur la Normandie, le comté d'Anjou et l'Angleterre et qui de par son mariage avec Aliénor d'Aquitaine, règne sur l'Aquitaine dont la Bretagne fait partie intégrante, s'achève par le désaveu de Guyomarch IV de Léon. Guyomarch IV, assassin de son oncle, est invité à partir en guerre sainte mais meurt prématurément en 1179. Le duc Geoffroi II de Bretagne (fils du roi d'Angleterre et fiancé à la duchesse Constance de Bretagne) entre en possession du comté du Léon. Le comté est divisé en deux selon son ordre pour affaiblir les nobles vassaux locaux. Une vicomté pour le fils aîné Guyomarch V et une seigneurie pour le fils cadet qui ne peut prétendre au même rang que son frère aîné. Hervé Ier seigneur du Léon, époux de Marguerite de Rohan, est possesseur de Landerneau et de Daoudour (de Landivisiau jusqu'à Penzé), de Coat-Méal, Daoulas, Crozon, Porzay Quéménet-Even. Les quatre dernières seigneuries sont en Cornouaille (Finistère Sud approximativement) mais sous autorité de la noblesse Léonarde.

Le Vicomte Pierre de Léon (1269-après 1314) n'a pour unique passion que les courses de chevaux, il s'endette jusqu'à devoir vendre sa vicomté du Léon (approximativement le Nord Finistère et la presqu'île de Crozon – évêché du Léon) en 1294 à son frère aîné Arthur II Duc de Bretagne. De la Vicomté est détaché un fief (apanage), celui de la Roche-Maurice (Landerneau) très étendu en définitive qui revient à un frère puîné auquel est ajouté la pauvre presqu'île. Le nouveau fief est élevé au rang de Seigneurie du Léon. Le dernier seigneur de Léon, Hervé VIII (1341-1363), meurt à 22 ans sans descendance. Sa sœur Jeanne de Léon, dame de Léon, hérite de la seigneurie qu'elle remet à son époux Jean Ier de Rohan. La Maison de Rohan est possédante en Cornouaille (approximativement le Sud Finistère – évêché de Quimper) jusqu'au berceau du fief en centre Bretagne, le mariage réunit aussi le Léon à la Cornouaille. La presqu'île de Crozon passe sous l'autorité de la vicomté de Rohan. Les Rohan pour asseoir leur puissance régnante ont cherché à porter le titre de prince étranger envers la couronne de France. Pour y parvenir, ils ont falsifié des documents et modifié des ancrages surtout à partir du règne de Louis XIV et bien après. Roc'h an, « le petit rocher » en breton est le lieu de construction du château féodal des Rohan à Castennec en Bieuzy.

René Ier de Rohan, 1516 -1552, 18e vicomte de Rohan, vicomte de Léon, marquis de Blain, comte de Porhoët : le titre de seigneur du Léon se mue progressivement en vicomte de Léon de par le rang de noblesse de la famille de Rohan – Vicomté. Mais comme si cela ne suffit pas, René Ier, militaire d'armée de mercenaires (Condottiere), s'octroie le titre de prince du Léon vers 1530 sans que le Léon ne soit une principauté. Le titre persiste encore, titre dit de courtoisie. La famille de Rohan atteint le titre de Duc avec le temps... Titre en cours ainsi que celui de Prince du Léon...

