Bateau à vapeur l'Averse et le remorqueur le Hêtre - Anse de Rostudel

Bateau à vapeur "l'Averse"

A tribord de "l'Averse", le remorqueur portuaire "le Hêtre".

Le Hêtre.

Le bateau gabare à vapeur l'Averse fut une "citerne à eau flottante" appartenant à la Marine Nationale. Ce bateau à vapeur est une coque rivetée à l'ancienne. Il est l'un des bateaux à vapeur de la génération de 1935 qui sillonna la Mer d'Iroise pour des missions d'alimentation en eau potable les îles de la région pour la population civile ainsi que les navires militaires. 235 Tonnes d'eau douce, 13 Tonnes d'eau distillée, avec 5 membres d'équipage à bord. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, l'Averse fut "empruntée" par la Marine Anglaise et restituée en 1946.

Tout espoir de réhabilitation semble désormais vain. Le financement dispendieux qu'une restauration nécessite sera la cause de la disparition d'une technologie qui fut, fin 19ème et début du 20ème siècle une révolution. Le transport à vapeur, soit terrestre grâce aux locomotives, soit maritime grâce à des bateaux fumant et pétaradant, était à la pointe du progrès. Le principe était simple et somme toute dangereux. Un réservoir d'eau chauffé par un foyer en l’occurrence à charbon . La vapeur d'eau sous pression qui s'en échappait était guidée et créait une force motrice. Que ce soit dans la baie de Douarnenez ou dans la Rade de Brest, une flottille de vapeurs croisait chaque jour. L'économie locale fonctionnait à la vapeur !

A côté de l'Averse, s'envase aussi une relique d'une autre époque, un remorqueur portuaire militaire nommé le Hêtre qui fut acheté lui aussi aux Domaines pour être rénové... Un remorqueur est un petit bateau qui accompagne les grands navires dans les ports afin d'arriver ou de quitter le quai sans dommages. Il faut une puissante motorisation pour déplacer et guider les géants des mers dans les manœuvres. Un, deux, trois, quatre remorqueurs étaient amarrés au vaisseau de guerre et par de petits déplacements synchronisés entre-eux, ce vaisseau était déplacé avec justesse. Il n'était donc pas question de vitesse, ni de précipitation.

Depuis bien longtemps (1992 pour l'Averse – 1997 pour le Hêtre) ces bateaux échoués contenaient des hydrocarbures et ce n'est qu'en 2013 qu'il fut décidé d'en faire le nettoyage interne à la demande des Affaires Maritimes. Cette occupation de l'espace maritime sur l'estran est illégale, elle devait être provisoire. Les différents propriétaires des bateaux ont été condamnés à des amendes...

En octobre - novembre 2019, après un durcissement de la réglementation de la destruction des épaves, la préfecture du Finistère déclenche une déconstruction sur place et l'évacuation des découpes des bateaux vers Brest pour un retraitement des déchets.

Les deux témoins d'un autre monde étaient visibles dans l'Anse de Rostellec qui n'est autre qu'un sombre cimetière de bateaux en lieu et place du fameux chantier naval d'Auguste Tertu.

L'Averse coque A743 – Lancé en 1935 au Havre – rayé en 1976 à Brest.
Le Hêtre coque Y654 – 700CV – Lancé en 1957 (construit à Villeneuve la Garenne) – rayé en 1994 à Brest.

La découpe du "Hêtre" et de "l'Averse" parmi des épaves de bois.



A la une :

L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021