Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute

Toutes les épidémies n'ont pas laissé d'archives derrière elles, en voici quelques-unes.

1347, la peste décime la population de la presqu'île de Crozon et tout particulièrement celle de la côte Nord comprenant les hameaux de Trovéoc, Quillien, Lomergat, Kervoulac'h et Kerlivit. Le curé de Crozon ainsi que les hommes d'église de la paroisse se désintéressent des pestiférés. La cure d'Argol porte assistance en s'exposant. A la demande de la population d'Argol, l'évêque ordonna la construction d'une chapelle qui entraîna la création de l'enclave d'Argol.

La peste est à Roscanvel en 1594 parmi les troupes de siège franco-anglaises qui tentent de réduire le bastion de l'armée espagnole.

En 1740, Roscanvel connaît un taux de mortalité élevé qui fluctue sur plusieurs années entre deux à quatre fois la mortalité habituelle et ceci de tous âges sans que le mal ne soit identifié, mais l'épidémie ne fait pas de doute, elle atteint une population éparpillée mal nourrie vivant auprès de zones humides. Les médecins de la marine qui vivent à Roscanvel savent se protéger par les gestes barrières qu'ils connaissent, l'isolement de la famille, l'eau bouillie, le linge propre... Tout ce qui est à la portée de la médecine Royale et qui ne l'est pas de la population rurale. Une population qui ne parle pas le français, qui craint Dieu et ne croit pas aux miasmes - terme désignant les microbes. Ces épidémies locales proviennent des conditions sanitaires des lieux de vie avec pour facteur aggravant la malnutrition qui affaiblit les organismes. Il est vraisemblable qu'une multitude de foyers épidémiques - appelé cluster en 2020 lors de l'épidémie du Covid-19, les anglicismes donnant une intensité technocratique indéniable - n'aient jamais été comptabilisés car tout ce qui ne touche pas la noblesse ou à défaut la bourgeoisie est mis sur le compte de la misère humaine du mécréant - la punition divine - certains curés cultivent la parabole pour maintenir la pression et éviter les égarements vers les rites païens encore en vigueur. La population court aux sources miraculeuses et propage les épidémies involontairement. Les fontaines de dévotions ont chacune un saint thaumaturge qui épargne les bonnes âmes. Les hommes d'église adoptent une attitude très partagée. Il y a ceux qui vont au chevet des malades et ceux qui s'en éloignent du mieux qu'ils peuvent. En dehors des épidémies locales, les plus ravageuses sont celles importées de Brest.

L'activité portuaire de Brest, autant militaire que marchande, facilite la propagation d'une multitude d'épidémies plus ou moins circonscrites qui contaminent les populations de proximité. Les liens maritimes de la presqu'île de Crozon, par la navigation dans la Rade et ceci vers le port de Brest, diffusent des virus qui ne sont pas toujours déterminés avec justesse par la médecine. Le typhus (bactérie dans le lait par exemple) et la typhoïde (piqûre d'insectes) sont confondus. Quoiqu'il en soit, les presqu'îliens vivent dans la hantise des épidémies. Les escadres mouillent dans la Rade de Brest, les épidémies fréquentes sont la peste, le choléra, la dysenterie, la typhoïde, le typhus , le scorbut, la variole... D'ailleurs parfois, personne ne s'y retrouve alors on dit "avoir attrapé la maladie de Brest". Partout, les autorités sanitaires sont dépassées. Manque de moyens, manque de prévention, le dénuement est quasi total et le seul remède est la quarantaine, mais où, l'espace manque. En 1770, les nations du Nord de l'Europe interdisent l'accès de leurs ports aux navires de l'Ouest français et donc tout particulièrement ceux venant de Brest. La réputation de Brest n'est pas surfaite : la plupart des épidémies sont entrées par Brest autant par les bagnards que les marins.

Quelques exemples :
• En 1733 - un vaisseau de guerre indéterminé débarque des contagieux au port.