Le Léon passe sous autorité Ducale en 1267. Les pagi du Nord deviennent la vicomté du Léon (Bro Leon). Les pagi du Sud deviennent le comté de Cornouaille. Le pagus du Faou devient une vicomté dont l'influence est aléatoire, parfois en guerre avec le Léon, parfois sous l'influence de l'évêché du Léon (St Pol de Léon), alliée du Léon ; parfois et sans doute progressivement, soumise au comte de Cornouaille et donc à l'évêché de Cornouaille (Quimper). Le vicomte du Faou devient le noble vers qui toute la petite noblesse de Crozon. En 1371, la vicomtesse du Faou, Tiphaine, épouse Jean du Quélennec, écuyer du duc de Bretagne. La lignée des Quélennec porte désormais le titre de vicomte du Faou mais le dernier de celle-ci est auprès du roi de Navarre et meurt à Paris. Charles du Quélennec est tué en 1572 dans la cour du Louvre à l'âge de 23 ans, il portait les titres de chevalier, 23e vicomte du Faou, baron du Pont et de Rostrenen. Catherine de Parthenay, dame de Soubise, son épouse, se remarie avec René II de Rohan, chevalier, 3e prince de Léon, 3e marquis de Blain, comte de Porhoët, 19e vicomte de Rohan, seigneur de Josselin, chef huguenot.

Henri II de Rohan (1579 - 1638) est protestant et tente des rapprochements avec la royauté anglaise pour imposer le protestantisme en France. Complots et combats, tous perdus, le premier duc de Rohan chef de file des huguenots Bretons, prince du Léon (entre autres), pair de France par Henri IV son protecteur, ne conclut rien. L'assassinat du roi en 1610, met Rohan en difficulté, il est sans appui bien "qu'ami" de Louis XIII mais apprécié de la reine d'Angleterre Elisabeth 1ère. Ballotté entre le service du roi et sa foi protestante, il est mis à l'exil à plusieurs reprises. Richelieu s'y reprend à plusieurs fois pour obtenir une disgrâce permanente, ce qu'il n'obtient pas. Malgré les aléas de son ambition contrariée, Henri II de Rohan entame les travaux du château des Salles de Rohan en forêt de Quénécan en 1623. Afin d'en assumer le financement, il vend les terres de la seigneurie de Crozon et celles du Porzay à la famille de Rosmadec pour 56000 livres.

En 1623, le représentant aîné de la famille Rosmadec est Sébastien II de Rosmadec qui vécut son enfance à la cour de France sous le nom de Marquis de Molac. Il préside les Etats de Bretagne à Nantes en 1621. Il se fait remarquer du roi par ses faits d'armes, son esprit stratège et devient la meilleure lame de France. Il est mondain, aime le luxe et est aussi le plus beau parti de Bretagne. Il se marie en 1616 avec Renée de Kerhoënt qui dispose d'un château en ruines, celui de Kergournadec'h en Léon. Il est alors un jeune gouverneur de Quimper. En 1647, (toutes les sources ne s'accordent pas sur cette date), il décide de faire reconstruire le château de son épouse dans un chantier mi-féodal-mi-plaisance pharaonique. Pour parvenir à cela, celui qui accessoirement porte le titre de comte de Crozon vend tous ses biens de la presqu'île y compris le château en ruines de sa famille à Jan (Jean) le Han conseiller au parlement de Rennes qui est l'époux de Claude de Goulaine, baronne de Poulmic. La presqu'île de Crozon a un seul propriétaire durant deux ans car Jean le Han meurt en 1649. La veuve quitte le château du Poulmic pour vivre à Rennes et y mourir en 1660. Le fils aîné, Eustache du Han de Poulmic reprend le château/manoir et sa sœur aînée devient la propriétaire des terres de Crozon, de Rosmadec et du Porzay. Louis Hercule du Han fils d'Eustache, officier du régiment de Châteaurenault, vend, en 1696, le manoir à son cousin germain François Louis-Rousselet de Châteaurenault futur Maréchal, mort en 1716, époux de l'héritière des terres de Crozon et du Porzay Marie Anne de la Porte (née du Han, épouse René de la Porte), fille d'Anne Marie du Han. La presqu'île de Crozon a de nouveau un propriétaire unique. Les rares présences du maréchal à Poulmic consistent à faire naviguer sa flotte avec des signaux flottants dans la rade de Brest. Le fils aîné meurt en 1706 au combat. Son cadet, Emmanuel Rousselet, marquis de Châteaurenault (Château-Renault), capitaine de vaisseau, lieutenant général de la Haute-Bretagne à la mort de son père, épouse en 1724, en seconde noce Anne-Julie de Montmorency. Il meurt en 1739. Sa descendance, Marie-Sophie de Rousselet de Châteaurenault, dame d'Artois (1746), comtesse de Crozon (1747), marquise de Rosmadec, baronne de Poulmic, épouse le futur dernier Comte de Crozon Jean-Baptiste Charles Henri Hector Théodat d'Estaing qui sera guillotiné en 1794.

