Câble sous-marin

Câbles sous-marins de la pointe des Espagnols.

Câbles sous-marins de Quélern (Sourdis).

Les câbles sous-marins télégraphiques ont une vocation transatlantique mais pour des raisons de communication, ces câbles furent aussi installés en Rade de Brest pour relier les défenses côtières de la presqu'île de Crozon avec le commandement de la place forte de Brest. La télégraphie sera abandonnée au bénéfice de la téléphonie qui utilisera le câblage sous-marin tout autant. L'armée allemande d'occupation y ajoutera ses propres réseaux durant la seconde guerre mondiale. Enfin il existe aussi des câbles purement électriques pour relier une île à la côte par exemple.

La présence de vestiges de câbles en presqu'île de Crozon permet de faire un petit retour en arrière sur l'histoire des câbles sous-marins.

Les Américains ont le système Morse de télégraphie. Les Anglais sont persuadés que l'on peut télégraphier à des milliers de kilomètres, entre continents, grâce à un câble électrique isolé passant sur le fond des océans. Les premiers essais de câbles sous-marins datent de 1830 environ. Aucun isolant connu ne résiste à l'eau de mer. La gutta-percha est une gomme naturelle découverte par une mission gouvernementale française en Chine (1849). L'isolant naturel supporte parfaitement une immersion prolongée dans les milieux marins. Mr William Montgomery, chirurgien de Singapore, importe cette matière aux ingénieurs Anglais qui sont très en avance dans le domaine des câbles.

Bien que rien ne soit officiel alors, tous les câbles sous-marin des télégraphes sont fabriqués à l'identique durant des décennies à partir de 1850.
"Quatre fils de la grosseur d’un fil de sonnette en cuivre ordinaire (1mm 1/2 de diamètre) contenus dans une gaîne de gutta-percha de 7 millimètres de diamètre, étaient entrelacés avec quatre cordes de chanvre et le tout était aggloméré par un mélange de goudron et de suif, de manière à former un cordon unique, d’environ 3 centimètres de diamètre. Une seconde corde de chanvre pareille à la précédente, sauf l’absence des fils de cuivre, enveloppait la première. Enfin, pour préserver de rupture l’appareil intérieur, le tout était fortement serré au moyen de dix fils de fer galvanisés, de 8 millimètres de diamètre. Coût : 9fr37par mètre (1851). Poids par kilomètre : 4,4 tonnes..."

Avant l'introduction du polyéthylène (basse densité 1933 - haute densité 1953), la nature des câblages a peu évolué et souffrait de la corosion tôt ou tard.



A la une :

L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021