• En 1741 - l'escadre d'Antoine-François de Pardaillan de Gondrin, marquis d'Antin - vice-amiral commandant la flotte du Ponant à Brest - affectée par le typhus et la dysenterie à une période où la famine est partout en région. La double épidémie touche une population qui est déjà affaiblie par des affections endémo-épidémiques telle que la typhoïde, le paludisme, la tuberculose, la variole. La région est touchée, les hôpitaux ne font pas face.

• En 1744 - l'escadre de Jacques Aymar, comte de Roquefeuil et du Bousquet - Lieutenant Général des armées navales à Brest.

• En 1746 - la flotte de l'amiral Jean-Baptiste Louis Frédéric de La Rochefoucauld, duc d'Anville de l'expédition d'Halifax / Acadie - Les marins sont dispersés dans des lieux éloignés, souvent religieux ou des hôpitaux auxiliaires des communes voisines de Brest et Recouvrance vite saturés. Certains convalescents sont hébergés de façon plus éloignées...

La presqu'île comme des villes de Bretagne reçoivent ces malades en voie de guérison avec les risques d'une mauvaise appréciation de l'état sanitaire des marins.

• En 1757 - deux navires précurseurs (4 novembre) le "Célèbre" et le "Bizarre" portent 1000 marins malades du typhus jusqu'aux hôpitaux. Par manque de place et de personnels certains contaminés sont secourus par des ouvriers du ports et des forçats sans protection aucune. Le reste de l'escadre Dubois de La Mothe - Emmanuel-Auguste de Cahideuc, comte du Bois de La Motte, chef d'escadre - revient de Louisbourg au Canada en urgence avec 4000 marins malades le 22 novembre 1757. Le bilan militaire s'élève à 3 483 morts entre le 20 novembre 1757 et le 31 mars 1758. Les forçats défunts ne sont pas comptés et les communes de proximité comptent de 5000 à 7000 morts. Le système sanitaire de Brest est saturé (1300 places - 2600 malades en moyenne). Une partie des matelots malades est logée chez les particuliers. De nombreux presqu'îliens, surtout des Roscanvelistes travaillent à Brest Recouvrance et rentrent en fin de semaine à Roscanvel. De plus de nombreux enfants illégitimes Brestois sont en nourrice en presqu'île, des parents font des allers-retours... Dès la première semaine, il y a 180 morts à Crozon et 80 à Argol, à Roscanvel on se soigne à l'eau de la fontaine Saint Eloi qui inspire confiance, la mortalité s'envole malgré tout. Des décès suspects se poursuivent jusqu'en 1759. Des hameaux sont décimés - certains sont rayés du cadastre. La maladie s'exporte aussi : des militaires malades sillonnent la Bretagne et contaminent à leurs tours des populations éloignées de Brest. Des médecins, un siècle plus tard, estiment que cette épidémie a diffusé le typhus dans la campagne bretonne et que les résurgences sporadiques proviennent de cette phase épidémique ceci jusqu'à la fin du 19ème siècle.

Le lazaret de l'île de Trébéron permet des mises en quarantaine et de séparer les malades des bien-portants. L'île des Morts sert de cimetière. Le dispositif est insuffisant et la liaison entre Brest et les îles est assurée par des gabariers civils venant de Roscanvel pour la plupart. Chacun rentre chez-soi le soir venu. Les familles sont atteintes par les épidémies en cours et les transmettent aux voisins.

• En 1770 - les nations du Nord de l'Europe interdisent l'accès de leurs ports aux navires de l'Ouest français et donc tout particulièrement ceux venant de Brest. La réputation de Brest n'est pas surfaite : la plupart des épidémies sont entrées par Brest autant par les bagnards que les marins.