En attendant la funeste échéance, le manoir de Poulmic et surtout les terres du comté de Crozon, en l'absence permanente des possédants, sont confiées à un fermier général secondé par des régisseurs qui prospèrent hardiment. Le couple d'aristocrate signe une séparation de bien en 1756 non résolue ce qui évite la cession des terres et du manoir au profit des biens nationaux et ce qui permet le partage des biens entre les descendants de la famille du Han qui en bénéficiera jusqu'en 1829. Emmanuel Marie Jean l'Evangeliste Le Gentil de Quélern – Emmanuel Le Gentil de Kélern (1773-1843) du manoir de Quélern en Roscanvel – en fait l'acquisition aux enchères le 1er octobre de la même année et devient propriétaire de la presqu'île jusqu'à sa mort. Sans descendance directe, le domaine est fractionné selon le partage des héritiers collatéraux et les acquisitions de fermiers et investisseurs fortunés. Le manoir de Poulmic en ruines transformé en ferme et les terres du voisinage sont rachetés par l'armée pour construire la base de Lanvéoc Poulmic.

Quelques familles nobles vassales en Crozon :
Hirgars, Le Jar du Clesmeur, Moellien-Gouandour, Pentrez, Poulpatré, Quélern, Quillivenguy...

Porter noblesse nécessite un service d'arme à disposition du Duc de Bretagne ou du Roi de France selon les époques. Le noble doit se présenter armé, si demandé, aux convocations (monstres / montres) du chef de région, lui-même titré. Une monstre générale réunit la noblesse par fief et permet de faire l'état des forces militaires et nobilaires. Grâce à cette repésentation militaire obligatoire les gentilshommes étaient exempts d'impôts mais devaient fournir leur équipement. Le niveau d'équipement exigé était ralatif aux rentes du noble. Fortes rentes, grands équipements... Exemples : Entre 300 et 400 livres de rente, équipage d'homme d'armes avec deux archers, un coutilleur et un page soit 5 chevaux. Au dessous de 60 livres de rente, en brigandine ou en paltoc (vêtement sans manches) avec lesches ou mailles sur les bras, avec faculté de se servir d'arc ou de juzarme.

A noter que toute personne possédante de terres pouvait d'office être anoblie et devait donc se mettre au service de son suzerain. Si le propriétaire était une femme ou un jeune descendant, ceux-ci devaient présenter un homme  en arme aux monstres.

Dans le livre "Antiquités de la Bretagne : Finistère" du chevalier de Fréminville, édité en 1852, il est repris la monstre générale de 1562.

Monstre générale de l’Euesché de Cornouailles, faicte à Quimper les 15e et 16e du mois de may 1562. (Extrait)

C’est le procès uerbal de la monstre des nobles subjects au ban et arrière-ban de l’euesché de Cornouailles, faict en rôle seulement, à Quimper-Corentin, les 15e et 16e de may 1562, suivant la lettre de monseigneur le duc d’Estampe, comte de Penthièvre, chevalier de l’Ordre, gouverneur et lieutenant général, pour le Roy, au païs de Bretagne. Dans lesquelles lettres la teneur s’ensuit  :
« Messieurs,
Voyant les troubles et divisions qui sont aujourdhuy en ce royaume, et craignant que cela nous peut amener quelques grands inconvénients, nos voisins s’en meslant, j’ay advisé, selon le commandement que j’en ay reçeü du Roy, de faire la monstre des arrière-bans, laquelle nous assignons pour l’euesché de Cornouailles, au lieu accoutumé, le 15e du mois prochain, en robes seulement, leur faisant mander de tenir leurs armes et chevaux prests pour marcher si besoing est, et il leur soit commandé. N’entendant, au demeurant, que personne, pour quelqu’occasion que ce soit, puisse estre excusé ni exemté ; ni que ceux qui doivent le service de leur personne, faillent s’y représenter audict terme, dans lequel jour je vous advertiray de ce qu’ils auront à faire suivant l’intention de sa majesté. Cependant, je prierai nostre seigneur, vous donner messieurs, ce que désirez.
À Nantes, le 23 apvril 1562.
En soubscription :
Vostre bien bon amy Jehan de Bretaigne.
Et en superscription :
À messieurs de la justice, en la jurisdiction de Quimper-Corentin.

A laquelle monstre a été procédé par nous Charles de Plœuc, sieur de Plœuc, du Timeur, Queuzon, Ergué et commissaire de l’arrière-ban audict Cornouailles. Presant noble et puissant Tanguy de Rosmadec, sieur dudict lieu, Tyvarlen, Mollac, et capitaine des dicts nobles audict euesché de Cornouailles, et pareillement en présence de maistre Georges Lesandeuez, Seneschal de Cornouailles, et les lieutenants, advocats et procureurs du Roy audict lieu. Presants et assistants o eux à ladicte monstre les Seneschaux des cours de Concq, Châteaulin, Châteauneuf-du-Faou et Gourin. Lieutenant de Carhaix, et les procureurs du Roy des dicts lieux. Jehan Kerampuil, commis pour le procureur du Roy à Carhaix, et le procureur de Kemperlé, juges et procureurs respectivement audict euesché en suivant les lettres. Et après que lesdicts gens de la justice nous auraient relaté l’assignation de la dicte convocation et monstre, pour ce jour et heure estre faicte et portées de ceste ville de ladicte assignation, nous dicts commissaires en la compaignie des capitaines, sommes transporté en la place du tour du Chastel audict Quimper-Corentin, ce jour d’hui 15 de may mil cinq cens soixante deux. Auquel jour aurions faict appeller les nobles par nom et surnom leurs qualités et paroisse, leurs héritiers et bien tenans, ainsi qu’ils estaient en roles ès anciens livres et registres du greffe d’office au siègle présidial de Quimper-Corentin, après avoir faict, à maistre Riou de Kerguelen, greffier audict siège presant et assistant audict procès verbal, lire nostre mandement de commissaire des dicts ban et arrière-ban. Et en y procédant avons faict appeler,
...
Les nobles de Croson.
Le sieur de Kerdiergartz, presant, dict faire arquebusier à cheval.
Le sieur de Tréberon, presant par Jehan Provost son fils, dict faire arquebusier à cheval.
Alain de Kerlengui, sieur de Tremyedic, presant, dict faire arquebusier à cheval.
Jehan Pencoet, sieur de Quilimengui, presant, dict faire arquebusier à cheval.
Le sieur de Landaoudec, dict faire arquebusier à cheval.
Morice Kerberyou, par Yvon Kersaudy, dict faire pique sèche.
Jehan Kerret, sieur de Launay, par Bouteville son beau-fils, presant, dict faire corselet.
Charles Provost, S.r de Treyer, par le S.r de Landaoudec son garde, dict qu’il est sous l’esdict.
Les héritiers de M.tre Jehan du Mené, default.
Le sieur de Gouandour comparu par Olivier le Comble, dict faire arquebusier à cheval.
Jehan de Poulmic, S.r de Kerprovost, presant, dict faire pique sèche.
Hervé Gouzien, presant, dict qu’il est sous l’esdict.
Jehan de Kerhouantenan, presant, dict faire pique sèche.
Bertrand de Poulmic, presant par Jehan de Poulmic, son frère, dict qu’il est sous l’esdict.
Le sieur de Rostellec, presant, dict faire arquebusier à cheval.
M.tre Henry le Boucquin, sous l’esdict.
Henry Juquel, sous l’esdict.
...