• En 1779 - une dysenterie devient épidémique, le scorbut est détecté. Les escadres des comtes d'Estaing - Jean-Baptiste Charles Henry Théodat d'Estaing marquis de Sailhant, comte d'Estaing, vicomte de Ravel, amiral de France - et d'Orvilliers - Louis Guillouet, comte d'Orvilliers Lieutenant général des armées navales - débarquent 2000 malades. L'escadre espagnole (24 vaisseaux) présente, atteinte elle-aussi n'est pas débarquée. La population de la presqu'île est exposée à une double épidémie entre typhus et dysenterie. Les malades sont disséminés dans des églises, des hangars, des maisons publiques, des galetas, des casernes...

Ces deux épidémies majeures (1757 et 1779) sont indirectement présentes à Crozon. La population se méfie encore de la médecine et préfère toujours s'en remettre à Dieu, à ses saints dont les bienfaits se retrouvent dans les fontaines de dévotion où se croisent le bétail et les lavandières, où l'on puise de l'eau pour l'alimentation que l'on ne fait pas bouillir par manque de bois - trop cher - trop rare.

Au 19ème siècle, l'Europe fait face à plusieurs vagues cholériques, certaines de ces vagues touchent la presqu'île de Crozon. Le choléra provient du delta du Gange en Inde. La première vague de 1823 se propage jusqu'au Caucase et l’Anatolie en plein hiver. Les contaminations ne vont pas au delà.
• La deuxième vague atteint la Russie et se transmet à toute l'Europe par le biais de l'armée russe en lutte avec l'armée polonaise de 1826 à 1831. Le gouvernement de Louis-Philippe minimise la menace et demande néanmoins que les préfets et les maires assainissent les milieux malsains, les dépôts d'ordures, les stagnations d'eaux usées, les quartiers insalubres – autant dire éradiquer la misère en quelques semaines. Le "choléra-morbus" entre en France par le port de Calais le 15 mars 1832 à cause d'un passager malade. La maladie est à Paris le 26 mars. Lors des bals de la fête de la mi-carême, des parisiens portent un masque amusant représentant le choléra souriant, la menace fait rire les optimistes d'autant que les pouvoirs publics se veulent rassurant puisqu'ils ont tout prévu et les médecins se rangent derrière l'Etat en affirmant que le risque est mineur.
L'académie de médecine préconise des cataplasmes à la moutarde, des tisanes de fleurs de guimauve...
Quand la maladie atteint les quartiers aisés, les résidents fuient partout en France pour éviter la contamination ce qui a pour conséquence de favoriser l'extension de la pandémie. 20 000 morts à Paris, on considère que l'épidémie est éteinte au 1er octobre 1832. La France connaît 100 000 morts.
Des "spécialistes", des politiques, des ecclésiastiques proposent des solutions. Le tir au canon dans les airs pour tuer les miasmes, l'entretien de grands feux purificateurs parfumés aux herbes... Les pauvres imaginent que les riches ont inventé un sortilège, les riches voient une manœuvre du peuple pour renverser le pouvoir et perdre tout espoir d'une monarchie à l'ancienne.
La maladie parvient à Quimper le 13 mai 1832 par le maître de manœuvre Catel de la corvette Eglé de la Royale dont le convoi sanitaire, soit un brancard, traverse le marché bondé de la ville. Une fois autopsié le corps du malade, on jette son sang aux canards. 374 habitants de Quimper sont touchés par la maladie qui semble disparaître en 1833. En réalité cette vague épidémique s'étend dans le Sud de l'Europe et surtout la Provence en France, de sorte que cette vague n'est pas éteinte et ressurgit à Brest à la fin juillet 1834 (des morts jusqu'au 3 novembre). Camaret, à cause de ses échanges portuaires avec Brest, est contaminé fin septembre ce qui cause 107 ou 120 morts selon les sources durant les trente jours de l'épidémie. Le premier mort à Crozon survient le 7 octobre. L'épidémie fait 356 morts dans la commune et s'achève fin novembre.
• La troisième vague épidémique 1849-1850 – 1er cas à Brest le 5 septembre 1849 :
5 morts à Roscanvel; 1er mort entre le 10 et le 16 octobre.
32 morts à Crozon; 1er décès le 10 octobre.
3 morts à Camaret; 1er mort entre le 10 et le 16 octobre.
3 morts à Landévennec; 1er mort entre le 16 et le 22 novembre.
• La quatrième vague épidémique 1854-1855 – 1er cas à Morlaix le 4 juillet (dernier le 22 octobre) :
23 morts à Camaret; 1er cas 14 octobre, dernier cas le 28 novembre. Camaret contamine Brest le 18 novembre.
• La cinquième vague 1865-1866
3 morts à Crozon; 1er cas le 28 janvier, dernier cas le 17 février.
22 morts à Lanvéoc; 1er cas 26 janvier, dernier cas le 14 février. Lanvéoc contamine le Faou.
• La sixième vague 1885-1886 n'a fait aucune victime en presqu'île de Crozon. Le choléra est plutôt dans le Finistère Sud.
• La septième vague 1893 plusieurs cas dont Camaret mais pas de données précises.

• En 1872 - une épidémie de typhus repart d'un quartier-maître, débarqué à Rochefort en santé, il rejoint sa famille à Rouisan et propage ensuite la maladie dans le Finistère avec 20% de mortalité. Cela semble être la fin du règne du typhus dans le Finistère.

Puis vient une variole incessante en presqu'île... La tuberculose n'est jamais loin. Deux maladies plus mortifères que le choléra.

• En 1918  - La grippe espagnole entre dans les camps d'internement : les forts transformés en prison de la presqu'île - Crozon, Lanvéoc, l'île Longue. Une grippe ayant pour origine la Chine (Canton) et une continuité aux Etats-Unis avant de venir en Espagne puis dans toute l'Europe. 408000 morts en France.

• En 1936-1937  - Nouvelle "grippe espagnole", elle touche des réfugiés Espagnols recueillis à la caserne Sourdis de Roscanvel. Virus Influenza A... La grippe est connue depuis l'antiquité comme la maladie hivernale incontournable. Elle fut parfois confondue avec la peste, quoiqu'il en soit les épidémies de grippe font des victimes fréquemment non répertoriées : on meurt du froid, l'explication est suffisante.

Lentement, trop lentement, insuffisamment, une politique hygiéniste émanant des autorités militaires a enrayé très progressivement la diffusion des différentes épidémies. Le lavage des corps et des vêtements, les quarantaines, la non accumulation des personnes dans des lieux confinés... Ce qui se traduit en 2020 par un nouveau langage : se laver les mains, ne pas se serrer la main, s'embrasser, éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs jetables, pratiquer la distanciation sociale, vivre le confinement avec encore des autorités médicales au bord la saturation par le manque de prévention, le manque de moyens adaptés.

L'inadaptation du système de santé est chronique, les manquements subsistent, ce qui a changé au fur et à mesure des siècles c'est la peur de la maladie - plus qu'une peur, les presqu'îliens vivaient dans la terreur du jugement dernier, aujourd'hui on ne craint ni la maladie, ni Dieu et quand une épidémie reparaît aujourd'hui elle surprend une population qui a oublié que les épidémies ne nous ont jamais quittés.

Histoire locale

L'empire romain : Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romaines.

L'ancien régime : La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésArmoiries des communes

Les personnalités : Marguerite de SavoieJean MoulinLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptent

Artistes : Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E Sévellec

Les gens : Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestier

Pêche : Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundee

Epaves et échouages : Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques : Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui : Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête Amélie

Légendes coutumes toponymes: La pierre du mariageLa chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – Ermitage

Aménagements : L'histoire des moulinsLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commercePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement général

Culture : Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métrages


°°°




A la une :

Que voir et visiter à la Pointe de Pen-Hir et ses environs ?
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.


Argol Aulne Camaret Crozon Landévennec Lanvéoc Morgat Roscanvel Telgruc



Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2021