Montre générale de l'évêché de Quimper des 4 et 5 septembre 1481. (Extrait)

Montre/Monstre générale des gens d'armes, de trait et autres gens de guerre, nobles, ennoblis et autres tenants fiefs et héritages nobles et sujets aux armes de l'évêché de Cornouaille tenue et faite à Kerahaes les 4e et 5e de septembre 1481 par noble et puissant le sire du Pont et de Rostrenen et noble écuyers Bertran de Lanros, seigneur de Lanros, Yvon de Tréanna, seigneur de Mouros, et chacun commis quant à ce dudit notre souverain seigneur, présent Maître Jehan Lodic procureur de Cornouaille, commis du duc pour rapporter et faire enregistrer par écrit ladite montre en faisant laquelle fut par nosdits sieurs les commissaires pris et en le serment des nommés ci-après et chacun de bien et loyaument servir le duc notre dit souverain seigneur contre tous ceux qui peuvent vivre et mourir, fait lesdits 4e et 5e jours de septembre 1481.

Argol : Hervé le Men voulge en paltoc, (vouge = hallebarde primitive). [Seul gentilhomme presqu'îlien présent]

Histoire locale

Préhistoire

Galet aménagé / Chopper

L'empire romain

Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romainesTuiles romaines

L'ancien régime

La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésAttaques des diligences

Personnalités

Marguerite de SavoieVice-amiral ThévenardMaréchal Philippe PétainJean MoulinLouis-Ferdinand CélineLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptentPapes Grégoire XI et Paul II

Artistes

Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E SévellecGeorges VioletMarcel SauvaigeEugène Boudin

Les gens

Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes femmes dans les conseils municipaux  – Les épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesChristianisationCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestierTour de FranceCaravane publicitaire  – Covid 19Aide sociale d'antanInfanticide

Pêche

Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundeeDragage du maërl et des goémons rouges

Epaves et échouages

Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques

Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui

Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête AmélieStellamarisPétrolier WhitstarLiaisons maritimesPorte-conteneursCâblierRemorqueur océaniqueAbeille BourbonAtalante Ifremer

Légendes coutumes toponymes

La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – ErmitageGarenne Goarem

Aménagements

L'histoire des moulinsLes cloches sous la RévolutionLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commerceFruiteriePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueHistoire du réseau électriqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement généralPistes cyclablesL'évolution de l'usage de la voitureL'histoire des pompes à essenceRallye Super - Casino - Leader Price - AldiFaire la buéeChantiers CourtéPLUiHDésert médicalDiorama

Culture

Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métragesOrchestre de la WW2

Galette de fioul lourd – La guerre 14-18 vue de la presqu'île de Crozon – Algue encroûtante rose – Infanticide à Crozon – Marquage de la palette récupérable – Des nouvelles du Guillemot de TroïlCollaboration économique durant la WW2 – Georges Robin "Trompe la mort" – Inscription maritime d'antan de Camaret – Bateaux communistes à Morgat – Couvert à gibier – Evolution du châssis de toitPot de chambre souvenir, souvenir – Bureau départemental de répartition des œufs – Ambiguïté de la guerre : la bataille navale de CasablancaPlatier définition – "Petites villes de demain" miroir aux alouettes – Temps de Vanneau ! – La Marianne CrozonnaiseRue de la Fontaine, une histoire d'eau – Hommage à la Jeanne D'ArcHélice symbolique en Lanvéoc

Recherches

• IDENTIFICATION D'UN BÂTIMENT À CAMARET ! Merci de votre aide.



°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande, patrimoine, nature, hors tourisme :

© 2022